Ligue 1. OM : une finale en apothéose

JPEG - 92 Ko
Matteo Guendouzi a disputé les trente-huit matches de championnat et marqué quatre buts (Photo Laurent Saccomano/ Wallis.fr)

La fin d’une saison ne tient qu’à un fil. Un penalty manqué ou accordé, une décision VAR contestée ou un but marqué dans le temps additionnel. A Lens, où Monaco était deuxième au coup d’envoi (2-1), il restait encore une minute de temps additionnel quand Ganago a eu la bonne idée d’égaliser. La rumeur s’est rapidement propagée à l’Orange Vélodrome. Les 63 000 spectateurs étaient ivres de joie et de bonheur, les joueurs sursautaient et s’embrassaient. Matteo Guendouzi, symbole de la saison olympique, a embrassé Jorge Sampaoli. Même Frank McCourt, bien que discrètement, a assisté à la fête sur la pelouse avec Pablo Longoria.

Pourtant, la saison olympienne n’a pas été un long fleuve tranquille avec des obstacles à franchir et des moments de doute. Le 20 février, Clermont a remporté l’Orange Vélodrome (2-0). Une semaine plus tard, les Olympiennes, qui menaient à Troyes (1-0), ont concédé l’égalisation (1-1) dans le temps additionnel. La semaine suivante, les rivaux monégasques se sont imposés à Marseille (1-0). Les corners ont grondé, réclamant la démission de Jorge Sampaoli. Imperturbable, l’Argentin a accepté les critiques, a reconnu ses erreurs et a continué à atteindre les objectifs fixés. Cependant, on peut lui reprocher de gérer le poste de gardien. Pau Lopez, venant de l’AS Roma, n’est pas meilleur que Steve Mandanda, qui a retrouvé sa place en fin de saison.

Guendouzi le métronome

Le 1er mai, l’OM s’est incliné face à Lyon (3-0) à Marseille après une victoire à Reims (1-0). Et le 14 mai, Rennes, prétendant à la qualification en Ligue des champions, s’est imposé en Bretagne (2-0). Malgré ces revers et la blessure de Payet, le groupe ne s’est pas effondré comme prévu après leur élimination en demi-finale de la Ligue de conférence Europa, le spectre de 2018. Battu en finale de la Ligue Europa, l’OM avait terminé le championnat à la quatrième place. Matteo Guendouzi est le symbole de cet OM combatif et solidaire aux qualités techniques et mentales. Comme Saliba prêté par Arsenal, Guendouzi, qui a remporté la sélection internationale, est un directeur de vestiaire. Il a disputé les trente-huit matches de championnat, marquant quatre buts.

Retour en Ligue des champions

nous sommes finis Ce sont nos dirigeants qui travailleront. C’est ce qu’a dit Dimitri Payet à la presse à la sortie de l’OM Strasbourg. Le meneur de jeu olympique sait qu’il faut un côté compétitif et un bon recrutement pour éviter d’être ridicule en Ligue des champions. En 2020, les joueurs d’André Villas-Boas n’étaient même pas revenus en Ligue Europa avec cinq défaites et une victoire. Jorge Sampaoli a déjà défini ses exigences pour constituer une équipe compétitive. Le club doit franchir l’obstacle de la Direction Nationale du Contrôle et de la Gestion (DNCG) de la LFP. Les managers doivent acheter mais aussi vendre des joueurs pour équilibrer les comptes du club.

Sous l’emprise d’une interdiction de recrutement liée au litige qui les oppose à Watford à propos de Pape Gueye, l’OM espère obtenir un nouveau sursis à cette sanction pour le mercato estival, le TAS (Tribunal Arbitral du Sport) ne jugeant l’affaire qu’en l’automne. ” Nous continuerons à construire une équipe pour la Ligue des champions a déclaré Frank McCourt avec enthousiasme samedi dernier. Que cette déclaration du propriétaire du club soit vraie ou juste une vague promesse, les fans et les observateurs le verront au début de la saison prochaine.

En septembre, l’hymne de la Ligue des champions sera joué sur la sonorisation de l’Orange Vélodrome. Mais l’OM doit être au niveau de la meilleure compétition européenne, que le club a remportée en 1993. Car tout va très vite à Marseille. La passion triomphe souvent de la raison. La déception et la colère pourraient monter des travées du stade.

Les résultats de la saison olympienne en chiffres

2e, 71 points, 21 matchs gagnés, 8 nuls et 9 défaites. 63 buts marqués et 38 buts encaissés. Différence de buts : +25.Meilleurs buteurs : Payet 12 buts, Moins de 10 buts, Gerson 9 buts, Milik et Dieng 7 buts. En Europa Conference League, le club a été éliminé en demi-finale par le Feyenoord Rotterdam (3-2 et 0-0). En Coupe de France, Nice a éliminé l’OM en quart de finale à l’Allianz Riviera.

OM-Nice : le public de l’Orange Vélodrome dans le top 5 des Olympiens

L’interdiction de déplacement des supporters niçois le 20 mars a permis à l’OM de vendre des billets dans la zone réservée aux supporters adverses. 64 722 spectateurs ont assisté à ce derby régional. Ce nombre de visiteurs se situe dans le top 5 de l’histoire de l’OM, ​​derrière OM-Lyon (65 421 le 10 novembre 2019), OM-PSG (65 252 le 26 février 2017, 65 148 le 5 avril 2015 et 65 121 le 24 octobre). , 2021 ). .

Gilbert DULAC

Leave a Comment