Montée en Ligue 1 avec Auxerre, Jean-Marc Furlan, spécialiste de l’escalade

La montée de l’AJ Auxerre en Ligue 1 dimanche est la cinquième du natif de Sainte-Foy-la-Grande en Gironde. Record absolu. ” Ce sont des souvenirs gravés à jamais, de la joie, une certaine forme de bonheur. Et s’il faut retenir une chose, c’est l’amitié très forte avec de nombreux joueurs qui dure encore aujourd’hui. dit Furlan. Retour sur ses quatre acquisitions à ce jour, trois à l’ESTAC et une à Brest.

Troyes (2004-2005) : le premier d’une saison

Paradoxalement, cette saison débute par une rétrogradation réclamée par la DNCG après des problèmes financiers. La raquette est finalement sauvée et reste in extremis en L2. Thierry Gomez a ensuite pris les rênes de l’ESTAC en cédant le poste d’entraîneur à Jean-Marc Furlan, entraîneur qui s’est illustré avec Libourne (CFA) en Coupe de France.

Malgré une victoire spectaculaire (3-4) à Montpellier lors de la première journée, les débuts du club en Ligue 2 pour la saison 2004/2005 ont été compliqués. Mais l’équipe, emmenée par Damien Perquis, Sébastien Grax et Benjamin Nivet, est revenue sur le podium à l’issue du Jour 15 après avoir battu Le Havre AC.

Renforcés en janvier avec le prêt de Bafétimbi Gomis, les Troyens ne quitteront plus le podium. Après un parcours remarquable, l’ESTAC confirmera sa montée en Ligue 1 grâce à une victoire à domicile (2-1) face à son voisin Sedan lors de la 36e journée et terminera 3e du championnat derrière Nancy et Le Mans. A noter que la saison a été marquée par les débuts pro d’un certain Blaise Matuidi.

Troyes (2011-2012) : matches retours en fanfare

Après deux saisons en Ligue 1 (2005-2007), Troyes est relégué et se sépare de Furlan. Une période sombre s’annonce avec la relégation en National (2009) et l’arrivée de Daniel Masoni à la tête de l’ESTAC. Le club monte et Masoni se souvient que Furlan avait terminé la saison 2010-2011 à la 16e place de L2.

L’année suivante, les résultats deviennent erratiques jusqu’en janvier et Troyes termine la première partie de saison en milieu de tableau. Les Aubois, propulsés par leur duo d’attaquants Marcos dos Santos-Raphaël Caceres mais aussi par le jeune latéral droit Djibril Sidibé, ont fait leur entrée sur le podium lors de la 29e journée.

Ils ne quitteront la 3e place que le lendemain avant de la reconquérir et de l’occuper derrière Bastia et le Stade de Reims jusqu’à la fin de la saison. Le 11 mai 2012, l’ESTAC retrouve officiellement la Premier League après une victoire 2-0 contre l’AS Monaco lors de la 37e journée.

Troyes (2014-2015) : Domination absolue

Troyes, relégué en L2 en 2013, a connu une saison en demi-teinte à l’exception d’un bon parcours en Coupe de la Ligue où le club a atteint les demi-finales et a été battu par l’Olympique Lyonnais (2-1) à Gerland.
Mais la saison 2014-2015 sera extraordinaire. Installés sur le podium très tôt, dès la 2e journée, les bons résultats des Troyens s’enchaînent au point de figurer 36 fois sur le podium en 38 jours.

A l’issue de la 34e journée et d’une victoire (2-1) sur le SCO Angers, le club confirme son entrée en Ligue 1 et décroche trois jours plus tard le premier titre de Ligue 2 de son histoire. Un parcours sans partage récompensé par des trophées UNFP : meilleur entraîneur pour Jean-Marc Furlan, meilleur gardien pour Denis Petric, tandis que Jonathan Martins Pereira, Rincon, Lionel Carole et Benjamin Nivet font partie de l’équipe type de l’année. En Ligue 1, Jean-Marc Furlan et son président ont mis fin d’un commun accord à leur collaboration le 3 décembre 2015, avec des résultats médiocres.

Brest (2018-2019) : Trois ans pour le Graal

Après une saison 2015-2016 décevante à tous points de vue, le Stade Brestois a changé de cap avec l’arrivée de l’entrepreneur Denis Le Saint à sa tête le 11 mai 2016. Vingt jours plus tard, le 31 mai, le nouveau président scellait l’investiture de Jean-Marc Furlan pour trois ans au banc breton.

Avec Gregory Lorenzi, le directeur sportif, le duo va progressivement remettre le SB 29 sur le devant de la scène. Champion d’automne 2016, le club termine la saison suivante à la cinquième place, s’inclinant lors du premier match des barrages sur la pelouse du Havre (0-2), l’année où Furlan tente de faire un pari en signant Gaëtan Charbonnier pour le club L’attaquant revient d’une déchirure du ligament croisé antérieur au genou gauche.

2018-2019 sera la bonne année. Les Brestois grimpent à la deuxième place du tableau lors de la 13e journée et ne quitteront cette position que lors de la dernière journée. Le 10 mai 2019, le Stade Brestois confirme sa montée en L1 et termine finalement deuxième derrière le FC Metz.

Leave a Comment