Un après l’Euro, l’Angleterre et l’Allemagne se rencontrent

Tenir l’équipe en échec face à l’Italie (1-1), battre les Three Lions en Hongrie (1-0) lors de la première journée du tournoi : les deux sélections se disputent actuellement l’égalité dans leurs performances, plus outsiders que favoris au Qatar.

Il y a presque un an, le duel du Championnat d’Europe a marqué un tournant pour les deux équipes. Un “petit” tournant pour les Anglais, qui avaient entamé la sortie de leur historique Pet Peeve, pour vraiment croire en leur chance de couronne continentale, mais surtout un gros tournant pour l’Allemagne, qui avait dit au revoir à Joachim Löw qui jour , avec qui elle avait écrit quelques-unes de ses meilleures pages.

Les Anglais, meilleurs buteurs de Raheem Sterling et Harry Kane, avaient notamment eu quelques occasions allemandes et cette victoire – seulement leur deuxième dans les phases finales d’un tournoi majeur contre les Allemands depuis 1966, après un succès en poule – était passée par l’Euro 2000. – a servi de déclencheur.

Southgate tape à nouveau

L’Angleterre a ensuite battu l’Ukraine en quart (4-0), battu le Danemark à la mi-temps (2-1, env) avant d’affronter l’Italie aux tirs au but en finale (1-1 ap, 3-2).
Mais depuis, la sélection de Gareth Southgate semble tâtonner.

Bien qu’il y ait eu de légers succès contre Andorre (4:0 et 5:0), l’Albanie (5:0) et Saint-Marin (10:0) lors des éliminatoires de la Coupe du monde, l’animation offensive échoue souvent face à des adversaires plus coriaces, comme en Hongrie. .

Les matchs nuls contre les mêmes adversaires à Wembley (1-1) ou en Pologne (1-1) étaient du même ordre que le match raté de samedi.

Gareth Southgate a admis ses propres insécurités après le match : « Dans ces quatre matchs (de la Ligue des Nations), nous devons essayer de trouver l’équilibre entre voir de nouvelles choses, tester les joueurs et essayer de gagner. Peut-être que je n’ai pas trouvé le bon équilibre aujourd’hui.

Le stade de Munich, où les Three Lions ont infligé un écrasant 5-1 à l’Allemagne lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2002, va-t-il ravir les attaquants anglais ?

En tout cas, ils seront invaincus face aux Allemands depuis dix matches et l’arrivée de Hansi Flick sur leur banc après l’Euro.

L’ancien adjoint de Joachim Löw peut même se targuer d’avoir établi un nouveau record pour les débuts d’un entraîneur d’équipe avec huit victoires consécutives et deux nuls.

L’Allemagne contre trois “finalistes”

Si cette série a donné à l’Allemagne une certaine confiance après la fin de l’euro, elle ne dit rien sur le véritable niveau du quadruple champion du monde.

Les huit victoires sont survenues contre des adversaires de second ordre. Et les confrontations avec des pays du top 10 du classement Fifa ont mis en lumière les lacunes du onze de Flick : 1-1 contre les Pays-Bas en mars, 1-1 samedi face à une Italie inexpérimentée avec six nouveaux venus.

Le match nul en Italie, a admis Flick, “n’a pas été à la hauteur de nos ambitions”.

“On a manqué d’intensité, de coordination, aussi en défense (…). On a plus de qualité là-bas, on a aussi manqué de précision», a expliqué le technicien, qui s’appuie sur une colonne vertébrale solide du FC Bayern Munich avec le capitaine Manuel Neuer et l’increvable Thomas Müller.

Malgré leurs défaites lors des deux derniers grands tournois (élimination au premier tour de la Coupe du monde 2018 et en huitièmes de finale à l’Euro), les Allemands continuent de croire en leurs chances de remporter la Coupe du monde.

Avec des matches contre leurs adversaires en finale de la Coupe du monde en 1982 avec l’Italie, 1966 avec l’Angleterre et 1954 avec la Hongrie, ce premier tour de la Ligue des Nations voit l’équipe renvoyée à son passé prestigieux qui montrera si elle peut enfin s’en sortir. au niveau de leurs ambitions grimper.

Leave a Comment