Yannick Cahuzac : “Je me suis mis dans ma bulle, concentré sur mes dernières heures de footballeur”

Yannick Cahuzac verra le dernier match de sa carrière de joueur au RC Lens-Monaco samedi (38-38). Lensois.com et diffusé en entier vidéo premium). A cette occasion, il a été nommé speaker lors de la conférence de presse finale de la saison. Un passage devant les médias, interrompu quelques instants par des coéquipiers espiègles qui descendaient du balcon pour crier “Joyeuses retraites Cahu !”» et autres messages d’amour, le tout accompagné d’un lancer surprise de chaussures sur le sol de l’amphithéâtre. Pas de quoi distraire celui qui, à 37 ans, envisage de devenir futur entraîneur et s’apprête donc à vivre une dernière grande soirée de Ligue 1 en tant que footballeur.

Lensois.com : Yannick Cahuzac, comment vivez-vous vos dernières heures en tant que joueur professionnel ?
Je suis conscient que c’est la fin, mais je n’ai pas l’intention de profiter pleinement de mon quotidien le samedi. Je suis dans cet état d’esprit depuis un certain temps. Je suis calme même en sachant qu’il y aura beaucoup d’émotions demain. Je sais que beaucoup de monde viendra de Corse, ça me fera aussi quelque chose de les voir.

Avez-vous eu le temps de répondre à tous les messages reçus ?
J’ai reçu beaucoup de messages qui m’ont profondément touché. J’ai essayé de répondre à tous pour avoir un mot pour tout le monde.

Pensez-vous avoir une chance de jouer au moins quelques minutes ?
Je n’ai aucune garantie. Je n’ai pas du tout l’intention de faire ça car ce n’est pas le jeu de Yannick Cahuzac, c’est un match très important pour le club. Le manager jouera aussi bien qu’il l’a fait depuis le début et continuera à le faire.

Cette région, ce public, il faut qu’il vive… »

Quelle est la différence entre le Yannick Cahuzac venu il y a 3 ans et celui qui est sur le point d’arrêter ?
C’est toujours difficile pour moi de parler de moi, mais j’ai l’impression d’avoir mûri. Je m’éparpille un peu moins qu’au début. J’ai eu la chance de rencontrer de grands entraîneurs comme l’actuel Franck Haise, qui m’a donné un meilleur jeu positionnel et donc moins de course. Cela m’a aussi aidé jusqu’à l’âge de 37 ans.

Il est possible que vous restiez pour prendre une place dans le staff, mais si vous le faites, que retiendrez-vous de ces années à Lens, à part le sportif ?
Le club, tous les gens qui y travaillent… C’est un grand club, mais on est tous très proches. C’est une grande famille et si je dois y aller, ces gens me manqueront beaucoup. Cette région, ce public, ça doit vivre. Je me sens privilégié d’avoir connu cet environnement. Il y avait beaucoup de complicité avec les gens du club et on a aussi un groupe et un staff exceptionnels.

Espérez-vous une reconnaissance publique ?
Je ne suis pas beaucoup sur les réseaux sociaux et étant le seul que j’ai, je me suis assuré de ne pas y aller. Je sais que ça va être un match avec beaucoup d’émotions, je ne voulais pas y penser. Je me mets dans ma bulle. Je me concentre sur mes dernières heures en tant que footballeur. Ça va sûrement me manquer pendant un moment mais je profite de chaque instant et je n’ai aucune idée de ce qui va se passer.

Interview de Christophe Schaad

Leave a Comment