Un choix de Cornelius / Ligue des Nations / J1 / France-Danemark (1-2) / SOFOOT.com

En moins de 30 minutes face aux Français, Andreas Cornelius aura fait plus impression qu’en une saison aux Girondins de Bordeaux, où il a passé l’exercice 2018/2019. Ce vendredi soir, l’attaquant de 29 ans a éclipsé le joyau de Karim Benzema en signant un doublé en tant que véritable buteur pour offrir au Danemark une victoire 2-1 sur la France. Un relooking pour un homme qui a été derrière Jimmy Briand, Nicolas de Préville et François Kamano dans la hiérarchie girondine.


Modifié

Les quelque 75 000 spectateurs présents dans les tribunes du Stade de France ont dû tendre l’oreille dans un joyeux tumulte ce vendredi soir pour comprendre le changement annoncé par le speaker au moment du match France-Danemark. Parmi les noms annoncés, celui du thriller européen Mikkel Damsgaard a sans aucun doute retenu l’attention de quelques initiés. D’autres ont puisé dans les mémoires pour savoir où ils auraient pu entendre cet autre blasé très nordique : Andreas Cornelius. L’iconique Ministre de la Magie pour les amoureux d’Harry Potter ? Le guide de Babar pour les plus grands ? Une nouvelle œuvre de GTA pour les geeks ? Rien de tout cela, juste un ex-attaquant oublié des Girondins de Bordeaux venu faire de la pelouse lyonnaise son jardin un vendredi de printemps. L’attaquant danois a fait oublier le joyau de Karim Benzema puisqu’il a marqué deux fois pour ramener l’équipe de France et devenir l’homme du match. Le héros d’une soirée.

Saint André


En vingt minutes, Andreas Cornelius a marqué la moitié des buts qu’il a marqués lors d’une saison 2018-2019 avec le maillot des Girondins. Il a fini par se faire un nom en France et est même entré dans l’histoire au Stade de France en devenant le deuxième joueur à figurer dans une compétition officielle après le doublé du Russe (et ancien Stéphanois) Aleksandr Panov Arena contre les Bleus. en 1999. En prime Opta précise même qu’il est le premier à réaliser cet exploit face aux Français depuis le banc. Il faut être devenu fou pour imaginer le blond d’1m93 réaliser un tel exploit en le voyant taper dans la main de Kasper Dolberg, qui portera son prénom ce vendredi soir (20 ballons touchés, 1 coup passé en une heure Sur le terrain). Cornelius, il a essayé le cuir douze fois et il a presque tout réussi. Moins de dix minutes après avoir atterri sur l’herbe, il profite d’une offre de Pierre-Emile Højbjerg et d’une mauvaise couverture de Théo Hernandez pour rappeler qu’il a été un buteur impressionnant (1-1, 68e minute).e). A l’orée de la prolongation, cela s’est répété : le numéro 21 danois a fait le bon geste pour embrouiller la défense française pour capter un scat de Joakim Mæhle et Ringardiser William Saliba avant de décocher en pleine lucarne une frappe kostadinovienne d’Hugo Lloris (88e) .e). Un pion de la droite, un autre de la gauche et l’équipe de France dans la poche d’un garçon qui n’aura pas laissé un souvenir impérissable à Bordeaux et en Ligue 1.

Entre le flop et le top

Prêté par l’Atalanta Bergame aux Girondins de Bordeaux dans les dernières minutes du mercato estival 2018 pour incarner un rôle à la Olivier Giroud, celui qui avait été prêté aux Girondins de Bordeaux dans les dernières minutes du mercato estival 2018 n’a jamais retrouvé le sien. place dans l’équipe qui a été rejoint par Éric Bédouet puis Paulo Sousa a été mené. Son palmarès ? Quatre buts contre Dijon, Paris, Lyon et l’Hapoël Haïfa en 33 matchs et un peu plus de 1200 minutes sous le maillot scapulaire aux côtés de Jules Koundé. Cornelius aura finalement passé une saison derrière Jimmy Briand, Nicolas De Préville, François Kamano, Yann Karamoh ou encore Josh Maja dans la hiérarchie offensive girondine. Le symbole d’une carrière chaotique pour l’attaquant, rapidement présenté comme un grand espoir et auteur d’un triplé contre le Canada lors de sa troisième sélection en janvier 2013 à l’âge de 19 ans.

Un début en fanfare puis le mal du pays pour un transfert de 9 millions d’euros à Cardiff, où il était alors considéré comme l’un “Le flop le plus notoire de l’histoire du club” à travers les médias Pays de Galles en ligne. Une instabilité chronique, une complicité avec Copenhague et quelques exploits en Italie, à Parme, où il a enfilé 12 perles lors de la saison 2019-2020, suite à son cauchemar en Gironde. A 29 ans, Andreas Cornelius a prospéré en Turquie avec le champion de Trabzonspor, où il a retrouvé une solide réputation (17 buts, 5 passes décisives). Dans l’auditorium du Stade de France, son entraîneur Kasper Hjulmand s’est réjoui de la bonne forme de son soldat, qui a finalement été laissé tranquille par ses blessures et a renforcé une ligne offensive déjà intéressante (Dolberg, Olsen, Poulsen, Braithwaite, etc.). Si les Bleus n’ont peut-être pas vérifié son nom à proximité des grands dangers du Danemark, ils sont désormais mis en garde contre un retour en septembre et une participation à la phase de groupes de la Coupe du monde. Le public français ne se moquera plus jamais d’Andreas Cornelius.

Par Clément Gavard au Stade de France

Leave a Comment