L’ancien footballeur des Bleus et star de la Ligue 1 a été condamné à de la prison

Ce lundi 16 mai, Tony Vairelles a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ont été purgés. L’ancien footballeur français a été reconnu coupable de tentative de meurtre après un grave incident à l’extérieur d’une boîte de nuit près de Nancy en octobre 2011.

La suite sous cette annonce

Toni Vairelles, qui a connu les beaux jours du RC Lens, de l’Olympique Lyonnais et du SC Bastia, a même porté huit fois le maillot de l’équipe de France. Buteur vétéran et nom familier des fans de football à la fin des années 1990, il a abandonné ses crampons en 2013 après avoir récemment travaillé en freelance à Saint-Max Essey. Mais avant même de dire adieu au sport qui l’a rendu célèbre, l’homme impliqué se retrouve empêtré dans une sombre affaire. Dans la nuit du 22 au 23 octobre 2011, il est venu porter secours à trois de ses frères qu’il avait refoulés, arme au poing, d’une boîte de nuit de Meurthe-et-Moselle. Les frères et sœurs ont tiré sur les videurs postés à l’entrée de l’établissement. Arrêtés puis inculpés de tentative de meurtre, ils ont été au centre d’une affaire qui a vu de multiples bouleversements.

Tony Vairelles et ses trois frères ne sont pas épargnés par la justice

Le verdict définitif a été rendu par le tribunal correctionnel de Nancy ce lundi 16 mai. Et il n’épargne pas l’ancien international. Tony Vairelles a en effet été condamné à cinq ans de prison dont trois fermes. Le parquet a requis cette peine en mars dernier. François Pérain, lors de son inculpation. Il purgera la quasi-totalité de sa peine, n’ayant passé que cinq mois en détention en 2012. Les trois autres prévenus, à savoir les frères de l’ancienne star de Ligue 1, n’ont plus été épargnés. Fabrice Vairelle Condamné à cinq ans de prison dont trois avec sursis John et Jimmy ont été condamnés à cinq ans de prison, dont deux avec sursis. Trois membres du personnel de sécurité de la discothèque sont également accusés de violence armée lors d’une réunion, car ils ont utilisé une cartouche de gaz lacrymogène, des barrières de sécurité et une matraque lors de l’incident. La libération a été demandée pour elle, le procureur de la République a reconnu la légitime défense.

L’avocat de l’ex-footballeur demande sa libération

L’avocat de la famille Vairelles, Moi Frédéric BernaIl avait tenté de minimiser les agissements de ses clients, notamment en pointant certaines zones grises du dossier. “La seule bonne justice est de les libérer, car nous ne pouvons pas prouver avec certitude si l’un d’entre eux a tiré et si oui, lesquels.”, a-t-il plaidé lors du procès. Il a également insisté sur la lenteur du processus judiciaire, qui était passé par une série de pas moins de quatre coroners. “Il y a une grande confusion sur ce qui a pu se passer, le doute doit profiter à tout le monde”, a-t-il finalement soutenu auprès de l’AFP. Mais son raisonnement n’a pas suffi à convaincre le tribunal.

Leave a Comment