Quel est le titre de champion du PSG le plus significatif et le moins significatif ?

1985-1986 : 36 journées d’avance, Fernandez indépendant dans les buts et record invaincu

Emmené par Joël Bats, Jean-Marc Pilorget, Safet Susic, Dominique Bathenay, Dominique Rocheteau et son capitaine Luis Fernandez, le PSG, 13e de l’exercice précédent, a remporté le championnat de France pour la première fois de son histoire. Couronnement logique, la formation de Gérard Houllier, qui a conquis la première place à l’issue de la 3e journée, pour ne plus la lâcher.

PSG Champion de France 1985-1986.  (M. Deschamps/L'équipe)

PSG Champion de France 1985-1986. (M. Deschamps/L’équipe)

Une équipe d’acier qui pourrait renverser Lens (0-2 puis 3-2), battre Monaco (but de Sène à la 89e minute) et voir un Fernandez héroïque dans les buts à Metz après s’être blessé à la chauve-souris. Cette résilience lui a permis d’établir un nouveau record d’invincibilité en Division 1 (26 matchs sans défaite).

1993-1994 : titre volé au rival, réalisme maximum et record

Après cinq ans de règne marseillais, dont un titre finalement déchu de l’OM pour corruption, le PSG a mis fin à l’hégémonie de son rival. Son meilleur buteur, David Ginola, n’a marqué que 13 buts (Weah en a 11). Mais le danger vient de partout car l’équipe d’Artur Jorge est impressionnante sur coups de pied arrêtés.

Elle brille aussi par sa défense de fer : elle n’a encaissé que 22 buts et remporté 15 de ses 24 victoires par un but d’écart. Et surtout encore plus fort qu’il y a huit ans, avec 27 matchs de suite sans défaite. Une marque dépassée ensuite par le FC Nantes en 1994-1995.

2012-2013: Tout-Puissant Ibra, le coup d’État de Beckham et le chaos de fin de saison

Un an après avoir été repris par QSI, le PSG frappe fort sur le marché des transferts, attirant notamment Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva, Ezequiel Lavezzi et un jeune talent italien, Marco Verratti. David Beckham rejoindra même l’équipe en janvier. Un véritable coup médiatique pour le club et un dernier pigiste avant de raccrocher les crampons au milieu de terrain anglais aux larmes aux yeux face à Brest pour le dernier match de la saison au Parc des Princes.

Deuxième derrière l’OL après 21 matchs, l’équipe de Carlo Ancelotti a repris l’avantage après une victoire 1-0 à Bordeaux et était en route vers son premier titre de champion en 19 ans. Cela s’est confirmé au soir de la 36e journée avec la victoire de Gerland face à Lyon grâce à un but de Jérémy Ménez (0-1). Ce qui donnera lieu à une fête électrisante le lendemain sur la place du Trocadéro entre organisation chaotique et casseurs.

Meilleur en attaque et en défense, le PSG est porté par Ibra, meilleur buteur – de loin – avec 30 buts, soit près de la moitié des buts marqués par son club en Ligue 1 (69). Mais le titre ne suffira pas à apaiser les tensions de la saison, symbolisée par l’effusion de sang de Leonardo face aux arbitres face à Valenciennes (1-1) et le départ d’Ancelotti.

2013-2014 : La Patte Blanche, Rollercoaster et Freewheeler

Boosté par les arrivées d’Edinson Cavani, le plus gros transfert de l’histoire de la L1 (64 M€ du Naples) et de Marquinhos, débarqué de l’AS Roma, le PSG conserve son titre de champion de France pour la première fois de son histoire. La formation de Laurent Blanc, arrivée sur le banc sans être le premier choix de la direction, prend la tête au bout de 10 journées et la conservera jusqu’au bout, ne concédant que trois défaites, dont une seule lors des 32 premières journées.

Blaise Matuidi, Thiago Motta et Marco Verratti.  (L. Argueyrolles/L'équipe)

Blaise Matuidi, Thiago Motta et Marco Verratti. (L. Argueyrolles/L’équipe)

Autour d’un trio au milieu de terrain Motta-Verratti-Matuidi qui deviendra une référence, le PSG monte en puissance au fil de la saison pour enchaîner huit victoires d’affilée entre mi-février et début avril. Cependant, une défaite face à Chelsea en quart de finale de la Ligue des champions entraînera une fin de saison poussive (4 points entre les journées 33 et 36).

