La mise en garde de Julia Vignali à Marie Portolano…

Animer pour la première fois Le meilleur pâtissier : les professionnels. Est-ce très différent de la version amateur ?

Maria Portolano : Je découvre un autre univers. Ce n’est pas du tout la même ambiance. Les pros risquent leur vie lorsqu’ils entrent dans la tente. Pour eux, il y a beaucoup plus d’enjeux et de pressions. J’ai dû monter de niveau et m’adapter à leur stress.

Comment as-tu été?

C’est venu naturellement. Je me suis vite rendu compte qu’ils sont très concentrés et qu’il ne faut pas les déranger car ils veulent lâcher des gâteaux de haut vol. Alors je ne plaisante pas…

Que pensez-vous du casting de cette cinquième saison ?

Il est très étendu, avec quatorze pâtissiers expérimentés formés par les meilleurs. Les duos de candidats sont tous très différents. Il y a un grand frère qui s’appelle Victor et sa petite soeur Ludivine qui rassemble l’émission, Antoine et Camille, deux meilleurs amis qui travaillent ensemble depuis des années et se retrouvent. Il y a aussi Samuel et Mathis, les frères jumeaux, Maïlys et Monika, qui sont amis… Hors compétition, ils sont tous très sympas. Aussi, une fois éliminés, ils sont beaucoup plus détendus qu’ils ne l’étaient lors du tournage.

Pour juger les desserts, Cyril Lignac sera rejoint par Christelle Brua, première femme nommée meilleure pâtissière de restaurant du monde, et Pierre Hermé, élu meilleur pâtissier du monde en 2016. Que penses-tu d’eux?

Christelle Brua représente l’excellence française et a l’air très sérieuse. A travers un peu de grattage, j’ai découvert une personnalité assez rock, qui est aussi très drôle. Quant à Pierre Hermé, il nous a apporté plusieurs fois des gâteaux… De purs délices !

Dans ce second volet, Patrick Roger, Meilleur Ouvrier de France, chocolatier et sculpteur sur chocolat vous souhaite la bienvenue. Cela vous impressionne-t-il ?

Oui. Il parle beaucoup de la façon de travailler, de penser et de s’exprimer poétiquement. Le contact avec lui est enrichissant.

Vous avez commencé votre carrière comme journaliste sportif. Avez-vous l’impression de faire une grande différence avec cette émission de cuisine ?

Non, parce que j’organise un concours avec des gagnants et des perdants. Comme pour les athlètes, les participants font des choses qui les passionnent et font de leur mieux. En revanche, si l’émotion du sport est immédiate, l’émotion de la pâtisserie est progressive. Mais dans les deux cas il y a partage.

Oui, le jury goûte les gâteaux, mais on ne vous voit pas les goûter. Vous n’avez pas le droit ?

Oui bien sûr ! Dès que les caméras s’arrêteront de tourner, je verrai s’il y a une cuillère à café qui traîne… Mais quand Julia Vignali, qui m’a précédé à la présentation, m’a prévenu qu’elle avait beaucoup grossi, je fais attention et Je ne goûte pas tout.

Il semble que vous vous attendiez à un heureux événement. Cela rend-il votre travail difficile ?

Il n’est pas plus difficile de filmer les émissions. Ça donne juste envie d’essayer tous les gâteaux un peu plus !

Le Meilleur Pâtissier : Les Pros, tous les jeudis à 21h10 sur M6

Interview de Nicolas Palita

Leave a Comment