Saint-Denis et si j’échoue / C1 / Finales / Liverpool-Real Madrid (0-1) / SOFOOT.com

Plus de 200 blessés légers, des gaz lacrymogènes au visage des types avec des contraventions pour excès de vitesse, des Yamakasi escaladant les grilles de l’enceinte, des milliers de supporters entassés comme du bétail. Cette finale de C1, au-delà du énième sacre du Real Madrid, restera l’assaut de tous les maillons organisationnels, de l’UEFA à la FFF en passant par la préfecture de police. Certains parlent même d’un drame de Hillsborough qui a été évité de justesse. Un an après la Coupe du monde de rugby, deux ans après une cérémonie d’ouverture des JO sur les quais de Seine, la faillite de la gestion des supporters français a explosé aux yeux du monde.

La dernière fois comme ça “Ouvre la porte” avait tellement sonné qu’il était dans jeu des trônes. Des centaines d’entre eux se tiennent toujours devant les grilles du Stade de France, entassés comme des sardines, attendant désespérément que les portes métalliques s’ouvrent pour pouvoir enfin assister à la finale de la Ligue des champions. Des dizaines, sans billets, sont passés sans retenue sur les portes, d’autres essuient encore les larmes du gaz lacrymogène qui a été utilisé en abondance. “J’ai vu comment des enfants, des vieillards étaient gazés” , jure Ronan Evain, directeur de Football Supporters Europe, la fédération représentative des supporters du Vieux Continent. Les images du chaos ne jurent déjà que par la viralité des réseaux sociaux, le coup d’envoi a été repoussé de trente-six minutes et certains n’arrivent à leur place qu’à la mi-temps.

De qui est-ce la faute? Niveau autorités françaises, on sort du triptyque classique : suiveurs, tensions, confusion totale. Dans sa petite tour d’ivoire du PC de sécurité de l’établissement Dionysos, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ressemble à un lycéen avant son Abitur : « Des milliers de ‘supporters’ britanniques, sans billets ou avec de faux billets, sont entrés par effraction et ont parfois attaqué les stadiers. » Sans surprise, la nouvelle ministre des sports, Amélie Oudéa-Castéra, marche dans les pas de la locataire de la place Beauvau et l’abat “Des milliers de supporters anglais (ils) ont compliqué le travail des stadiers et des forces de l’ordre mais ne gâcheront pas cette victoire” . Une belle réécriture de l’histoire.

“C’est le pire match européen sur lequel j’ai jamais travaillé. Le comportement des supporters aux entrées a été exemplaire dans des circonstances éprouvantes. » Officier de police de Liverpool


L’UEFA ne conservera que les billets contrefaits achetés auprès de Scouser après que les tourniquets d’accès aient été rendus inopérants, ce qui a entraîné la fermeture de la grande majorité des entrées à travers le bordel. Un policier de Liverpool présent à Saint-Denis s’est précipité pour les mettre au saindoux : “C’est le pire match européen sur lequel j’ai jamais travaillé. Le comportement des supporters aux entrées a été exemplaire dans des circonstances éprouvantes. » Le député travailliste Ian Byrne a enchaîné avec une dénonciation sur les réseaux sociaux « la pire expérience de (sa) vie. Sécurité et organisation effrayantes mettant des vies en danger. Un manque honteux d’organisation et d’expertise ».

Qui bat qui ?

L’arrivée tardive de armée rouge serait possible “Mais la plupart étaient là à 17 heures.” Elle soutient Ronan Evain, qui a rapidement trouvé les sorties du RER D saturées. Il y a eu un problème de répartition des supporters à la sortie de la gare, tout le monde s’est retrouvé au même endroit, entassé. Clairement un goulot d’étranglement entre deux voitures de police. Le premier filtre à entrer sur la place a sauté, entraînant des mouvements de foule. “C’est un effet d’entraînement, mais frapper les fans de Liverpool est inacceptable. Certains ont attendu deux voire trois heures devant le stade alors qu’ils avaient un billet…”

Oui, les Britanniques se sont présentés sans billets (comme ce fut le cas lors de la finale de l’Euro 2020 à Wembley). Mais en plus de cela, de nombreux perturbateurs sans le précieux sésame qui s’en prennent aux supporters, des journalistes contraints d’effacer les images des débordements pour mettre en péril leur accréditation, descendent du bus Rouge coincé dans les embouteillages et tout mettre en Mondovision. Vous obtiendrez l’image d’un pays incapable d’atteindre le point culminant d’un tel événement. Le ministère de l’Intérieur l’a annoncé sur demande vers 23 heures. “L’appareil était de bonne taille (6 800 policiers et gendarmes pour l’administration de Paris et du Stade de France, ndlr), La police a réagi rapidement sur place. Les perturbateurs ont été supprimés pour faciliter l’accès aux détenteurs d’un ticket. Avec le recul, c’est vrai qu’il n’y avait pas 36 options à la sortie du RER, ce qui ne facilitait pas les choses. L’afflux de supporters par vagues a rendu difficile l’arrivée au stade. Tous les supporters ont-ils été bien informés ? » Une question à laquelle on peut répondre par une autre question : Et si on se remettait en question ?

238 blessés, 68 arrêtés, 1 but

Et si on se regardait dans le miroir au lieu de s’en prendre aux hommes, femmes et enfants qui ont saccagé un demi-salaire pour poursuivre le rêve d’une vie de supporter ? Dix jours plus tôt, 150 000 boursiers de Glasgow et de Francfort étaient venus à Séville pour l’épilogue de la Ligue Europa. Conséquence : quelques petits incidents (des bagarres avaient éclaté à quelques kilomètres du stade sans blessé grave) et un Java XXL dans la chaleur andalouse. Au lieu de cela, la soirée saint-denisienne est une ardoise : 24 tirs pour Liverpool, 1 but de Vinicius Junior, 68 interpellations, 39 gardes à vue et 238 blessés légers soignés sur place. Le Liverpool Football Club a demandé des explications et l’UEFA une enquête. Les belles paroles de Noël Le Graët boomerang sur son trône FFF lorsque la finale a été déplacée de Saint-Pétersbourg à Saint-Denis à cause du conflit ukrainien : « La FFF mettra tout en œuvre pour que cet événement se déroule dans les meilleures conditions. » Ça pique. Et rappelle qu’avec des dizaines d’arrêtés préfectoraux (plus de 130) tout au long de la saison de Ligue 1 pour faire taire les stationnements à ciel ouvert, la France est incapable d’être un hôte cinq étoiles pour une finale européenne.

Les dirigeants de notre football et ceux des ministères surveillent en permanence ce modèle anglais, mais oublient que là-bas on peut transporter des milliers de supporters d’un stade à l’autre même en une semaine complète. A la maison on laisse 500 Nantais qui veulent aller à Lens avec des arguments de maternelle : trop de policiers sont mobilisés à une brocante à Liévin ou aux rencontres internationales du cerf-volant à Berck-sur-Mer. Hop, parking fermé. Rire ou pleurer, c’est à vous de décider. “C’est un problème franco-françaisconclut Ronan Evain de FSE. Il y a une contradiction entre interdire 100 supporters itinérants en Ligue 1 et croire pouvoir gérer une telle finale de Ligue des Champions avec 50 000 supporters de Liverpool. J’espère qu’on va apprendre d’une soirée comme celle-là, mais quand je vois qu’on bat déjà les supporters, je me dis qu’on est encore loin d’où on va. » Aussi pas de finale de C1 à voir en France.

Par Florent Caffery
Tous les commentaires du FC recueillis, sauf les mentions.

Leave a Comment