Montpellier court après Aïssa Laïdouni et veut la séduire

Dans les tribunes à Aréna Puskas, le mercredi 11 mai, Bruno Carotti est arrivé pour surveiller l’une des cibles du MHSC pour le poste de milieu de terrain défensif que le club vise cet été. Holder, ce jour-là, comme lors de la plupart des séances de sa formation, Aïssa Laïdouni remporte la finale de la coupe nationale et inscrit le doublécar le Ferencváros Torna Club est également devenu champion de Hongrie pour la quatrième fois consécutive cette saison.

Un nouveau trophée pour ce garçon élu meilleur joueur de la ligueil y a quelques mois, et qui répéter le glaçage après des débuts compliqués dans le monde professionnel en France.

Pas un long fleuve calme

À vrai dire, arrive à Angers à 19 ansaprès avoir effectué tous ses cours dans sa ville de Montfermeil en Seine Saint Denis, le jeune homme a fini par jouer un seul Match de Ligue 1 en avril 2016 face à Troyesavant qu’une brouille avec son entraîneur et ses dirigeants ne mette fin à son rêve de gagner en Anjou.

Licencié, Aïssa Laïdouni est ainsi prêté au National Chambly et à herbierspuis exilé Roumanie à la fin de son bail. Au FC Voluntari, où il évolue pendant deux ans, il trouve les faveurs et se fait remarquer dans plusieurs formations notamment Le lac des cygnes, comme le dit L’Equipe. Finalement, un voisin hongrois remporte le pari.

A l’est le renouveau

Et c’est là Budapestque l’international tunisien, qui avait parfois aussi l’œil sur l’Algérie, refait parler de lui. Dans la capitale, il joue principalement plusieurs matchs sur la scène européenne en Ligue Europa et en Ligue des Championsnotamment contre le FC Barcelone et la Juventus Turin.

En même temps, celui qui porte le numéro 93, comme son département d’origine, se fait aussi un nom et une place dans la sélection. Avec la Tunisie, il est l’un des grands acteurs des qualifications pour la Coupe du monde au Qatar, avec un Gros match des Aigles de Carthage face au Malidans le barrage.

Un profil recherché

Aujourd’hui, alors qu’il ne reste qu’un an au contrat d’Aïssa Laïdounis, le MHSC a ciblé cette Sentinelle Qui coche plusieurs cases liées au profil recherché du club et de l’entraîneur Olivier Dall’Oglio.

À Chambly, son entraîneur dit Bruno Luzi à nos confrères de L’Equipe qu’il avait”Vitesse, Puissance, Technique et Compétence”. Et cela, à son avis, était nécessaire “Placez-le près de la surface car il peut passer, marquer et jouer.”

Interrogé sur ses qualités lorsqu’il évoluait à Angers, l’intéressé se définissait comme milieu défensif. “beaucoup d’effet” dans son jeu et peut également développer davantage “défenseur central” ou dépanner au bureau de poste “côté droit et gauche”.

Il s’agit maintenant de trouver un accord avec le joueur, mais aussi avec son club, auquel il faudrait verser des indemnités de transfert, même si Laïdouni n’est pas le seul dans le viseur du MHSC à venir. aider entre les matchs de Jordan Ferri, Téji Savanier, Joris Chotard et Léo Leroy.

Partenaires mentorés ?

Le directeur sportif de La Paillade, qui nous a confié en avoir profité pour observer d’autres joueurs lors du match auquel il a assisté, a peut-être été séduit par l’Ivoirien Franck Boli (28 ans), ancien meilleur buteur du championnat de Norvège qui a offert un doublé ce jour-là et son total up onze buts en 27 matchs cette saison.

Le Marocain blessé Ryan Mmaee (24 ans) et qu’il ne pourra pas admirer marqué 19 buts en 37 matchsdans toutes les compétitions.

Leave a Comment