Nous avons compilé les clubs de football les plus (objectivement) décevants de la saison

Arrêtez d’applaudir ! Après plusieurs mois de compétition acharnée, les grands Championnats d’Europe ont rendu leur verdict le week-end dernier avec un épilogue qui en a laissé certains à bout de souffle. Et en ce qui concerne les récompenses et les distinctions, tant collectives qu’individuelles, tous les clubs n’ont malheureusement pas réussi à atteindre leurs objectifs initiaux. Mais lequel nous a le plus déçu ?

#5. juventus

Après que Cristiano Ronaldo lui ait tourné le dos au cœur de l’été, la Juve comptait sur le retour du maestro Massimiliano Allegri pour renouer avec ses aspirations : gagner, gagner d’abord, rien mais pas gagner. Mais après une saison marquée par la perte du Scudetto pour la première fois depuis 2011 et une faible quatrième place l’an dernier, il n’y a pas eu de reprise. Constamment en retard au classement, éliminée sans gloire en 8e de finale contre Villarreal en Ligue des champions, battue face à l’Inter en finale de coupe d’Italie, la vieille dame n’est jamais revenue à la vie et met fin à la saison “Fanny”. Et ce n’est pas l’émotion du départ conjoint de Giorgio Chiellini et Paulo Dybala qui va réconforter les Bianconeros, bien au contraire.

#4. Paris Saint-Germain

Si le PSG est dans ce classement c’est avant tout à cause de l’écart entre la promesse estivale de ce recrutement 5 étoiles et son élimination précoce en Ligue des Champions face au Real Madrid quelques mois plus tard. Comme souvent au PSG, il y a le fond… et la forme. D’un côté, des moments de bonheur trop rares, même en championnat, malgré la reconquête du titre en Ligue 1, une sortie prématurée de la coupe contre Nice, la perte du Trophée des champions, le tout émaillé d’invraisemblables absences. matchs à Nice ou à Monaco. Et d’autre part, une saison qui ne tourne “que” sur un black-out de 25 minutes dans le match le plus important de l’année, dans lequel les Parisiens étaient jusque-là fortement impliqués. L’ambiance pesante qui entoure le club depuis cet échec, entre disputes en tribunes et traitement douloureux de l’affaire Mbappé (malgré l’épilogue positif), a de quoi faire passer la saison du PSG sous le signe de l’insuffisance et de la frustration. Et là encore on passe rapidement sur les affaires extra-sportives de Mauro Icardi, Ander Herrera…

#3. Everton

On imagine votre surprise de retrouver ici ce club historique du championnat anglais qui, après tout, intéresse relativement peu de monde en Europe. Outre le fait que les faits sont là, et qu’ils nous forcent à lever le voile de la supercherie : Everton compte depuis vingt ans parmi les clubs les plus riches du monde, dépense presque sans discernement sur le marché des transferts et scrute frénétiquement les managers (un par année en moyenne depuis 2016) pour un résultat proche de zéro. Son dernier titre remonte à 1995 (un trophée) et sa plus récente carrière en Ligue des champions remonte à une défaite au troisième tour préliminaire en 2005. Un record pas loin d’être grotesque cette saison, tant le club a dû attendre la 37e et arracher son titre avant l’ultime journée de Premier League, et fêter un titre de champion avec plus de ferveur que les autres. Everton, certainement le pire ratio investissement/bénéfice du continent.

#2. FC Barcelone

Le Barça termine une saison sans remporter le moindre titre, ce qui est suffisamment rare pour être signalé. Mais cette année, le quotidien des Catalans a parfois pris des allures de carrefour. Le départ brutal de la légende Lionel Messi en août a été précédé d’une première mi-temps catastrophique dans le jeu et dans les coulisses, rythmée par un changement managérial (Xavi remplaçant Ronald Koeman) et une sortie avant le 8e de finale de la C1 pour la première fois depuis 2001, alors Le Barça sécurisé fait des apparitions en seconde partie de saison en sécurisant sa place dans le top 4 ou encore en surclassant le Real Madrid au Bernabéu (4-0). Mais si on y ajoute une autre déception en Ligue Europa (élimination en quart de finale contre Francfort) et un sprint final totalement anonyme, cela donne tout de même un tableau d’ensemble sacrément sombre pour un club de cette taille.

#1. Manchester United

C’est une première place bien méritée pour un club qui, depuis une décennie, se surpasse saison après saison dans sa capacité à frustrer les supporters habitués au luxe de la domination de leur équipe dans les années 1990 et 2000. L’amertume vient aussi de la promesse d’un été 2021, dans lequel l’état-major mancunien avait décidé de tout donner – seulement pour calmer l’enthousiasme issu du projet (temporairement) avorté de Super League dont il est l’un des fers de lance. a été. Le recrutement de Raphaël Varane, Jadon Sancho, le retour du fils prodigue Cristiano Ronaldo… MU semblait calibré pour au moins jouer les trouble-fête dans la course au podium, ou mieux encore. Ambitions rapidement déçues. Rapidement relégué en championnat, parfois humilié comme ce soir d’octobre et le dévastateur 5-0 à domicile face à Liverpool (9-0 au total des deux duels), impuissant en Ligue des champions face à l’Atlético… Malgré le changement d’entraîneurs exigé par tant de fans, ont terminé les Red Devils ont passé la saison à une sixième place moins que stellaire, à treize points de la zone de la Ligue des champions.

Leave a Comment