Statistiquement, le bilan parisien est à bien des égards similaire à celui de l’année précédente ; meilleure attaque et défense, meilleure équipe à domicile et à l’extérieur, meilleur buteur d’Ibra (27 buts).

2014-2015 : dispute à Lyon, pointe d’Ibra et sprint final parfait

Contrairement aux deux saisons précédentes, le PSG devra travailler jusqu’au bout pour remporter le titre. Après 20 journées, il est même quatrième, conséquence de son deuxième revers de la saison à Bastia (2:4 après 0:2). Paris devance encore Lyon après 29 journées, après avoir concédé un match nul controversé avec Gerland (1-1) début février, annulé par un penalty de Zlatan Ibrahimovic stoppé d’abord par Anthony Lopes puis l’attaquant suédois à la retraite a été donné.

Zlatan Ibrahimovic a eu deux occasions de battre Anthony Lopes sur penalty.  (A. Martin/L'équipe)

Zlatan Ibrahimovic a eu deux occasions de battre Anthony Lopes sur penalty. (A. Martin/L’équipe)

Poussé à bout, le PSG est sous pression, à l’image de la sortie d’Ibra des arbitres après une défaite à Bordeaux mi-mars (3-2) : “En 15 ans, je n’ai jamais vu un aussi mauvais arbitre dans ce pays de m… Ce pays ne mérite pas le PSG.” Mais Paris termine la saison avec neuf victoires consécutives en championnat pour défendre son titre et la fin de l’année ouvre la voie à un premier quadruplé national en soulevant le Trophée des champions et les deux coupes en plus de la Ligue 1.

2015-2016 : compétition écrasée, baby score à Troyes et Zlatan à son apogée

Dans le 4-3-3 parfaitement huilé de Laurent Blanc, le PSG chasse la concurrence. Meilleur score (96), écart record avec les deuxièmes (31 points), 30 victoires, 2 défaites avec seulement 1 à l’extérieur, première saison pour le club avec plus de 100 buts marqués (102), total de buts encaissés le plus bas (19) : cette équipe explose tous les compteurs.

Angel Di Maria et Zlatan Ibrahimovic ont rapidement trouvé la bonne alchimie.  (P. Lahalle/L'équipe)

Angel Di Maria et Zlatan Ibrahimovic ont rapidement trouvé la bonne alchimie. (P. Lahalle/L’équipe)

Ce superbe collectif, au sommet depuis 37 journées et sacré depuis la mi-mars après une prestation offensive dans la lignée de sa saison à Troyes (9-0), est complété par un Zlatan Ibrahimovic au mieux de sa forme (38 buts). ). Et l’arrivée d’Angel Di Maria (18 passes décisives en L1 lors de sa première saison) lors du mercato estival ajoute une autre dimension à ce PSG. Un nouveau quadruplé national à la clé pour Paris.

2017-2018 : Exit Checkbook, Insane Attack, et Cavani’s Air Conditioning

Battu par l’AS Monaco la saison dernière devant Mbappé, Bernardo Silva, Falcao, Jardim et d’autres, le PSG a repris possession, en partie grâce à une attaque folle. En un été, QSI a réalisé les deux plus gros transferts de l’histoire avec les ajouts de Neymar et Mbappé, comme pour expier la “Remontada” à Barcelone en mars 2017. Le PSG d’Unai Emery, qui a remplacé Blanc sur le banc en 2016, a inscrit 108 buts, son record sur une saison, dont… 70 à domicile !

Paris démarre avec six victoires d’affilée, enchaîne neuf en plein hiver et la carte ajoutée à Monaco (7-1) au titre parisien ressemble à un transfert de puissance. Cavani, meilleur buteur de la saison (27 ans), a même évité une première défaite contre son rival marseillais depuis novembre 2011 grâce à un coup franc à la 93e minute pour aérer le Vélodrome (2-2).

Edinson Cavani, buteur au vélodrome.  (P. Lahalle/L'équipe)

Edinson Cavani, buteur au vélodrome. (P. Lahalle/L’équipe)

Il ne reste finalement que la fin de saison en roue libre (3 points lors des 4 dernières journées) pour laisser des regrets et empêcher ce PSG d’attendre la barre des 100 points. Et comme Paris a le sens de la polémique, il s’est offert un soir une victoire 8-0 sur Dijon et un quadruple succès de Neymar, qui a sifflé pour ne pas avoir donné un penalty à Edinson Cavani pour inscrire son 157e but avec le club de la capitale atteint pour être le sien. meilleur buteur.

