L’équipe de France des jeunes s’est calmée au tournoi Revello

Après la première victoire du Panama le 29 mai, après l’exploit comorien face à la Colombie mercredi, il faut affronter » petit » Les équipes au départ du tournoi Maurice Revello. Les Bleus sont bien placés pour le savoir, victimes de l’agressivité et du succès panaméen dès le premier jour.

Pour leur deuxième rendez-vous de la compétition, les hommes de Bernard Diomède avaient donc pour tâche de se rattraper ce mercredi pour continuer à s’affronter dans ce groupe A, dominé par l’Argentine, vainqueur du Panama (1-0) plus tôt dans la journée.

Mais pour cela il fallait battre l’Arabie Saoudite, mais surtout il fallait se calmer dans le jeu au stade Jules Ladoumègue de Vitrolles avec ses quelque 1 000 spectateurs.

Français impitoyable

Changement de stade donc, mais aussi largement repensé dans les rangs de l’équipe de France annoncé par Bernard Diomède (neuf changements par rapport à la composition de la première journée). Néanmoins, pas de perte d’orientation pour le blues, mais au contraire un vrai coup de fraîcheur. ” C’était vraiment important de laisser du temps de jeu à tout le monde, on en a parlé avec les joueurs, ces changements permettent à chaque joueur de postuler pour une place. », a expliqué Bernard Diomède après la rencontre.

Dès les premières minutes, on sentait que les Français étaient bien meilleurs techniquement et physiquement, malgré la chaleur étouffante. Très peu concernés en défense, ils se sont montrés beaucoup plus rassurants, notamment offensivement, étant dans les espaces en apportant du rythme. Des choses pour lesquelles ils se sont battus contre le Panama.

Rapidement, bien épaulés par la défense saoudienne à cinq en difficulté, les Bleus ont trouvé l’erreur dès la 11e minute.e Minute grâce au milieu offensif de l’AS Monaco Magnes Akliouche, qui a envoyé un ballon dans la surface saoudienne. Auteurs d’une dizaine de tirs en première mi-temps, les Français ont su se montrer réalistes. Dix minutes après le premier but, Yoann Cathline a doublé la mise d’un centre du pied gauche. De quoi réveiller le public qui n’a pas vu une équipe marquer plus d’un but depuis le début du tournoi.

Après une demi-heure de jeu, c’est Sékou Mara qui a cimenté son premier sort brillant en poussant l’Arabie Saoudite un peu plus loin dans le peloton. L’avant-centre des Girondins de Bordeaux (37 matchs cette saison en Ligue 1 pour 7 buts) a fait des ajustements au gardien après avoir contrôlé un bijou de passe enchevêtrée en profondeur.

Toujours très affûtés dans le deuxième acte, les Bleus ont battu les Saoudiens en début de seconde période grâce à un doublé de Yanis Chimignani, buteur à la 49e minute.e et le 56e Minute. Cela a continué jusqu’au coup de sifflet final, un match dans lequel les Français contrôlaient presque tout. Une nette domination qui a permis à l’entraîneur de procéder à de nombreux changements et notamment de signer Adil Aouchiche, qui revenait tout juste des éliminatoires de Ligue 1 auxquelles il avait participé avec Saint-Etienne.

Une façon de jauger son effectif global de Bernard Diomède avant un match crucial samedi.

Les Bleus, désormais deuxièmes du groupe A, rencontrent les leaders argentins à Aubagne samedi dans le but de se qualifier pour les demi-finales du tournoi.

Pour rappel, le premier et meilleur deuxième des trois groupes sera qualifié. ” Pour nous, c’est une finale. On s’attend à un grand match contre une équipe qui peut très bien jouer. A nous de réagir demande immédiatement Bernard Diomède.

Argentine-Panama (1-0)

France Arabie Saoudite (5-0)

Leave a Comment