Terrier rayonné, Gueye s’est fait bouffer

La master class de Martin Terrier, un Lovro Majer virevoltant et déterminé mais aussi un milieu marseillais aux abonnés absents. Retrouvez nos tops/flops de Rennes-OM (2-0)

hauts

Après buteur de terrier, passeur de terrier

Avec 21 buts cette saison, l’attaquant rennais était plus habitué à faire trembler les filets adverses qu’à livrer du caviar à ses coéquipiers. L’ancien lyonnais s’est donc essayé à la passe ce samedi et l’a bien pris. Un centre parfait de Bourigeaud à la 12e minute, puis un ballon atterrit dans les pieds de Majer, toujours du gauche. S’il y avait un trophée pour récompenser la meilleure progression de la saison, Martin Terrier serait certainement un prétendant.

Lovro Majer, le joueur disparu à l’OM

Un joueur créatif, doué techniquement et capable de jouer verticalement et de casser les lignes à travers la passe. C’est le profil de joueur qui manque à l’OM et que Rennes a pu trouver avec Lovro Majer, arrivé du Dinamo Zagreb l’été dernier. Il a encore régalé le Rohazon Park ce samedi et s’est même offert le luxe d’inscrire cette saison un 6e but en Ligue 1 sur un centre parfait de Martin Terrier (35e). Il a également été impliqué dans le premier but, envoyant cette passe, parfaitement mesurée en profondeur, pour le même terrier qui a permis le but de Bourigeaud. Un succès complet et une réelle satisfaction pour le service recrutement rennais.

Benjamin Bourigeaud, pierre angulaire du collectif rennais

Avec 12 apparitions cette saison, Benjamin Bourigeaud est 3e au classement des meilleurs passeurs de Ligue 1. Ce samedi il est devenu le meilleur buteur, reprenant parfaitement du pied droit le centre de Martin Terrier pour envoyer ses hommes sur amener au bon endroit. ruelle (12ème). Très mobile, il était à la fois disponible sur le flanc droit et précieux dans son travail hors ballon au milieu de terrain. Un match complet, un autre pour ceux qui pouvaient légitimement prétendre à une place sur le coup franc de la saison.

flops

Pape Gueye en plein naufrage

Depuis son retour de la CAN, le milieu de terrain sénégalais n’a pas réalisé la même performance au cœur du jeu olympique. Ce match face à Rennes a une nouvelle fois montré ses faiblesses dans le maniement du ballon, il a aussi été surclassé en tacles et en intensité comme tout le milieu marseillais, qui n’existait pas ce samedi. Mais c’est l’ancien Havrais qui a les moins bonnes stats, n’ayant gagné qu’un duel (sur 9 disputés). Après un duel incontrôlé et très dangereux face à Bourigeaud, il a même failli être expulsé (71e). Un non-match.

La voiture de Duje Caleta est passée

Sa boulette lors du match aller de la conférence de Ligue Europa sur la pelouse de Feyenoord (3-2) n’est visiblement pas digérée. Même si le Croate a été très solide cette saison, il craque dans les pires moments. Enfin un peu comme son équipe. Ce samedi, sa responsabilité repose clairement sur les deux buts. Totalement passif en première, il n’a pas vu Bourigeaud tituber derrière lui et s’est mal adapté à l’action de la 2e avec le reste de la défense, laissant Martin Terrier dans le jeu. Assez énervé à sa sortie, il était tout de même très mal à l’aise sur le rectangle vert.

Les décisions discutables de Jorge Sampaoli

Jorge Sampaoli ne cesse de répéter qu’il pourrait jouer avec 11 milieux de terrain s’il en avait l’occasion. Cela fait partie de ce qu’il a fait ce samedi, établissant Harit comme un faux numéro 9, ainsi que Rongier à l’arrière droit et Gerson dans un rôle hybride d’ailier gauche et de milieu de terrain offensif. Le tout associé au triplet Gueye/Kamara/Guendouzi. Mais avec autant de profils axiaux, le jeu de l’OM manquait naturellement de profondeur et de complémentarité. Sans oublier l’absence de Bamba Dieng au coup d’envoi, qui aurait pu apporter cette profondeur dans le match bien plus tôt. Des décisions tactiques parfois illisibles qui n’ont pas aidé l’OM ce samedi.

Leave a Comment