La métropole porte plainte contre Auxerre après les inondations

Deux plaintes ont été déposées par la métropole stéphanoise à la suite des violences à Geoffroy-Guichard, où l’ASSE a été battue par Auxerre et reléguée en Ligue 2.

Au procès du club s’ajoute celui de Saint-Étienne Métropole. L’intercommunalité a annoncé ce jeudi faire suite aux graves incidents causés au stade Geoffroy-Guichard par les supporters de l’AS Saint-Étienne suite à la défaite aux tirs au but face à l’AJ Auxerre (match de barrage Ligue 1-Ligue 2). déposé deux plaintes.

“Une première estimation des dommages causés aux équipements de la ville de Saint-Etienne, à l’intérieur du stade (filets de cage, sièges, terrain artificiel autour du gazon, but forcé, murs grillagés enfoncés, biens partiellement ou totalement endommagés) a été calculée à plus de 80.000 euros et seront apportés par le club et ses assurances”, a indiqué la métropole, qui est dirigée par le maire Gaël Perdriau (LR).

La deuxième plainte porte sur les “dégradations du mobilier urbain (panneaux et poteaux déchirés, portique endommagé) et de la voirie (pavés le long des voies de tramway) aux abords du stade Geoffroy Guichard”. Montant estimé des dommages : 6 000 euros.

Aucune arrestation dans la soirée

Mardi, le Club Saint-Etienne a fait part d’une plainte pour “violences graves, destructions et dégradations de biens publics, intrusion sur le terrain portant atteinte à la sécurité des personnes et des biens, et jets de projectiles présentant un risque pour la sécurité représentent, a soumis des personnes” .

Le dimanche 29 mai, la relégation de Saint-Étienne en Ligue 2 s’est accompagnée d’une invasion de supporters des Verts en colère sur le terrain, qui ont ensuite lancé des fumigènes et un assaut général. Certains supporters ont utilisé des mortiers et tiré des bombes fumigènes sur les joueurs et les tribunes. Les affrontements devant le stade se sont poursuivis jusque tard dans la nuit, faisant au total une quarantaine de blessés légers : 8 vigiles, 14 policiers, 17 supporters et deux Auxerrois. Les procureurs ont déclaré à l’AFP que la soirée n’avait donné lieu à aucune arrestation.

Dans son communiqué, le Club Saint-Etienne a indiqué qu’il “entend coopérer le plus efficacement possible avec les services de police afin que l’identification des fauteurs de trouble et le déroulement des poursuites judiciaires ultérieures soient effectués sans délai”.

Une audition de la LFP le 23 juin

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a décidé d’instruire l’affaire. Les représentants de Saint-Etienne seront entendus lors d’une audience le 23 juin après le dépôt du rapport d’enquête. Les sanctions disciplinaires peuvent aller jusqu’au huis clos total ou partiel, à la déduction de points, voire à la disqualification voire à la rétrogradation.

Dans ce contexte, Gaël Perdriau a annoncé mardi son intention de travailler sur un “livre blanc” avec “des propositions concrètes pour éliminer la violence dans le football professionnel et amateur”, une initiative à laquelle il associera les “instances du football, l’association nationale de football veut des supporters, des collectivités territoriales et du gouvernement ». La proposition a été reprise par la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra.

Leave a Comment