Lovro Majer, L’émergence du talent croate en France

Maîtrise technique, vue d’ensemble, capacité à illuminer le jeu avec une passe inspirée et un volume de coups élevé… Majer a quelques-uns des atouts de son illustre aîné et porte comme lui un bandeau élastiqué sur le terrain.

A Zagreb, où le milieu de terrain de 24 ans est né et a grandi, le Benchmark l’a chassé de l’académie du Dinamo, le club où le talent de Modric a explosé 10 ans plus tôt.

Après avoir fait ses débuts professionnels en 2016 avec le Lokomotiv, où il a été désigné meilleur jeune joueur du championnat croate en 2017, il est revenu au Dinamo en 2018 avant de s’installer à Rennes dans l’ouest de la France pour monter en puissance.

Arrivé fin août pour un transfert estimé à 12 millions d’euros (hors primes), il est resté dans l’ombre de longues semaines pour cause de blessure, mais a ensuite coulé sans pitié dans le collectif Rouge et Noir.

“Un nouveau chapitre”

Quelques apparitions en octobre, deux titularisations début novembre contre Mura (1-0) en conférence de Ligue Europa puis contre Lyon (4-1) en Ligue 1 et le cœur des supporters était conquis. Des clubs connus ont aussi remarqué son sens du ballon. Mais il est signé avec Rennes jusqu’en 2026, continue de travailler son français et ni lui ni le club ne semblent envisager de partir cet été.

Mais tout n’a pas été facile : comme l’équipe rennaise, il a subi un coup de mou cet hiver, perdant son pote Flavien Tait, se blessant et se faisant pincer par des adversaires désormais avertis. “C’est encore un nouveau chapitre pour moi, une nouvelle vie, un nouveau championnat. Ce n’est pas facile. Mais je suis sûr que ça ira de mieux en mieux”, déclarait-il en avril… juste avant son match contre Saint-Etienne. A marqué un doublé.

Pour Alen Peternac, actuel entraîneur adjoint du Dinamo Zagreb, ces buts représentent une différence fondamentale par rapport à Modric : « Luka est plus dans l’organisation de l’équipe. Quand Lovro a commencé à jouer pour nous […] Nous pensions qu’il était meilleur près du but. Il a un bon coup, il dribble bien”, a-t-il déclaré au quotidien Ouest France.

“Encore un long chemin”

Lundi face à la France, il était aligné devant Modric sur l’aile droite. Après une très courte apparition face au Mexique en 2017 et de nombreux postes en équipe de jeunes, Lovro Majer s’est taillé une petite place dans la compétition toujours aussi relevée de la sélection haute en couleurs depuis l’automne.

En novembre, il s’est offert un doublé (7-1) sur une carte à Malte avant de repartir sous le maillot de Modric, flatté par les comparaisons avec son idole : “C’est l’un des meilleurs joueurs du monde. J’ai encore un long chemin à parcourir avant de lui ressembler […] mais je ferai tout pour cela », a-t-il promis.

Tenant du titre lors des deux premiers matches de la Ligue des Nations ce mois-ci, il est encore loin de ce qu’il a réalisé à Rennes, lors de la défaite la semaine dernière face à l’Autriche (3-0) et dans une moindre mesure lors du match nul face à la France (1-1). avait montré. 1) le lundi. La presse croate n’a pas caché sa déception et lui non plus.

Leave a Comment