2018-2019 : Départ record, phase retour caviardée et Mbappé Goleador

Thomas Tuchel a rejoint le banc parisien à la place d’Emery et le début de saison parisien est idyllique. Le PSG débute son championnat avec… 14 victoires consécutives, un record en L1. Les champions de France comptent 53 points à la pause (un record) et termineront la séance avec 53 points sur 57 possibles à domicile.

Neymar et Mbappé avec Tuchel, dans la lutte pour le titre contre Monaco.  (A. Réau/L'équipe)

Neymar et Mbappé avec Tuchel, dans la lutte pour le titre contre Monaco. (A. Réau/L’équipe)

Mais le PSG se relâche au match retour, subissant des défaites après avoir marqué à Lyon (1-2), Nantes (2-3) et Montpellier (2-3) sans un coup reçu à Lille (1-5) à oublier. , pour la plus lourde défaite de l’ère QSI. Pourtant, Paris parvient à réaliser un exploit unique en L1, qui est de marquer lors de ses 38 matchs de la saison. Et avec 33 buts, Mbappé devient le meilleur buteur du championnat pour la première fois de sa carrière.

2019-2020 : Saison Covid, début moins brillant et déséquilibre suspecté

Un championnat à part entière, écourté à cause du Covid, mais dont le résultat n’a jamais fait de doute en raison de l’avance du PSG sur la compétition. Mbappé était toujours le meilleur buteur, Di Maria le meilleur passeur et l’équipe de Thomas Tuchel ont les meilleurs records à domicile et à l’extérieur.

Mais les Parisiens sont moins souverains que la saison précédente avec trois défaites lors des 12 premières journées, s’inclinant principalement contre Reims à domicile (0-2) et Dijon, puis Rotlicht (1-2). Ce PSG, acceptant son déséquilibre, vit aussi des scénarios incroyables contre Monaco (3-3) ou à Amiens (4-4).

Thiago Silva, lors du match nul du PSG à Amiens.  (A. Réau/L'équipe)

Thiago Silva, lors du match nul du PSG à Amiens. (A. Réau/L’équipe)

Avec 75 buts marqués en 27 matchs disputés avant la fin de la saison, il en était à 100 buts avant une nouvelle saison en raison de la pandémie. Preuve supplémentaire de ses incroyables prouesses offensives puisque Mauro Icardi est désormais le troisième homme aux côtés de Neymar et Mbappé, à nouveau meilleur buteur de Ligue 1, à égalité de points avec Wissam Ben Yedder.

2021-2022 : espoirs déçus, Mbappé omniprésent et supporters maussades

Avec Mauricio Pochettino sur son banc, le PSG remporte son dixième titre et entre dans l’histoire stéphanoise. Mais l’arrivée de Messi, considéré par certains comme le plus grand joueur de l’histoire, a suscité des attentes phénoménales que le trio offensif de l’Argentin, Neymar et Mbappé n’a pas été à la hauteur. Le Français, qui a été élu Joueur de la saison aux Trophées UNFP, n’a rien à se reprocher : à première vue, il est en tête du classement des buteurs et passeurs de L1, encore inégalé.

Kylian Mbappé a inscrit à Montpellier son 25e but de la saison en Ligue 1. (A. Réau / L'Équipe)

Kylian Mbappé a inscrit à Montpellier son 25e but de la saison en Ligue 1. (A. Réau / L’Équipe)

Mais les performances erratiques sur le terrain et l’élimination de la Ligue des champions ont mis à rude épreuve les supporters qui évitent leur équipe. Ils fêtent aussi le titre sans les joueurs, au pied du corner d’Auteuil, après un nouveau nul frustrant à domicile face à Lens, mais réduit à 10 (1-1). Le PSG n’a également “que” 83 points à une journée de la fin, ce qui serait le total le plus bas pour un PSG titré en L1, à égalité de points avec 2012-2013 et 2014-2015, et malgré un parcours parc remarquable (15 victoires et 3 nuls ).

Leave a Comment