Pills and Go, comment Guy Roux a vécu la montée d’Auxerre en Ligue 1

L’excitant Guy Roux, ancien entraîneur emblématique de l’AJ Auxerre, a accéléré dimanche alors que l’AJA Saint-Etienne s’imposait pour revenir en Ligue 1 dix ans après sa sortie.

Guy Roux, 83 ans, n’a pas ménagé une bonne dose d’adrénaline dimanche alors qu’il assistait à la montée en Ligue 1 entre Saint-Etienne et Auxerre, le club dont il a écrit la légende. Dans un entretien accordé à Public Sénat, le légendaire entraîneur de l’ex-AJA raconte comment il a suivi cette rencontre qui s’est soldée par la victoire des Bourguignons (1-1, 5 Tab 4), qui reviendront en Ligue 1 dix ans après leur départ. Prenant toujours des précautions pour ne pas jouer avec sa santé fragile, il a subi un double pontage coronarien en 2001.

“Je ne suis pas allé au match”, a-t-il confié. J’ai un peu fatigué mon cœur avec toutes mes activités. [Mon cœur], je l’ai même sorti une fois et l’ai réglé à 7 degrés avant de le remettre. Je fais attention : ‘On ne m’a pas dit d’émotion extraordinaire… donc un tel match !'”

Il a marché trois kilomètres après qu’Auxerre a ouvert la porte

“J’étais en forme au match aller parce que je me disais qu’il y avait un match retour : il n’y aura pas de résultat de toute façon”, a-t-il ajouté. Mais au match retour… J’ai eu peur, je n’étais pas allé à Saint-Etienne et j’ai regardé le match à la maison, calmement, tout seul, avec des pilules quand même, explique-t-il, Auxerre a marqué de Hamza Sakhi, note d . Red.), j’étais calme à la 52e minute, mon cœur n’a pas accéléré. Et là j’ai mis mes tennis et j’ai marché trois kilomètres, je suis revenu faire des prolongations.

“J’avais peur que ça me bouleverse trop et me mette en danger”, explique-t-il. “J’avais ma télé allumée et quand je suis revenu j’ai vu qu’on se préparait pour les prolongations”, je me suis dit que je m’en foutais si je regardais, j’avais foi dans les tirs au but, j’avais les conditions psychologiques de l’équipe adverse étudiant comme si j’étais l’entraîneur (d’Auxerre), je me suis dit : s’ils (les Stéphanois) ne mènent pas 2-0 ou 3-0, ils vont avoir peur. Ils sentaient en eux-mêmes qu’ils allaient être mangés. est un peu produit.”

La carrière de Guy Roux est étroitement liée à celle d’Auxerre, où il a d’abord connu une modeste carrière de joueur (1954-1957) avant d’en devenir l’entraîneur mythique, guidant le club de la DH à la Ligue des Champions entre 1961 et 2005. Sous ses ordres, le club remporte le championnat de France 1996 et quatre coupes de France. Il a également qualifié l’AJA à deux reprises pour la Ligue des champions (1996-1997 et 2002-2003). Il quitte définitivement son poste en 2005 avant de finalement rejoindre Lens en tant qu’indépendant en 2007. Il est depuis lors un fervent supporter du club et un habitué du stade Abbé Deschamps.

Leave a Comment