Mohamed El Arouch prêt à rugir / Ligue 1 / J37 / OL-Nantes / SOFOOT.com

Malgré une saison médiocre, l’OL a une valeur sûre : la qualité de son académie. Mohamed El Arouch, vainqueur de la Coupe Gambardella samedi dernier et grand espoir du centre de formation lyonnais, est le prochain sur la liste des jeunes à percer sous la tunique rhodanienne.

Cette saison, les rares rayons de soleil que l’OL a vus sont venus de son académie : Castello Lukeba a surgi en défense centrale, Malo Gusto a eu quelques flashs dans son couloir droit et Maxence Caqueret a confirmé le talent que la France avait en lui il y a deux ans avait découvert . Symbole, les Gones ont remporté la Coupe Gambardella au Stade de France samedi dernier face à Caen (1-1, 5-3 TAB), 25 ans après leur dernière victoire dans la compétition. Le lendemain à Metz, l’équipe A a livré une honteuse copie à perdre face aux Mosellens (3-2), qui n’avaient gagné qu’une seule fois en 2022 avant cette rencontre. Quand Lyon fait mal chez les pros, leur académie offre souvent de grands talents. C’était aussi le cas il y a dix ans, quand le club devait se serrer la ceinture pour pouvoir s’offrir son stade et donc faire confiance à la génération Grenier-Lacazette-Umtiti-Tolisso-Fekir. Cela lui avait rendu quelque chose puisqu’il avait ramené l’OL à la deuxième place du championnat en 2015 en s’immisçant longtemps dans la lutte avec Paris.

MEA et ADN OL

Et si la jeunesse lyonnaise donnait un coup de pouce à cet OL complètement abasourdi et fêlé, que ce soit sur place ou en interne ? “Nous voulons que l’ADN de la formation lyonnaise soit le maître mot de l’avenir” a demandé Jean-Michel Aulas dans une lettre ouverte ce mardi “Aux supporters de l’Olympique Lyonnais” . Dans ce communiqué, et pour montrer cette confiance dans la nouvelle génération, le Président a évoqué la prolongation jusqu’en 2025 d’un certain Mohamed El Arouch. A 18 ans, il serait le prochain parti de l’académie à percer dans la cour des grands. Arrivé à treize ans de son Vaucluse natal entre Rhône et Saône, c’est lui qui, en grande partie, a guidé son club vers la victoire en finale de la Gambardella : un beau but, mettant un gros coup de poing sous la barre, puis une Panenka en attendant, la séance de tirs au but pour donner un départ parfait à ses coéquipiers, qui triompheront quelques minutes plus tard.

« Il fait toujours preuve d’enthousiasme. C’est un joueur, il rend le jeu amusant. » Éric Hély, entraîneur de l’OL U19

« Sa Panenka montre une grande confiance en lui. Il a marqué, alors je le félicite ! S’il l’avait raté, j’aurais dit que c’était un peu osé. Il fait partie de ces joueurs qui ont du culot. , applaudit Éric Hély, entraîneur des U19 de Lyon. Solide milieu offensif (seulement 1,65 mètre), il brille cette saison par ses dispositifs techniques et collectifs. Ses plus grandes qualités ? “La relation entre lui et le ballon, le premier contrôle pour faire bouger le ballon” , précise Éric Hély. Décrit ainsi, il pourrait être confondu avec Rayan Cherki. « Ce sont des profils différents. Rayan est beaucoup plus dans l’exploit individuel, Momo plus dans la dynamique offensive. Rayan est plus un attaquant et je dirais que Mohamed est un milieu de terrain offensif.” Il développe son entraîneur. Le garçon d’Orange est prêt à servir l’équipe et préfère une bonne passe à un geste individuel. « Il donne l’impulsion pour aller de l’avant. Il fait toujours preuve d’enthousiasme. C’est un joueur, il rend le jeu amusant.” dit le technicien.

Bien qu’il soit marqué du label d’espoir tant attendu, El Arouch a sans doute reçu un peu moins de battage médiatique que Cherki, qui a un an de plus que lui. Cela lui a permis d’avancer tranquillement dans son coin. Mais désormais, impossible de ne pas garder un œil sur sa coupe mulet. Forcément, comme c’est le cas pour de nombreux jeunes du centre de formation, les supporters lyonnais sont déjà impatients de le voir sur la pelouse de la Ligue 1 la saison prochaine. Peut-être trop impatient. Si Éric Hély le pense “techniquement et dans l’animation du jeu” El Arouch est prêt pour le haut niveau, « Sur le plan sportif, il doit encore faire un pas en avant » et “Peut-être qu’il a encore besoin d’un peu de maturation mentale” . Alors un peu de patience.

Mieux que Benzema

Cependant, il est difficile de ne pas s’emballer. Après tout, il a déjà fait ce que Benzema, Ben Arfa et Loïc Rémy n’ont pas réussi à faire en 2005 : remporter une finale de Gambardella. « Je préfère avoir El Arouch à mes côtés que contre moi ! C’est lui aussi qui a marqué en finale. Il y tenait et comme les joueurs avec de la personnalité et des qualités, il a joué son rôle de leader technique et mental. Il n’était pas seul, mais il faisait partie des joueurs qui avaient beaucoup d’attentes. C’est une de ses grandes qualités. Dans les moments fatidiques, la hache rentre, il est là.” , décrit Hély. Prochaine étape : Amener une Panenka à l’entraînement en regardant Anthony Lopes droit dans les yeux.

Par Léo Peat
Propos d’Éric Hély, recueillis par LT

Leave a Comment