L’OM doit-il s’en contenter ? / France / Marseille / SOFOOT.com

Tout s’est joué sur un match ou deux à l’Olympique de Marseille cette année, en comptant celui de Monaco à Lens, pour dresser un bilan plus ou moins positif de la première saison complète de Jorge Sampaoli sur le banc de l’OM. Bien que la deuxième place parle d’elle-même, doit-on s’en contenter ?

Samedi 21 mai 2022, 22h48 Alors que l’Olympique de Marseille mène 4-0 face à Strasbourg sur la pelouse de l’Orange Vélodrome et que les Marseillais ne sont qu’à un petit but de la deuxième place en raison de la différence de buts spéciaux, un murmure se fait entendre les cris se sont transformés en une fraction de seconde, les travées du stade pour annoncer la bonne nouvelle : le Lensois Ignatius Ganago a égalisé à la 96e minuteet Minute face à Monaco, qui envoie les Phocéens tout droit au septième ciel ou au moins la Ligue des champions sans passer par la case des barrages.

Au coup de sifflet final, un Président sur le terrain en larmes, une communauté de joueurs avec des supporters dans un stade en fusion et une scène qui symbolise toute cette douce folie : Matteo Guendouzi, souriant, portant énergiquement Jorge Sampaoli. Entre gratitude et allégresse obsessionnelle, ce geste de l’ancien milieu de terrain d’Arsenal n’est pas anecdotique. Car au terme de ce scénario épique, c’est toute la philosophie du tacticien argentin qui triomphe, les principes de jeu introduits par l’ancien coach argentin, que ses petits protégés se sont appropriés et appliqués avec rigueur. L’objectif du début de saison est rempli. Sportivement, c’est un succès, et compte tenu des pas de géant du propriétaire Frank McCourt sur son terrain, c’est aussi une bonne nouvelle financièrement. Six ans après avoir racheté le club, l’Américain vient d’assurer sa deuxième qualification en Ligue des champions en trois ans. Vu d’ici, le tableau est parfait.

La victoire qui cache la forêt


En regardant dans le rétroviseur, les supporters marseillais se souviendront aussi que cette saison a été un long fleuve douloureux, rempli de doute, d’incompréhension et de scepticisme envers Jorge Sampaoli, dont les décisions et la philosophie ont été loin d’être unanimes. Même si le résultat final lui donne raison, où Delphin ne peut pas tout cacher. Certes, l’homme qui ne connaît pas de frontières dans son domaine technique a réussi à rassembler autour de lui un effectif finement monté par le talentueux Pablo Longoria. Des échecs consécutifs en Coupe de France (Nice) et en Conférence de Ligue Europa (Feyenoord) et une faiblesse dans les duels contre les rivaux Lyon et Paris apparaissent comme de grosses taches sur le bilan de la saison. Autre point épineux : l’Argentin a parfois semblé prisonnier de sa propre philosophie, voulant imposer un poste à des joueurs inadaptés : Lirola dans un rôle hybride de milieu latéral, l’ailier gauche de Gerson ou encore Saliba à droite.

La poursuite de la patience et des possessions excessives est-elle vraiment compatible avec une devise (« jusqu’au bout ») qui prône le contraire ? Force est de constater que le projet du natif de Casilda a été un petit fiasco au Vélodrome (l’OM a terminé le 10 juin).et de Ligue 1 à domicile). Un peu de gâchis quand on sait à quel point le public olympique est impatient d’être acclamé. L’objectif du divin chauve sera d’appuyer sur les bons boutons la saison prochaine, sachant qu’il a réussi à trouver la formule à l’extérieur puisque personne n’a fait mieux que l’OM et ses 12 victoires à l’extérieur (contre seulement 9 à domicile). .

Et maintenant ?

Maintenant que la qualification en Ligue des champions est acquise, les dirigeants phocéens auraient pu se demander s’il serait judicieux de poursuivre l’aventure avec un entraîneur de 62 ans si instable qu’il n’a jamais passé deux ans sur le banc de touche. ? Arrivé à Marseille en mars 2021 en tant que pompier de service capable d’éteindre un incendie majeur, le sosie de feu Ticky Holgado a pu se transformer en superviseur d’usine, jetant les bases de l’ère Longoria. Son expérimentation tactique incessante et sa fièvre de grands événements ont peut-être indiqué que l’état de grâce ne durerait pas éternellement, Sampaoli devant prendre la relève en tant qu’entraîneur de l’OM la saison prochaine. Selon les données de L’équipeL’entraîneur, qui est sous contrat jusqu’en 2023, pourrait même le prolonger. Il n’est donc pas surprenant que Mattéo Guendouzi expérimente le poste d’avant-centre dans les mois à venir.

Par Harrel Mbadinga Obame

Leave a Comment