les flops de la saison 2021/2022

Désireux d’accrocher une place européenne après le titre de champion de France, le LOSC a échoué dans sa quête, terminant à une décevante dixième place. Qu’est-ce que l’élaboration de la 11 Lille a trouvé plusieurs raisons à l’insatisfaction de la saison 2021/2022, qui avait été condensée en “flops”.

Les trois derbies perdus

Alors que le LOSC a complètement dominé les Lensois pour le retour des Artésiens en Ligue 1 l’an dernier, le club nordiste n’a pas réussi un tel exploit cette saison. Les hommes de Jocelyn Gourvennec ont perdu dans les deux matches de championnat et aussi en Coupe de France. Le premier derby de la saison, marqué par des défections en tribune, s’est soldé par une victoire étriquée des Lensois, alors que Lille avait les meilleures chances.

En seconde, en Coupe de France, le LOSC pensait passer facilement au tour suivant avec le doublé d’Amadou Onana, mais Seko Fofana et les tirs au but en ont décidé autrement. Lors du dernier match au Stade Pierre Mauroy, les Dogues ont été surpris par l’action tactique parfaite des Lensois (1-2). Encore un affront aux fans. En une saison, la domination géographique a complètement basculé.

Une attaque trop dépendante de Jonathan David

Porté par un Bourak Yilmaz Exceptionnelle la saison passée, l’attaque du LOSC s’est alignée pour cet exercice 2021/2022. Alors que Jonathan David était complètement à flot en première partie de saison, la déception offensive du club nordiste a énormément augmenté. A commencer par Burak Yilmaz, totalement méconnaissable. Apparemment dépassé par l’âge, le “Kral” n’a pu confirmer et n’a marqué que quatre petits buts en championnat. L’année de trop pour lui.

Jonathan David a également déçu en seconde partie de saison, mais dans une bien moindre mesure compte tenu de son début de championnat. Le dernier survivant du trio “bip bip”, Jonathan Bamba, a connu une saison statistiquement inquiétante. L’ancien international français, qui a disputé 37 matches, n’a inscrit qu’un seul but, sans passe décisive. En manque de confiance dramatique, Bamba représentait le symbole d’une équipe dépourvue de plan de match offensif.

Bamba LOSC
Baptiste Fernandez/Icon Sport

Le recrutement d’Hatem Ben Arfa

Sur le papier, le recrutement d’Hatem Ben Arfa pourrait être remis en cause. L’ancien international français a été signé par Olivier Létang lors du mercato d’hiver alors qu’il était sans club depuis l’été et son départ des Girondins de Bordeaux. Lors de sa première apparition à Brest, l’ancien Niçois est allé aussi vite qu’il est venu, ne jouant que 337 minutes. Ben Arfa a été recruté pour renforcer les délits hors normes. Il a seulement causé des problèmes dans le vestiaire.

De vives disputes ont éclaté entre le joueur, Tiago Djalo et Jocelyn Gourvennec après le match nul à domicile face à Bordeaux (0-0) début avril. C’était la dernière fois qu’on voyait Hatem Ben Arfa avec les couleurs lilloises sur le dos. En effet, le LOSC a porté plainte contre le joueur pour son comportement. Limogé, l’ancien Marseillais pour ne rien arranger a déraillé sur les réseaux sociaux. Sur le terrain, Ben Arfa n’aura délivré qu’une seule passe cruciale pour chaque but. Il reste une erreur d’attitude en tous points.

Une saison bien en deçà des objectifs

Après le titre de champion la saison dernière et le Trophée des champions plus tôt dans l’année, le LOSC a été créé pour vivre un exercice chargé d’émotion en 2021/2022. Cependant, tout ne s’est pas déroulé comme prévu. A de nombreuses reprises, les hommes de Jocelyn Gourvennec prendront du retard dans la poursuite de l’objectif premier de décrocher une qualification européenne. Tout d’abord, la performance de Lille était presque ridicule, avec quatre points en six matchs.

Après ce début de saison plus que mitigé pour un tenant du titre, le LOSC récidive en ce début de seconde partie de saison. Le deuxième derby a apporté une sacrée claque derrière la tête pour les Dogues, qui ont eu du mal à réagir, jusqu’au smash face au PSG. A l’époque on pensait que le club du nord démarrait avec huit matches sans défaite. Mais c’était sans compter une autre défaite en derby qui laissa le club nordiste désabusé et termina l’exercice à une dixième place anonyme avec des comportements indignes tels que : lors du meeting de Troyes.

Losc Sanches
Baptiste Fernandez/Icon Sport

Gourvennec, erreur de casting

Pour sa première et peut-être dernière année dans le Nord, Jocelyn Gourvennec n’a pas oublié Cristophe Galtier. Il estime que la saison se passe bien, contrairement aux supporters. Au vu de l’effectif dont il disposait et des ambitions réalisables du club, finir dixième de Ligue 1 Uber Eats est un échec retentissant. Dès son arrivée, Jocelyn Gourvennec n’a pas voulu bousculer les joueurs et les laisser jouer sur une machine qu’ils connaissaient et plébiscitée par Cristophe Galtier.

Cependant, l’ancien Bordelais n’a pas pu le faire fonctionner et a commis l’erreur d’insister pour l’utiliser. Bien sûr, il faut mettre en avant le Trophée des Champions et le parcours en Ligue des Champions, mais il y a trop peu de choses autour de ça. Les supporters s’ennuyaient souvent, à l’image de la série de nuls vierges à domicile au printemps. Difficile désormais de croire que Jocelyn Gourvennec connaît une autre année dans le nord.

Emilie PAUL

Leave a Comment