L’alternative idéale du Real Madrid / Espagne / Real Madrid / SOFOOT.com

Moins d’un mois après le transfert raté de Kylian Mbappé, le Real Madrid s’est rattrapé en s’attachant les services d’Aurélien Tchouaméni. Un geste moins flamboyant dans les médias, mais tout aussi efficace sur le terrain.

Le transfert d’Aurélien Tchouaméni au Real Madrid a été un temps annoncé, puis quelque peu oublié et est désormais officiellement acté. L’international tricolore, qui débarque depuis 5 ans et dispose d’un chèque de 80 millions d’euros, s’apprête à franchir un cap important. C’est aussi un sérieux renfort pour la Maison Blanche, qui a réussi à renouveler un de ses secteurs en priorité et l’aura fait avec un joueur jeune, talentueux et régulier.

Le temps du passage

L’engagement d’Aurélien Tchouaméni sonnait en effet comme une évidence après les premières rumeurs. De par son ascension tous azimuts cette saison aux côtés de l’AS Monaco (50 matchs toutes compétitions confondues) et ses premières capes en bleu, le Rouennais avait le profil d’un milieu de terrain “complet et polyvalent” tant convoité par les grandes écuries. Une denrée rare que les Madrilènes ont su exploiter, d’abord avec Federico Valverde déployé à la fois dans l’axe et les flancs, avant de récidiver l’été dernier en s’assurant les services d’Eduardo Camavinga, qui jouait comme remplaçant de luxe à la mue était à l’aube du printemps.

Heureusement choisi par un public de haut niveau (Paul Pogba et Nicolò Barella ont longtemps été évoqués), Tchouaméni a été choisi pour compléter ce trio en devenir. Trois hommes qui vous feront oublier une décennie réussie, portés par Luka Modrić, Toni Kroos et Casemiro. Les symboles de la version Zidane du Real Madrid, auxquels on peut aussi ajouter Isco, ont conquis trois Ligues des champions mais sont sur le point d’abandonner aujourd’hui. Les trentenaires (Modrić, 36 ans, Kroos, 32 ans, Casemiro, 30 ans), bien que loin d’être finis, ces derniers devaient assurer leur continuité grâce à des joueurs viables. A première vue, c’est chose faite avec l’arrivée de ‘Tchoumso’, qui s’occupe de la succession du Brésilien.

Stabilité des paris

Car pour Tchouaméni, comme pour Kylian Mbappé, la confiance en soi est essentielle. Gonflé par un esprit visiblement chargé, le milieu de terrain récupéré continue de progresser. Preuve en est son statut indéniable, arraché à Monaco malgré la valse des entraîneurs : Robert Moreno, Niko Kovač et Philippe Clément. Et en chiffres, le bilan n’en est que plus clair. Depuis la saison dernière, sa première saison complète au Rocher, l’international français a disputé 92 matchs sur 99 possibles. De peu raté sept matches en deux ans, dont quatre sur suspension (il n’a manqué que deux matches sur blessure), mais surtout 88 titularisations (en Ligue 1 : 36 en 2020-2021, 33 cette saison). Notamment, sur le terrain et dans le monde, l’individu concerné a affiché le plus grand nombre total d’interceptions de balles en 2021 (139) et le plus grand nombre de tacles réussis (185). Des statistiques brutes et glaçantes qui révèlent néanmoins le niveau de fiabilité inhérent à un enfant qui entre à peine dans la vingtaine. Bagage indispensable si vous découvrez le niveau d’exigences en vigueur à Madrid.

Et si ses performances « asémistiques » ne suffisent pas, l’équipe de France peut servir d’indicateur de qualité. Auréolé de dix sélections depuis janvierah Septembre dernier (Nul contre la Bosnie 1:1, ndlr), Aurélien Tchouaméni n’a pas vraiment mis longtemps à s’habituer au système de Didier Deschamps, à être dans le onze de départ à quatre reprises et, entre autres, à marquer un avantage majeur face à l’Espagne en finale de la Ligue des Nations. Comme un goût pour le hincha local. En traitant avec le meringues, à six mois d’une éventuelle première Coupe du monde, l’ex-Bordelais n’a pas hésité à prendre le risque de poursuivre son ascension parmi les plus grands, certes conscient de ses qualités et du virage qui allait être pris au début de ses 23 ans. Que la belle histoire commence.

Par Adel Bentaha

Leave a Comment