Maintien en Ligue 2, mercato, projets… Bilan Entretien avec le président Ferrandi

Promu en Ligue 2 en début de saison, le Sporting Club de Bastia a assuré sa place à trois journées de la fin de saison. Emmené par Régis Brouard, le club corse a terminé 12e du championnat. Pour RMC Sport, le président Claude Ferrandi fait le bilan de la saison écoulée, évoque les finances, sa relation avec le manager et le mercato du club cet été.

Claude Ferrandi, comment jugez-vous cette saison en Ligue 2 pour le SC Bastia ?

Ce fut une bonne saison avec un service dans trois jours et une 12e place au général. On a aussi fait un bon parcours en Coupe de France avec un quart de finale, de belles émotions. Dans l’ensemble, ce fut une excellente saison pour nous.

“Régis Brouard restera”

C’étaient des barrages à la trêve de décembre, terminant 12e du championnat : vous vous attendiez à ça ?

Non, on s’est fixé un objectif en début de saison, le simple fait de rester en Ligue 2. Nous sommes des gens prudents. C’est vrai qu’on a fait un petit bilan du but en janvier, mais ce n’était pas acquis. Nous sommes satisfaits de la saison. Si vous m’aviez dit en décembre que nous avions terminé 12e, j’aurais signé tout de suite.

Est-ce aussi le succès de Régis Brouard, en poste depuis octobre ?

Au départ, deux décisions seront prises en octobre. La séparation de l’entraîneur sur place (Mathieu Chabert, ndlr), ce n’est jamais facile à faire. Il y a des liens qui se sont formés au fil du temps. Vous devez prendre cette décision pour le bien de l’association. Et le deuxième choix est Régis Brouard. Aujourd’hui, c’est un choix payant. L’objectif a été atteint et nous sommes satisfaits de la coopération avec Régis.

Régis Brouard reste entraîneur ? Quelle est votre relation avec lui ?

Oui, il restera. Nous sommes très proches et en contact permanent. Nous discutons beaucoup avec la projection. Nous sommes dans une phase de travail très intéressante. C’est différent de ce que nous avons connu dans le passé. Sans remettre en cause la relation au passé. Mais c’est différent. Nous parvenons à allier discussion et rigueur professionnelle.

“Le budget va augmenter d’un million et demi d’euros”

En dehors du mercato, quel est le plus gros chantier des prochaines semaines ?

Il y a deux gros projets. Le premier, les travaux du centre de formation, les travaux de l’académie et du futur centre de formation. Et la deuxième grande partie se situe au niveau organisationnel. Nous sommes encore en phase de construction. Nous avons besoin d’une organisation la plus efficace possible pour un club de Ligue 2.

Le budget augmentera-t-il financièrement ? Bénéficierez-vous de l’enveloppe de la société commerciale de la Ligue ?

Le budget est automatiquement augmenté d’un million et demi d’euros. C’est le montant de CVC que nous recevrons pour les deux prochaines saisons. Normalement c’est 750 000 euros par saison sur deux ans. Mais on peut intégrer 1,5 million d’euros pour la saison à venir. On peut donc combiner l’affectation des deux saisons en une seule saison. Mécaniquement, donc, le budget va augmenter. Mais il faut savoir que notre enveloppe sortant de CVC doit être marquée en investissement. Vous devez d’abord passer la DNCG. Une fois les comptes validés, nous avons droit à cette enveloppe CVC. Ensuite, cet argent doit être dépensé en suivant une flèche très précise. Il ne s’agit pas de le dépenser sur la masse salariale. On peut le dépenser en organisation, en travail de développement, mais pas en paie des joueurs.

Devez-vous, comme plusieurs clubs de Ligue 2, être confrontés à la problématique de trouver des sponsors pour la saison prochaine ?

Le Sporting a la chance d’avoir une base de sponsors assez solide. Ce n’est jamais assez, nous avons toujours besoin de plus d’argent et nous devons en obtenir davantage. On sera au niveau de la saison dernière. Après, sur le territoire corse, on se heurte rapidement aux limites du bassin économique. Vous devez être attractif avec un projet ambitieux et réaliste. Pour cette raison aussi, nous devons diversifier les sources de revenus des clubs. Par exemple, avec un service de communication “Corsicom”, qui s’occupe des événements culturels et sportifs.

La Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), créée il y a quelques années, est-elle encore idéale pour la Ligue 2 ?

Nous sommes toujours le seul club professionnel avec ce genre de leadership. C’est faisable pour nous. La difficulté que nous pouvons voir avec ce modèle est qu’il ne s’agit pas d’un modèle spéculatif. C’est pourquoi il peut être difficile pour certains investisseurs de rejoindre le club. Comme apporter une grosse somme d’argent et retirer une somme plus importante quelques années plus tard. Ce modèle ne le fait pas. C’est un modèle de philosophie. Nous devons soutenir le projet et pourrons toujours emmener des gens avec nous.

“Le marché n’est pas vraiment ouvert”

À quoi s’attendre pour ce mercato du Sporting Club de Bastia ?

Il existe de nombreuses fins de contrat possibles, nous discutons actuellement des extensions avec les joueurs. Ensuite on travaille sur le mercato pour cet été. C’est encore frais, le marché n’est pas vraiment ouvert. Il va falloir patienter encore un peu avant de pouvoir mettre des choses croquantes à la bouche.

Est-ce toujours le coach qui gère cette partie ?

Je m’arrangerai avec le coach, c’est sa responsabilité. Je suis impliqué en deux parties : contractuellement et financièrement.

Avec quatre relégations la saison prochaine, est-ce un mercato à ne pas manquer ?

Cela rendra les choses plus difficiles. Même s’il ne faut pas rater un mercato. Cela augmentera le danger, mais bon, il faut être prêt. Encore faut-il remettre les choses en perspective. Un club auquel on ne s’attendait pas est promu en Ligue 1, d’autres ont des ennuis. Alors oui, avoir de l’argent permet d’avoir plus de garanties pour obtenir les services de joueurs expérimentés, mais il n’y a pas de vérité. Le risque est toujours là.

Benjamin Santelli restera-t-il au Sporting ? Anthony Roncaglia va-t-il prolonger ?

Benjamin Santelli est toujours sous contrat. Je vais donc vous répondre en toute sincérité. Aujourd’hui, je n’ai eu aucune demande pour aucun de nos joueurs. Pour Anthony, c’est le travail que nous faisons. Nous espérons qu’Anthony pourra prolonger son contrat avec le Sporting. Anthony commence à se développer et il a appris ses compétences au Sporting. SCB l’a approché avec son premier contrat professionnel, nous souhaitons qu’il puisse s’inscrire avec le club pour progresser davantage.

Pierrick Capelle, joueur d’Angers, est annoncé par plusieurs médias proches du SC Bastia. Est-ce vrai?

J’ai vu ce message hier. Pierrick Capelle est l’une des références. Quand j’ai vu la publication d’hier, j’ai été très surpris de voir que nous étions en conversation avec lui. Mais en tout cas il ne laisse pas insensible.

La montée de l’AC Ajaccio en Ligue 1 est-elle une bonne nouvelle pour le football corse ?

La rivalité sportive va continuer. Après il faut féliciter l’AC Ajaccio pour le travail accompli. C’est un vrai chantier qu’ils mènent depuis près de 10 ans pour pouvoir revenir dans l’élite du football français. C’est très important d’avoir un club corse en Ligue 1. Ce doit être une revendication pour le football corse. J’espère que nous les rejoindrons très, très bientôt.

Entrevue par Nicolas Pelletier

Leave a Comment