Pélissier, le mercato, le budget… Le bilan de la saison

Au terme d’une saison difficile pour le club, le FC Lorient assura son avance en Ligue 1 en terminant 16e. Alors que l’entraîneur Christophe Pélissier a été confirmé dans ses fonctions pour la saison prochaine par son président Loïc Féry, RMC Sport fait le point sur la fin de saison des Merlus.

· Quel palmarès sportif ? L’entretien et c’est tout

Monté en Ligue 1 il y a tout juste deux ans, Lorient pourrait être largement satisfait de cette performance. C’était le but principal. Lors de la 37e journée, les Merlus se sont même échappés alors qu’ils ont dû attendre le 38e et dernier match de la saison dernière pour y terminer également 16e. Mais avec seulement 36 points récoltés (contre 42 il y a un an), la saison à Lorient a parfois pris des allures de carrefour.

Après des premiers matchs réussis, peut-être en trompe-l’œil (victoire au Moustoir contre Monaco, Lille et Nice), Lorient a surtout connu une terrible série de matchs sans succès avec 15 matchs (dont 7 défaites) d’affilée sur battement de coeur, plus de quatre mois sans victoire. Comme tableaux-19. A la pause, Christophe Pélissier est apparu sur la sellette avec un jeu contraignant. Mais leur président, Loïc Féry, lui a apporté son soutien public et l’a maintenu en poste. A partir de février les Merlus ont rallié sans briller, bien aidés par la course lente à l’arrière. Le bilan global de la saison est décevant pour le budget du 12e de Ligue 1 (50 millions d’euros).

· Quels changements sont à venir ? Pélissier reste en fonction

Une fois le maintien acquis, Christophe Pélissier a envoyé des nouvelles sur son avenir. Au club depuis 2019 avec un contrat à long terme de 5 ans, le technicien s’est dit absolument motivé pour revenir mais a laissé entendre qu’il n’était pas le seul décideur, preuve que la question de son maintien se profilait. Des désaccords avec la direction sportive ont éclaté tout au long de la saison avant de se régler au mercato d’hiver avec plusieurs nouveaux arrivants venus renforcer l’effectif. Lundi soir Christophe Pelissier avait rendez-vous avec son président Loïc Féry, qui avait rencontré les joueurs en préambule, pour prendre le pouls du soutien mutuel à leur entraîneur. Loïc Féry a aussitôt confirmé sans équivoque Christophe Pelissier dans ses missions. Lors d’une prochaine saison de quatre tours, le changement d’entraîneur était sans aucun doute considéré comme un gros risque, parallèlement à un coût financier estimé à 3,5 millions d’euros.

>> Toutes les infos et rumeurs sur le mercato en direct

Quelle fenêtre de transfert ? Moffi, Le Fée ou Lauriente au départ ?

Le mercato devrait être animé dans le Morbihan, avec un effectif à reconstruire et surtout à améliorer. Tout le monde au club semble conscient que maintenir un tel niveau de jeu sera difficile. Du côté des départs, les vétérans comme Jérémy Morel (38 ans) ne seront pas retenus en fin de contrat, tandis que Fabien Lemoine (35 ans) aimerait lui aussi être de retour en fin de contrat – s’engage et attend la décision du club. position à ce sujet. Houboulang Mendes (24 ans), lui aussi en fin de contrat, n’a pas convenu de prolongation et devrait partir. Lorient recevra des offres pour plusieurs de ses valeurs marchandes comme Terem Moffi, Armand Lauriente ou Enzo Le Fée. Une bonne vente est nécessaire pour les finances du club et avec l’arrivée de l’attaquant malien Ibrahima Koné au mercato d’hiver, le club anticipe déjà une rentrée offensive.

Les Merlus vont également recommencer à chercher un gardien, comme ils l’ont fait lors du mercato d’hiver lorsqu’ils ont interviewé Steve Mandanda et le gardien de Dortmund Roman Bürki. Paul Nardi, banni sur le banc, doit partir un an après la fin de son contrat avec Matthieu Dreyer, qui lui a succédé au retour du but numéro 2. Le nom de Benoit Costil s’est déchaîné depuis des mois sur celui qui a des liens avec le département et se verrait y terminer sa carrière.

· Quel budget ?

Comme la plupart des clubs du milieu et du bas de tableau, les finances de Lorient sont encore plombées par les crises des deux dernières saisons (Covid et Mediapro). Les ressources financières ne sont pas élevées, mais elles sont là. Ne pas renouveler certains gros salaires comme Jérémy Morel ou encore Fabien Lemoine peut aider, tout comme un bon transfert d’un joueur à forte valeur marchande. Le budget de 50 millions d’euros devrait au moins être respecté. Pour sortir des finances, Lorient doit aussi gérer l’affaire Adrian Grbic. Le plus gros transfert et le salaire le plus élevé du club autrichien, recruté à Clermont en 2020, n’a jamais rejoint le plan de jeu de Pelissier (il a été prêté à Vitesse Arnhem pour un contrat de 6 mois en janvier). Il est toujours sous contrat jusqu’en 2025.

Leave a Comment