Maintien L1 – Saint-Etienne – Ruffier, liste noire, vente fantôme : 10 dates pour l’écroulement inéluctable des Verts

L’AS Saint-Etienne pourrait retrouver la Ligue 2 pour la troisième fois en moins de 30 ans. Si l’Europe s’est dotée d’un centre de formation qui a irrigué le football européen durant cinq des huit dernières saisons, la fragilité de leurs institutions et de leurs finances a fini par rattraper les Verts. Mais aussi en raison des innombrables mauvaises décisions de toutes les couches d’un club qui se frotte au gouffre depuis le départ de Jean-Louis Gasset au printemps 2019. Retour en 10 dates sur une panne que les circonstances ont rendue inévitable.

4 octobre 2019 : A toute vapeur pour Puel

Claude Puel, qui s’est retrouvé dans un club déjà à la dérive (19e), se voit confier tous les pouvoirs de manager. Il siège au conseil d’administration et nomme un de ses proches, Xavier Thuilot, au poste de directeur général. Puel peut façonner l’équipe à sa manière et l’ASSE lui fera confiance à plus d’un titre, pris dans une situation inextricable. Comme à son habitude, il s’attachera d’abord à tout démonter pour essayer de tout reconstruire à sa guise. Une politique de la terre brûlée qui coûte cher comptablement.

ligue 1

Le Collectif Ultras Paris soutient Gueye “sans faille”.

5 HEURES AVANT

Joueurs, entraîneurs, présidents : tous responsables du fiasco des Verts (Image : Quentin Guichard)

Source : Eurosport

19 janvier 2020 : L’ambulance de Kolo se fait tirer dessus

Très vite, les relations entre le nouvel entraîneur et les cadres (M’Vila, Boudebouz, Khazri, Debuchy, Beric, etc.) se sont tendues. Puel nourrit la jeunesse et bouleverse les rapports de force dans le vestiaire. En janvier, après s’être qualifié pour la Coupe de France, il a frappé au FC Paris Timothée Kolodziejczak : “Vous le verrez de moins en moins. Pourquoi ? Parce que je veux garder le bon esprit de l’équipe, comme je l’ai vu ce soir. Vous tirez les conclusions que vous voulez“Le rapport de force exténuant épuise les anciens patrons des vestiaires et les prive de confiance. Déjà en difficulté, Kolo ne sera plus que l’ombre de lui-même et sa responsabilité sera grande deux ans plus tard dans la terrible saison d’ACE.

21 février 2020 : Travaux de démolition, Ruffier au frigo

Le point culminant de cette démonstration de puissance. Fin février, Stéphane Ruffier disputera le dernier de ses 383 matchs avec les Verts. Puel licencie sans ménagement l’un des deux meilleurs joueurs ACE du 21e siècle (avec Loïc Perrin). Jessy Moulin, son successeur, n’a pas les moyens de prendre la relève. Etienne Green puis Paul Bernardoni vont se succéder sans donner à ce poste clé la sécurité nécessaire. Avec Ruffier, les Verts se sont tiré une balle dans le pied et boitent encore à ce jour.

Stéphane Ruffier sous le maillot des Verts

Crédit photo : Getty Images

11 août 2020 : Khazri, M’Vila, Boudebouz, par ici jusqu’à la sortie

C’est la grande vente pour les Verts. Pour se débarrasser des hauts salaires, Claude Puel crée une liste noire et vire Yann M’Vila, Ryad Boudebouz et Wahbi Khazri du stage de pré-saison. Peu importe les conséquences sportives, Puel veut faire fondre le mammouth. L’ancien Rennais partira mais Boudebouz et Khazri tiennent toujours les Verts à distance. Le Tunisien et le Marocain, usés par des mois de méfiance, ont sans doute sous-performé à l’AS Saint-Etienne.

2 octobre 2020 : Au revoir Fofana, bonjour Aouchiche

Les Verts atteignent leurs limites. Alors qu’aucun actionnaire majeur ne les protège, ils subissent de plein fouet la crise du Covid alors que les droits TV se profilent. Contrainte de vendre les bijoux de famille, l’ASSE a autorisé Wesley Fofana à partir pour Leicester un an après la vente de William Saliba à Arsenal. Deux hommes criaient à un bel avenir, très loin du Forez. A l’inverse, Puel décide d’investir dans Adil Aouchiche et d’en faire la star de son projet. L’ancien Parisien, entré en jeu toute la saison, n’a plus marqué en L1 depuis août dernier. Il est le symbole d’une jeunesse talentueuse, mais probablement trop verte pour faire face à une situation aussi dangereuse.

