Ligue 1 : Entre hommage et désespoir, le MHSC a vécu une soirée contrastée face au Paris SG

Le MHSC pourrait ce samedi 14 mai, 37 mai.

Ce devrait être une fête. Une soirée lumineuse en cette fin de saison noire, illuminée par le retour du champion de France 2012 et le bel hommage qui lui est réservé. Mais comme décréter du beau temps ne suffit pas, le Montpellier HSC s’est échappé d’une lourde défaite à domicile face à l’actuel patron de la Ligue 1. Mauvaise fin d’une soirée qui méritait tellement plus et d’une saison à La Mosson qui ne laissera aucune trace.

? La très belle communion entre les champions de France 2012 @MontpellierHSC et leurs supporters ! #MHSCPSG | #MultiJ37 pic.twitter.com/rSBhylCz1z

– Ligue 1 Uber Eats (@Ligue1UberEats) 14 mai 2022

Entre un roi détenteur du titre depuis trois semaines et une équipe en ébullition depuis fin mars (0 victoire en 8 matchs), l’écart était incontesté. Il est devenu un Abîme dans quelques minutes. Le 27, pour être précis, le MHSC avait encaissé trois buts et c’était comme une claque sur des joues déjà rougies par les dernières absences.

Un doublé de Messi, après une combinaison parfaite sur un corner rapide (6e), puis au bout une ouverture de Mbappé (20e), avant une demi-volée à bout portant de Di Maria (27e) : le MHSC n’a pas rien de ce genre a subi une petite claque depuis l’arrivée de Reims (0-4), en Octobre 2020et a encaissé trois buts en 31 minutes. Après l’expulsion de Hilton, c’était dix contre onze.

« Oublions cette saison, célébrons nos champions »

Hier, le Capitao était encore là au départ. Le Brésilien et ses partenaires d’alors, honorés pour leur sacre 2012 samedi, méritaient un tout autre clin d’œil sur le terrain. “Oublions cette saison, célébrons nos champions !”a dit l’un Bannière Butte, défi et espoir mêlés. Ce MHSC actuel n’a tout simplement pas les armes ni les moyens. Sans Savanier, Cabella, Sakho, Omlin et Wahi, tous blessés, la montagne était un Everest infranchissable.

Trop vite, trop haut, trop fort, ces PSG champions de 2022 sont dans un autre monde. Vous savez, abusez parfois des installations ou marchez souvent. Mais aussi avec cinq défenseurs, système jamais victorieux sous Olivier Dall’Oglio (Nantes, Metz et Clermont), les Pailladins n’ont jamais semblé pouvoir résister. Et seul Dimitry Bertaud, auteur de plusieurs défilés, a empêché la note de devenir encore plus indigeste.

#Le football #MHSCPSG #TeamMHSC Le formateur du MHSC a essayé beaucoup de choses avec son staff, mais il ne trouve pas de solution
https://t.co/aBW1STSYu5

— Midi Libre Sports (@MidiLibreSports) 14 mai 2022

En première ligne, Stephy Mavididi, lui, semblait bien seul. Donnarumma, gardien dont l’assurance a soufflé à Madrid, a renvoyé deux ballons chauds aux Héraultais. L’Anglais n’arrive pas à les convertir (16′, 20′) et finit par se blesser. rapport d’impuissance tactique et de déchéance physique une formation dans laquelle rien n’aboutit, ni ses sorties sur le ballon ni ses maigres tentatives, comme le centre de Mollet sur le poteau (63e).

Le tableau n’étant pas assez obscurci, les jets de projectiles sur le penalty du 4-0 de Mbappé (60e) et les fumigènes qui suivirent assombrirent une soirée de défaites. Dans six jours, Montpellier tirera un trait sur Angers et fermera le rideau pour cette saison. Un dernier match pour au moins s’en sortir.

Leave a Comment