les tops de la saison 2021/2022

Dans une nouvelle saison de grande qualité, le RC Lens a surpris son monde en Ligue 1 et a une fois de plus fini tout près d’atteindre l’Europe. L’élaboration de 11 Lensois trouvé plusieurs motifs de satisfaction condensés en “tops” de la saison 2021/2022.

Un esprit extraordinaire

Quel est le point commun entre les matchs contre Monaco, Saint-Etienne, Lille en Coupe de France, Bordeaux, Reims ou moins Nantes, Paris ou Angers ? Tous témoignaient de la force mentale exceptionnelle des Artésiens. Le top cinq a vu Sang et Or renverser définitivement la donne dans les arrêts de jeu que ce soit un match nul ou une victoire alors que la situation commençait très mal. Les trois autres ont montré que malgré ce qui s’était passé, cette équipe n’avait peur de rien ni de personne et était prête à se battre contre les éléments.

En amélioration par rapport à l’année dernière

La place au classement final n’a pas changé, mais l’impression générale, la dynamique mais aussi les statistiques ont laissé une impression encore meilleure sur ce millésime 2021/2022 du RC Lens. Certes, il y a eu un moins que grand succès fin novembre et décembre, mais les joueurs de Franck Haise ont fait une saison complète à tous les niveaux et ont montré de réels progrès dans la gestion de l’exercice. . A tel point que, malgré la grande accalmie de l’hiver, la défense a encaissé moins de buts (48 contre 54 en 2020/2021). Mais il y avait aussi une amélioration de l’attaque (62 buts marqués contre 55), qui se sont tous traduits par plus de points (62 contre 57). Lens s’est avéré être progressif à presque tous les niveaux, attrayant !

Cadre de taille d’échantillon

Jonathan Gradit, Jonathan Clauss, Seko Fofana, Cheick Doucouré et Arnaud Kalimuendo avaient tous un costume lourd à porter, celui d’un entraîneur qui devait porter le RC Lens pour une saison de progression et de confirmation en Ligue 1. Et s’ils ont tous perdu un coup, forcément de manière logique et prévisible, en une saison de huit mois et demi, ils n’ont pas failli à leur tâche. D’une régularité étonnante à un très bon niveau de performance, ils ont emmené tout un groupe mais aussi tout un public avec eux. Parfaitement épaulés par des lieutenants qui se sont rapidement hissés à l’image de Medina, Frankowski ou Pereira da Costa, ils ont marqué le début d’une nouvelle saison de grande qualité pour les Sang et Or.

Un recrutement raisonnable

Certains ont commencé tout de suite, d’autres ont dû s’y retrouver et s’y habituer, mais ils ont tous fait une excellente impression générale. Dans la première boîte, Przemyslaw Frankowski a rapidement excellé. L’international polonais, annoncé comme un rookie polyvalent, s’est confirmé sur le terrain, tantôt en tant que piston droit, tantôt en tant qu’ailier, mais surtout en tant que piston gauche, où il a réalisé de nombreuses belles performances malgré une frappe physique logiquement moins bonne dans le l’hiver. Dans une moindre mesure, Wesley Said entre également dans cette catégorie. Auteur de belles apparitions et de buts importants, il a dû à nouveau faire face à de nombreuses blessures qui ont gâché sa saison, comme Deiver Machado.

Dans la deuxième catégorie, le RC Lens a dû attendre deux défenseurs pour atteindre son plein potentiel. Néanmoins, Kevin Danso et Christopher Wooh ont enchaîné et réalisé une fin de saison de très grande qualité. De plus en plus détendus dans leurs interventions, les deux jeunes défenseurs ont aussi su montrer leurs qualités ballon au pied. Christopher Wooh a été très bon lors des deux derniers mois de compétition, remportant même un premier appel avec le Cameroun pour le mois de juin. Quant à Patrick Berg, lorsqu’il a montré des qualités évidentes, il a trop peu joué pour être jugé correctement.

performance face aux grands

Dans cette saison de haut vol, le RC Lens a surpris tout le monde avec une très belle prestation face aux grands de la Ligue 1. Tout simplement, sur les dix matches contre les membres du top 5, les Lensois ne se sont pas seulement inclinés à deux reprises (0-2 contre Marseille ; 1-2 à Nice) pour quatre victoires et quatre nuls. Mais au-delà des résultats, ce qui a vraiment impressionné les Artésiens, c’est la qualité des performances. Regardant à chaque fois leur adversaire dans les yeux, les joueurs de Franck Haise ont toujours joué leur jeu et n’ont presque jamais succombé à la domination adverse, même face à l’écrasant PSG. Très peu d’équipes, voire aucune, peuvent en dire autant.

Adrien Rocher

Leave a Comment