Le Wydad Casablanca couronné d’une incroyable ferveur

Le Wydad Casablanca a remporté ce lundi la Ligue des champions africaine contre Al-Ahly Le Caire (2-0) au Maroc grâce à un doublé de Zouheir El Moutaraji. Le WAC enregistre sa troisième victoire en C1 après 1992 et 2017, rejoignant au palmarès son grand rival casablancais le Raja.

Le Wydad Casablanca a un nouveau héros : Zouheir El Moutaraji, dont le doublé lui a offert son troisième titre en Ligue des champions africaine, en finale face à Al-Ahly Le Caire (2-0) dans une ambiance de folie à domicile ce lundi. Les Reds de la Casa n°7 ont dynamité le stade Mohamed V à deux reprises, pour la troisième C1 du WAC.

Le Caire, roi d’Afrique aux dix victoires en C1, a dû se plier aux inspirations de l’attaquant marocain. El Moutaraji ouvre le score d’une frappe de rêve des 30 mètres qui trouve Mohamed El-Shenawy dans la lucarne (15e).

Puis sur une contre-attaque, en deux temps, son premier tir est contré par le gardien égyptien, il engloutit Mohamed Hany, le défenseur égyptien, et juste après la pause double la mise en doublant littéralement sur Mohamed V de Casablanca, où la finale a été joué incendié. L’Égyptien a fait appel en vain devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de la décision de jouer la finale dans l’enceinte de son adversaire.

Troisième C1 pour le Wydad

Après 1992 et 2017, déjà face à Al Ahly mais en deux sets (1-1/1-0), les Reds de Casablanca rejoignent les Verts du Raja, leur grand rival dans la capitale économique marocaine, sacré trois fois en C1 devenue africaine. Wydad, dont le nom signifie “amour” et est tiré d’un film de la légendaire chanteuse égyptienne Oum Kalsoum, a remporté la victoire en jouant sa finale avec une grande intensité.

Son attaquant congolais teint en rouge Guy Mbenza fracasse la barre d’une frappe puissante (11e). Al-Ahly, double champion, a raté le triplé et n’a pas pu réagir malgré une occasion de Taher Mohamed (35e) ou un but de Mohamed “Afsha” Magdy contré par Ahmed Reda Tagnaouti (74e).

Le gardien marocain a de nouveau été décisif devant Mohamed Sherif (82e) à bout portant et a fait exploser de joie la foule bouillonnante du WAC. C’est le premier triomphe de l’entraîneur Walid Regragui (46 ans), qui a évolué en Ligue 1, notamment à Toulouse et à l’AC Ajaccio. Il a dominé le manager sud-africain d’Al-Ahly, Pitso Mosiman, vainqueur des deux dernières éditions et de la C1 2016 avec les Mamelodi Sundowns, le Pretoria Club. Mais ce lundi était le grand soir d’El Moutaraji.

Leave a Comment