Le braquage de Fofana et la science du mercato : “Dans la tête de Puel, il est vendu depuis deux mois”

31 août 2021 : L’icône Ramirez

Sergi Palencia, Alpha Sissoko, Panagiotis Retsos, Jean-Philippe Krasso, Anthony Modeste : Depuis l’été 2019, le recrutement des Verts a offert une belle fête des perdants. Un homme symbolise la chute de l’unité de recrutement. Ignacio Ramirez, qui a débarqué lors de la dernière journée du mercato estival 2021, jouera 123 minutes en Ligue 1 et ne pourra pas s’adapter au schéma de jeu de Puel, Sablé ou encore Dupraz. Son niveau de formation a consterné ses entraîneurs ultérieurs et il aura coûté près de 900 000 €. Dans un an et demi, les Verts auront signé trois avant-centres : Anthony Modeste, Ignacio Ramirez et Enzo Crivelli. Résultat : 0 buts et 490 minutes de jeu. Pendant ce temps, Robert Beric marquait des buts à Chicago.

13 janvier 2021 : Les Verts sont à vendre, mais…

Les finances des Verts étant exsangue, il est urgent de trouver un repreneur capable d’injecter de l’argent dans la machine. Dans une lettre aux supporters, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo expriment leur désir de vendre leur club. Mais les deux présidents sont-ils sur la même longueur d’onde ? Voulez-vous vraiment vous rendre ? Un an plus tard, rien n’a bougé, la vente a même été repoussée. Symbolique du report d’un couple présidentiel dont les mésententes ont coûté cher, cette vente fictive a alimenté la confusion et la déstabilisation de l’institution.

Romeyer et Caïazzo, les deux dirigeants de l’AS Saint-Etienne

Crédit photo : Getty Images

21 janvier 2022 : Gnagnon, ah bon ?

Un match et demi avec les réserves, pas de minutes avec les pros. Recruté par Claude Puel en novembre, Joris Gnagnon incarne mieux que personne les ratés du service recrutement. Mal en forme, il n’a même pas dépassé son contrat de six mois… Eliaquim Mangala, arrivé cet hiver, a brillé par son manque de rythme, Bakary Sacko ne s’est jamais pesé et Enzo Crivelli s’est occupé de l’infirmerie. Outre Falaye Sacko, les recrues ont également pesé sur les Verts.

17 mars 2022 : « Si on se serre les coudes, je jouerai un match avec les Ultras »

En ce début d’année, Pascal Dupraz insuffle un nouveau souffle et de l’envie aux Verts malades. Lorsqu’ils sortent enfin de la zone rouge, le coach des Verts se délecte en conférence de presse : “Si on s’y tient, j’aurai un combat avec les Ultras au Kop« Grosse erreur de communication. Depuis que Dupraz a voulu brosser les cheveux de ses supporters, il oublie l’essentiel : son peuple n’est pas épargné et il faut rester mobilisé. Depuis cette malheureuse sortie, l’ASSE a marqué 4 points en 8 jours.

Pascal Dupraz avec Romain Hamouma et Denis Bouanga pendant Nice – ACE

Crédit photo : Getty Images

7 mai 2022 : Des funérailles en toute intimité

L’ASSE-Reims était l’occasion rêvée de sauver ce qui peut l’être et de finir en barrage routier. Une victoire et une 18e place sont presque assurées. Dans une cathédrale immobile, à l’intérieur d’un huis clos tendu, les Verts s’offrent un enterrement en toute intimité face à une équipe qui n’a plus rien à jouer. Défense en échec, physique qui claque, têtes qui explosent : toujours le même scénario avec un Pascal Dupraz impuissant et des joueurs sans le sou. Le spectacle est déchirant. Les Verts sont promus en Ligue 2.

ligue 1

Sampaoli reste dans le flou sur son avenir et met la pression sur les dirigeants de l’OM

IL Y A 6 HEURES

ligue 1

Nouvelles balles en L1 et L2 : Kipsta rend hommage aux raquettes historiques

IL Y A 8 HEURES

Leave a Comment