Ligue 1 : Olivier Dall’Oglio “très déçu de tout” après la défaite et la dernière journée à Angers

L’entraîneur héraultais a regretté le manque d’action et d’impact de son équipe, à l’image de la fin de saison qui a abouti à la défaite finale ce samedi 21 mai à Angers (0-2).

On imagine votre détresse…

Il existe plusieurs adjectifs. On retrouve les mêmes choses. On en subit toujours les effets, chaque équipe. Toujours déçu de ce jeu. On est éclaté dès le départ, on a un peu de chance sur le poteau, on réagit un peu. Mais en effet il y a beaucoup de choses… On met de côté même les belles opportunités. Il manque beaucoup de choses en fin de saison. Donc globalement très déçu. Jusqu’au dernier match, nous avons essayé de secouer le cocotier mais cela n’a pas fonctionné. Il faut s’en servir dès le début de la saison prochaine et se renforcer, on en a besoin.

Avez-vous l’impression que votre groupe est devenu insensible à ces jeux récents ?

Oui oui. Vous en êtes conscient. Parfois, je n’ai même pas besoin de le dire. Ils font leur propre analyse. On voit bien que le comportement n’est pas assez collectif, pas assez intelligent pour s’imposer face à des équipes comme Angers ou les équipes les plus récentes. On a vu des adversaires traverser le terrain, on a couru à leurs côtés. J’ai critiqué le groupe pendant un certain temps. Nous connaissons les lacunes. Vous ne pouvez pas vous cacher derrière des blessures. Il y en a, ils sont importants. On s’est rendu compte, et je le répète, qu’il nous fallait un groupe un peu plus grand, c’est nécessaire.

Criez-vous sur vos joueurs après un match comme celui-ci ? Ou est-ce inutile le 38ème jour ?

(sourire) J’aurais fait n’importe quoi. Les grosses bagarres hurlantes, la gentillesse, la compréhension, le retour à plus de dureté. Ce soir ils ont fait leur analyse, certains ont parlé. Ils disent la même chose depuis un moment. Mais il ne suffit pas de le dire. Même si j’ajoute après coup que je leur ai souhaité de bonnes vacances, car la rentrée ne sera pas franchement tendre, c’est certain. Vous en êtes conscient, mais en paroles. C’est bien, mais il faut agir et on n’est pas là depuis si longtemps.

Qu’est-ce qui vous fait croire que ce qui est cassé peut être réparé ?

Il faudra certainement le renouveler un peu pour apporter plus de fraîcheur et de vives réactions de la part des joueurs qui étaient là en fin de saison. On peut aussi se demander si certains seront prêts à répondre.

Dans quel état vous retrouvez-vous personnellement ?

Avec une grande frustration. On a analysé match par match, on y est allé. Mais frustrés car on sent qu’il y a du potentiel mais qu’il faut vraiment mettre les ingrédients comme les premiers mois, d’engagement, de collectif. Il s’est effondré. C’est difficile pour un entraîneur. C’est toujours dur de perdre, on récupère doucement à chaque fois. J’espère toujours changer les choses. Nous marquions des points quand il le fallait. D’autres qui coulent ont eu le même problème : s’il n’y a plus de collectif, plus de liants, si cet état d’esprit n’est pas là, on peut avoir les meilleurs joueurs du monde, ce n’est pas possible… Ça commence par une interrogation , De ma part, du staff, il y aura certainement des changements dans le processus dès le début de la saison prochaine. Nous devons aussi nous remettre ensemble. Nous avons peut-être mal compris les choses. Mais je reste avec une énorme frustration.

Le chef d’état-major doit-il aussi être dans le brouillard ?

C’est une remise en question totale à chaque fois. Nous sommes là pour apporter constamment de l’énergie. Bien sûr que nous sommes en vacances, nous en avons besoin. Mais nous nous concentrons déjà sur la saison prochaine. Dans la façon de travailler pour influencer le groupe, on va essayer d’autres choses. Nous avons beaucoup parlé avec tous les gars autour de l’équipe, des choses sont sorties, nous allons continuer d’essayer. Il faut un peu de recul, mais derrière ça on est déjà quelque part dans l’euphorie de ce qu’on veut proposer. Avec des idées qui pourraient être intéressantes. Nous devons être suivis. Mais nous ferons tout pour cela.

Les joueurs s’en tiennent-ils à ce que vous êtes sur le point d’introduire ou ne le savent-ils pas ?

Nous laissons cette saison se terminer et présenterons notre projet en temps voulu. Les joueurs ont besoin de respirer. Mais mon discours est le même, si tu es un joueur professionnel c’est une chance. Il en faudra certainement plus pour honorer ce métier. C’est une passion. Certains doivent être renouvelés. Nous les laissons se reposer et repartons à toute vitesse.

Pedro Mendes a rejoué, plus d’un an plus tard…

C’est bien que Pedro ait retrouvé le terrain, il était assez ému. C’est difficile parce que cela l’a accablé de complications post-opératoires. J’espère pour lui qu’il est là et qu’il nous aura parce que c’est un gamin qui a du talent.

Mbappé restant en L1, est-ce une bonne nouvelle ?

Ah oui, c’est clair. Cela seul signifie qu’il croit en son équipe. J’ai toujours été promu en L1, qui devient de plus en plus difficile à jouer. Que les joueurs restent à ce niveau – même si nous préférons qu’il ne soit pas là quand nous le jouons – est une très bonne nouvelle pour notre football.

Leave a Comment