Ligue 1 | Playoffs – Jour 5 (CA-ESS) – CA : Souffrir pour gagner

Ce qui est important, ce n’est pas la chute, mais l’atterrissage.

Si ce matin, comme ces derniers matins, le réveil des membres du club doit sonner, corrigé par le CSS de Mhiri et peut-être obligé de dire adieu au titre, l’heure de la déprime n’est pas encore là, car il y a encore quelques matchs à jouer à long terme pour gagner un point d’accès. Après la déception de Sfax, comment les supporters du club vont-ils relever la tête ?

Il y a quelques semaines, on se demandait ce qui pouvait arrêter cette brillante équipe de club a terminé l’étape 1 du championnat en tête du groupe devant l’USM et l’ESS. Sauf que là les Clubistes ont été plus solides derrière, plus agressifs au milieu et plus efficaces devant, même s’ils ne se contentent que du minimum syndical.

Alors aujourd’hui il va falloir beaucoup de courage au CA pour se lever et partir malgré tout. A commencer par sortir le grand jeu face à une ESS un peu dans le même bateau et tout aussi endettée. Frappez un concurrent traditionnel et récupérez : Le CA sait très bien qu’il a grillé tous les jokers et qu’il doit maintenant “tout mettre sur la table” et atteindre le char pour enfin se mettre en marche.

comment se lever

Comment se remettre en place ? Là, le CA doit allier acuité et détermination au-delà de toutes les approches tactiques. Assiduité et persévérance aussi, un classico ne se joue pas comme un derby, mais se gagne, comme lors du choc face au CSS, où les locaux n’étaient guère supérieurs en tous points, mais chers et affamés comme jamais. Bref, l’urgence est désormais de se remettre d’une défaite qui marquera. Mais comment ? Pas si facile, car si la question mérite d’être posée, les réponses ne sont pas si évidentes. Cependant, il est presque impossible de fuir derrière les ventes.

A l’exception de Kassab, qui doit s’absenter faute de mieux (le manque de profondeur de banc l’y oblige), nous prendrions la même chose, bien que des éléments comme Sabo et Amri méritent plus d’attention. Avec les Hassen, Bedoui, Skander Lâabidi, Abderarzek, Ghandri, Khélil, Azouni, Chiheb Lâabidi, Zouheir Dhaouadi pour ne citer qu’eux, le CA compte encore des joueurs qui jouent régulièrement et doivent donc soigner un peu plus leurs automatismes et leur complicité. dans la zone. Certes Louhichi pourrait apporter quelques changements (forcément sur des charbons ardents), mais globalement le temps des bouleversements et des nouvelles approches est révolu.

Cet après-midi, Louhichi sait plus que quiconque qu’il y aura de l’action sur le terrain, une victoire et pourquoi pas un match de référence sous peine que le désamour grandissant des supporters ne se transforme en rupture…

Leave a Comment