Ligue des champions : la finale du Stade de France gâchée par les heurts


contreChaos et frustration : Samedi 28 mai, les forces de l’ordre autour du Stade de France ont été submergées par l’afflux de dizaines de milliers de supporters et les tentatives d’effraction de sans-billets qui rêvaient de disputer la finale de la Ligue des Champions Liverpool – Real Madrid (0 -1 ). Gaz lacrymogènes, intrusions de barricades, attroupement et impatience… Après une longue période de bonne humeur, l’atmosphère s’est brusquement tendue à l’approche du match.

Ce gâchis a obligé les organisateurs à retarder le coup d’envoi de plus de trente minutes et a frustré les spectateurs qui ont payé leurs billets mais ont raté toute la première mi-temps. Pour expliquer ce chaos, l’UEFA a fait valoir que le rassemblement de spectateurs “a été causé par des milliers de spectateurs porteurs de faux billets”. 68 personnes ont été arrêtées et 39 placées en garde à vue. Les sapeurs-pompiers de Paris, pour leur part, évoquaient « une soirée plutôt tranquille » lorsqu’il s’agissait de soins. Au total, 238 personnes ont été prises en charge à une heure de la journée par les différents services d’urgence pour des “urgences relatives” allant de l’ébriété ou des accidents mineurs à l’intoxication au gaz lacrymogène.

A LIRE AUSSILigue des champions : le Real s’offre une 14e placee titre contre Liverpool

Pourtant, tout avait commencé dans une ambiance festive et de très bonne humeur sous le soleil radieux d’un printemps parisien : des dizaines de milliers de supporters, vêtus des maillots des tuniques madrilènes rouges ou blanches, flottaient tranquillement vers la capitale française, invités à rejoindre des fan zones séparées. Mais moins d’une demi-heure après le début du match, l’ambiance se tendit puisqu’au moins un millier de supporters furent freinés avant que les gendarmes ne puissent les contenir. Ils criaient agacés ouvre la porte (“Open the Gate”), alors que les supporters ne pouvaient passer qu’un à la fois.

Un jeu du chat et de la souris

Ensuite, de vrais intrus ont renversé le système. Des gaz lacrymogènes ont été tirés pour empêcher quelques dizaines de jeunes d’escalader légèrement les barrières. Des agents de sécurité et des gendarmes ont alors entrepris de les faire sortir immédiatement. Ce jeu du chat et de la souris a continué même après le début de la partie. Et juste avant 22 heures, la police a dû attaquer, ce qui a entraîné un mouvement de masse. De quoi faire chier les supporters de Liverpool qui sont restés dehors malgré leurs billets.

Par précaution, la préfecture de police a déployé 6 800 policiers, gendarmes et pompiers. Le Liverpool FC a demandé une enquête. De son côté, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a pointé du doigt l’attitude de “milliers de supporters britanniques sans billet ou avec de faux billets qui ont forcé l’entrée au Stade de France”, leur reprochant le chaos. . Initialement prévue à Saint-Pétersbourg, la finale a été déplacée au Stade de France suite à l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février. Mais les autorités n’ont bénéficié que de trois mois au lieu des dix-huit autorisés dans le cahier des charges de l’UEFA pour se préparer à l’événement.


Leave a Comment