Ligue 1 – Girondins de Bordeaux : Gérard Lopez, un homme dans l’œil du cyclone

Il est le premier responsable de la très probable relégation des Girondins en Ligue 2. Gérard Lopez est désormais un homme dans l’œil du cyclone et le propriétaire et président du club a été durement touché ces dernières semaines. Comme le résumait une bannière des Ultras le week-end dernier, sauver le club il y a un an ne peut pas tout excuser.

Alors aujourd’hui, les mêmes personnes qui l’appelaient le sauveur du club seraient prêtes à le voir du goudron et des plumes. Il faut dire que Gérard Lopez fait sa part entre l’échec sportif retentissant et sa gestion au quotidien des Girondins. Elle donne matière à réflexion à beaucoup de gens. Alors que l’ambiance dans le club lui-même est très fraîche, Les partenaires commencent à sortir du bois pour le tenir responsable. Ils ont écrit une lettre et selon nos informations cela devait devenir une pétition. Une centaine de partenaires seraient prêts à le signer. En particulier, comme les Ultras, ils réclament la nomination d’un vice-président. En revanche, pour l’heure, le chef des Girondins sera épargné par les institutions, que ce soit la Mairie ou la Métropole.

Pour voir ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux sociaux.

Ces cookies vous permettent de partager ou de réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés, ou d’intégrer des contenus initialement postés sur ces réseaux sociaux. Ils permettent également aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Derrière cette effervescence se cache la question de l’avenir de Gérard Lopez. Même si le club appartient à l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois, il reste à la merci de ses créanciers. Les deux fonds d’investissement Fortress et King Street peuvent le licencier à cause de cette relégation. Mais à l’instant T ce ne serait pas la tendance. De plus, Gérard Lopez a multiplié les conversations avec eux pendant dix jours pour finaliser un business plan pour la L2 et ainsi garder le contrôle. Pour l’instant, à la suite de l’entourage du président bordelais, nous restons optimistes pour parvenir à un accord.

Leave a Comment