NÎMES OLYMPIQUE Malik Tchokounté : “J’ai 29 ans en jambes”

Malik Tchokounté porte le numéro 18 (Photo Nîmes Olympique)

Après Nicolas Benezet, Malik Tchokounté est la deuxième recrue du Nîmes Olympique pour la saison prochaine. L’attaquant de 33 ans, formé à Nice, a surtout connu le monde amateur avec Calvi et Dunkerque avant de faire la connaissance de la Ligue 2 (avec le Paris FC) puis de la Ligue 1 (Caen) à 28 ans. Le père d’une fille d’un an et demi prénommée Elyah, qui a inscrit neuf buts avec Dunkerque lors des deux saisons précédentes et vient d’être reléguée en équipe nationale, évoque son arrivée dans le Gard et son parcours.

Cible du Gard : Que pensez-vous de votre passage au Nîmes Olympique ?

Malik Tchokounté : Je suis très heureux. Nîmes est un fleuron de la Ligue 2, récemment entré en Ligue 1. Je trouverai le sud. Je suis de Nice donc ma famille n’est pas loin.

Comment se sont déroulées les discussions avec le club ?

J’ai eu l’entraîneur au téléphone après le dernier match de championnat. Il a eu la décence de me laisser terminer la saison avec Dunkerque. Il m’a dit qu’il pensait à moi depuis un moment. J’ai parlé à Nicolas Usaï, on se connaît, on s’est souvent disputé. J’ai plusieurs amis proches qui l’ont aussi eu comme entraîneur, comme Julien Lopez ou Axel Maraval. Quand j’ai signé, d’autres joueurs m’ont félicité et m’ont dit que je m’amuserais avec lui. J’aime sa façon de gérer. C’était un bon feeling, il a su me convaincre. J’étais très intéressé par le club lui-même, le fait que l’entraîneur était si désireux de me signer était ce qui a fait la différence. Après avoir discuté du contrat avec les responsables, les choses se sont bien passées.

Avez-vous reçu d’autres demandes?

Mon objectif était de continuer en Ligue 2. À la fin de la saison, j’ai eu plusieurs appels. J’avais trois propositions concrètes à la fin du championnat, et il y avait un fort intérêt des clubs de Ligue 2. Il a fallu attendre encore quelques jours pour certains. Pour moi c’était clair d’aller à Nîmes.

“J’ai découvert la Ligue 2 à 28 ans”

Si vous deviez résumer brièvement votre parcours, que diriez-vous ?

Un parcours atypique. Après le centre de formation de Nice, j’ai passé huit ans en amateur, quatre ans en CFA et quatre ans en équipe nationale. J’ai commencé à jouer professionnellement assez tard. J’ai découvert la Ligue 2 à 28 ans. Cela me garde mentalement frais, donc je veux continuer à essayer. Je savais qu’un jour j’aurais une opportunité et qu’il fallait que je la saisisse.

En fait, vous l’avez fait en signant au Paris FC où vous avez marqué 12 buts en Ligue 2. Derrière eux, vous avez découvert la Ligue 1 avec Caen. Un an c’est peu de temps pour en profiter…

C’était une bonne expérience. J’ai tout de même beaucoup apprécié, même si c’était très difficile par rapport aux résultats et au fait que nous soyons tombés en panne. Je me suis amusé et si vous prenez du recul, vous devez chérir ces moments de solidarité avec la Ligue 1. Statistiquement, c’était une mauvaise saison, j’ai eu trois buts qui ont été refusés à cause du VAR. C’était compliqué, mais j’y ai rencontré des amis importants, donc c’est loin de tout jeter.

Malik Tchokounté a joué six saisons à Dunkerque (photo USL Dunkerque)

Vous êtes arrivé tardivement en Ligue 2 mais fêterez vos 34 ans en septembre. quel âge ont tes jambes

Mes jambes ont 29 ans. Je me sens bien. En vieillissant, j’y fais plus attention. Je prends soin de moi-même. J’espère continuer dans ma meilleure forme pour faire une bonne saison. Après, je ne compte pas trop sur mon âge, je le fais et puis ça démarre. Connaissant tous les niveaux et certains clubs, on peut dire que je suis un joueur expérimenté, même si je n’ai pas dix ans de professionnalisme dans ma carrière.

Comment définissez-vous votre style de jeu ? Peut-on être comparé à des attaquants comme Gaëtan Charbonnier ou Khalid Boutaïb ?

Oui, j’ai ce profil de pivot qui s’appuie sur la défense et qui pèse lourd sur eux. J’aime laisser les autres jouer. Charbonnier et Boutaïb sont d’excellents coéquipiers et buteurs. Je veux participer au jeu, je n’aime pas être effacé et toucher des balles, je veux que les gens m’utilisent. Et bien sûr mettre fin aux actions. J’ai marqué plusieurs buts de la tête la saison dernière. J’aime beaucoup Boutaïb, on s’est rencontré en CFA2. Et Charbonnier n’a pas besoin d’être présenté.

« Je veux connaître l’ambiance des Costières »

Connaissez-vous l’un de vos futurs coéquipiers ?

Avec qui j’ai joué, non. Après je connais Anthony Briançon même si je ne sais pas s’il va rester. J’ai joué quelques fois contre lui, on s’est côtoyé lui et moi. C’est un très bon défenseur. Nous avons des amis en commun. Aussi le petit Patrick Burner de Nice et Gaëtan Paquiez, car nous sommes en classe ensemble à l’UNFP. Nous passons un diplôme bac+2 en gestion. On était dans le même groupe et c’est un mec super.

Quelles sont vos ambitions pour la saison prochaine ?

J’espère vraiment que nous pourrons jouer pour le haut du tableau et profiter pleinement de notre chance. Car le but est vraiment de faire une bonne saison, de se faire plaisir, pour nous et pour les supporters. Je veux connaître l’ambiance aux Costières que j’ai vécue en venant avec le Paris FC et Caen. Quand on est devant, on se dit : Wow ! C’est énorme. Cela nécessite des résultats. Quand je suis venu avec Dunkerque, on se sentait un peu amer en public par rapport aux leaders. J’espère jouer avec le public qui est à la traîne car il y a un surplus de puissance.

Interview réalisée par Corentin Corger

Leave a Comment