Ligue 1 – Mais où va l’Olympique Lyonnais ?


Amour, détachement, désillusion : les maux sont nombreux lorsqu’il s’agit de faire le bilan de la saison de l’OL. Sauf circonstances très favorables, l’équipe de Peter Bosz ne jouera pas en compétition européenne la saison prochaine. Une anomalie à l’échelle de ce club qui a toujours connu le goût des matchs continentaux depuis 1997 si l’on omet le fameux entraînement interrompu par le Covid en 2019-2020.

Et c’est un gros rejet pour Jean-Michel Aulas. Le président lyonnais a longtemps été vanté d’avoir toujours une longueur d’avance, mais après une décennie sans titre, il faut reconnaître que sa réputation de visionnaire a été écornée.

L’exemple de Klopp demande de la patience

Les résultats sont évidemment un moment de vérité pour Houssem Aouar et sa famille. Eliminée de la Ligue Europa de West Ham en quart de finale après un match retour sans appel (défaite 3-0), la Coupe de France est sortie après la mi-temps après l’incident de Charléty et a péniblement installé l’Aus Lyonnais lors du match aller de classement. Capable de battre Marseille à domicile puis de s’effondrer à Metz, l’OL a brillé par son manque de régularité. Alors qu’il y avait toujours l’espoir d’attraper la bonne voiture pour se qualifier pour la Coupe d’Europe, Les Gones ont raté un nombre impressionnant d’occasions au point qu’il risquait de rester dans le banc des accusés.

Dans la plupart des cas, le formateur est le premier remplaçant. Connu pour son plan de match et son intégration de jeunes joueurs, Peter Bosz passe actuellement entre les mailles du filet. Il a également pris l’exemple de Jurgen Klopp, désormais entraîneur incontesté du Liverpool FC, pour illustrer la nécessité de la patience sur le banc. « Les entraîneurs ont besoin de temps. Klopp n’a rien gagné lors de sa première année en Angleterre mais il a construit une organisation, un effectif qui n’est pas mal au bout du compte. Il faut du temps pour construire une équipe avec des principes de jeu et gagner des titres.

“Ce sont de bons garçons, mais…”

Comme souvent ces dernières années, l’OL compte sur la relève pour garder un peu d’optimisme pour l’avenir. Après Maxence Caqueret, prolongé cette semaine, Castello Lukeba et Malo Gusto se sont présentés. Derrière eux, Bradley Barcola et Mohamed El Arouch, le récent vainqueur de la Gambardella Cup, pourraient bien se faire une place la saison prochaine. Mais si les jeunes locaux ont toujours la cote, la tension est palpable parmi le reste de l’effectif.

Surpris par le public du Groupama stadium pour ses piètres performances, le capitaine Léo Dubois a répliqué un doigt sur la bouche après une passe décisive face à Porto. Karl Toko Ekambi a réagi de la même manière après un but contre Montpellier. Des épisodes récurrents à Lyon, où le personnel n’a jamais fait preuve d’harmonie et d’une volonté de réussite mutuelle. Xherdan Shaqiri, qui avait raté le mercato l’été dernier et rejoint la MLS à Chicago l’hiver suivant, n’avait pas manqué de pointer du doigt ce groupe divisé. « Le vestiaire manquait d’unité pour gagner. Ce sont de bons gars, mais il n’y a pas de vie dans le groupe”, a déclaré l’international suisse. la météo. Le directeur général de l’OL Vincent Ponsot, qui occupe une place notable dans l’organigramme de l’OL, ne doit pas se laisser berner par la restructuration de l’équipe cet été en compagnie de Bruno Cheyrou, responsable des ressources humaines.

A LIRE AUSSIChansons se moquant de la mort d’Emiliano Sala : Les Ultras prennent le contrôle de Nice

En attendant que Jean-Michel Aulas règle ces soucis de compatibilité vestiaire et d’harmonie sur place, il aura d’autres chats à fouetter. Deux partenaires de l’OL, Pathé et IDG, ont annoncé leur intention de céder leur participation dans le club en mars dernier. Les groupes français et chinois représentent respectivement 19,36% et 19,85% du capital d’OL Group. Selon Bloomberg, il y a six offres sur la table pour ces actions en provenance d’Europe et des États-Unis. Jean-Michel Aulas, peu enclin à céder son siège au pied levé, a souvent opéré avec instinct et confiance. En cette période troublée, son flair n’a aucun intérêt à le tromper.

Leave a Comment