Ligue des Nations – Tenant du titre avec les Bleus, Wissam Ben Yedder n’a pas brillé en Croatie (1-1)

Wissam Ben Yedder et les Bleus. Les Bleus et Wissam Ben Yedder. Que faire ? A un moment ça devient une accroche qui se résume facilement en chiffres : 19 sélections, 3 buts. Et à travers une impression générale toujours la même en excursion : le Monégasque ne trouve pas sa place dans le collectif tricolore. Et ne pèse pas lourd. Alors oui, il a fourni lundi à Adrien Rabiot une magnifique passe décisive du gauche qui a parfaitement terminé le travail du même pied. Trois touches pour revenir dans le match et un miracle de balle profonde pour Torino. Mais pour le reste, l’attaquant, qui menait l’attaque bleue pour la sixième fois de sa carrière, n’existait pas.

Nous l’avons également à peine vu à l’avant. Il suffit de revenir sur son match pour se rendre compte que le maigre nombre de ballons touchés pendant la longue heure de jeu sur la pelouse de Split était démesurément loin de la zone de vérité. La seule fois où il s’est approché du ballon, il s’est tenu à droite du centre à une vingtaine de mètres de la ligne de but, beaucoup plus près du poteau de corner que de Livakovic, le gardien croate. Le reste du temps, les ballons monégasques étaient entre 30 et 40 mètres devant le but, sur des tees, souvent dos au but. Jamais en position favorable.

Ligue des Nations

Rabiot, un futur Matuidi ? “Ma position préférée est dans l’axe”

IL Y A 15 HEURES

Nkunku, Kimpembe, Diaby… qui a marqué le plus de points ?

De qui est-ce la faute? Un attaquant est évidemment dépendant de l’animation et de ses partenaires qui, s’ils ne le trouvent pas, ont aussi une responsabilité. Christopher Nkunku et Moussa Diaby se sont mis en position favorable grâce à la combinaison mais n’ont pas pu le faire avec Wissam Ben Yedder, qu’ils connaissent beaucoup moins. La configuration inédite de ces onze à dix nouveaux joueurs n’a sans doute pas facilité la tâche des joueurs. En fixant son trio d’un soir, Didier Deschamps l’a volontiers admis “Wissam était plus isolé dans nos phases offensives” tout en soulignant que “Cela ne l’a pas empêché de faire une passe décisive”.

je suis assez satisfait

Le principal intéressé a plus regretté l’épilogue du match que sa performance, qu’il a mise en veilleuse : “Ça s’est joué sur ce penalty, je ne sais pas s’il y a eu hors-jeu ou pas. Il y a eu match nul à l’arrivée, un bon point. Tout s’est bien passé, même s’il y a eu un manque d’automatisme entre nous (en attaque), mais que “c’est compréhensible parce qu’on n’a jamais joué ensemble. Je suis assez content, mais je suis un compétiteur, j’aurais aimé gagner, donc je suis un peu frustré par ce scénario et cette égalisation à la fin de le jeu.”

Le souci, c’est que Wissam Ben Yedder, 19 sélections et 3 buts, ne s’est pas toujours retrouvé dans une configuration comme celle de Split. L’homme aux 25 buts en Ligue 1 mène une double vie, brillant en club, inquiétant en sélection. En 6 titularisations chez Blue, il s’est régulièrement retrouvé au coeur d’équipes qualifiées de “mixtes”. C’était comme ça la dernière fois – il y a longtemps – contre la Finlande (0-2, novembre 2020) ou contre la Croatie (4-2, septembre 2020). Mais cela n’a pas toujours été le cas. L’année précédente, WBY s’était déroulé aux côtés du duo Griezmann – Giroud en Albanie (0-2, novembre 2019). Un mois plus tôt avec Coman et Griezmann au Stade de France face à la Turquie. À l’arrivée, il a été limogé à la 72e minute, Giroud intervenant et ouvrant le but au pas. Ben Yedder n’existait pas cette nuit-là.

Alors oui, les rendez-vous sont éparpillés et ne datent pas d’hier. Mais pas toujours convaincant. Et son entrée en jeu, régulièrement neutre. Est-ce que ça bloque ? Et cela ne changera pas avant la Coupe du monde, compte tenu de l’occupation du tricolore. Et même si quelqu’un venait à décrocher, il est possible qu’un autre, Olivier Giroud, lui échappe comme ce fut le cas en mars lorsque Karim Benzema abandonna le rallye et que les Milanais firent une rentrée triomphale, ponctuée de deux nouveaux buts 47e et 48e de la sélection. C’est plus facile de grandir en équipe. Mais c’est la loi du genre et chaque occasion manquée est une occasion manquée.

Mbappé au sommet, mais devant qui ? Les dix joueurs les plus chers du monde

Ligue des Nations

L’alignement, un mal sans remède contre le blues ?

IL Y A 18 HEURES

Ligue des Nations

Konaté : “Pourquoi devrais-je me tirer la tête ?”

IL Y A 18 HEURES

Leave a Comment