la grande tirade d’Anthony Lopes

Si l’Olympique Lyonnais a terminé l’exercice 2021/22 par une victoire à Clermont (2-1), une saison plus que difficile est derrière eux. Entre le fiasco de la Coupe de France contre le Paris FC, le départ de Juninho cet hiver et des résultats plus que décevants en championnat, l’OL a vécu des mois désastreux. Anthony Lopes, certainement l’un des rares satisfaits de la saison, est revenu sur cet échec en déclarant qu’il n’avait toujours pas digéré la huitième place de Ligue 1 et la non-participation à une Coupe d’Europe.

Qu’est-ce qui vient après cette annonce ?

“La honte est un mot très fort, mais c’est à peu près tout. C’est impardonnable. A l’OL on ne peut pas être huitième avec les joueurs que l’on a dans notre effectif. Cette saison a été désastreuse pour tout le monde à tous points de vue. Je me dis juste que c’était mieux si tout arrivait en même temps. Au début, on nous a accusés de mal finir les matchs, puis de faire des mi-temps sur deux… On s’est rencontrés parfois pour dire qu’on ne peut pas accepter ça, mais il faut accepter les paroles et ça c’était plus compliqué”expliqua-t-il d’abord dans les colonnes de L’équipe.

Le départ de Juninho a affecté le groupe

Le gardien lyonnais est surtout revenu sur les problèmes défensifs, ce qui a beaucoup inquiété l’OL. “Nous avons encaissé beaucoup de buts, nous n’avons jamais réussi à atteindre nos objectifs. On s’est souvent, sinon toujours, cassé le cou à des moments clés de la saison. Lorsque nous laissons passer tant d’opportunités, nous n’obtenons que ce que nous méritonsajoute Lopes. Au début, on nous accusait de mal finir les matchs, puis de faire des mi-temps sur deux… On se réunissait parfois pour se dire qu’on ne pouvait pas accepter ça, mais il fallait qu’on accepte les paroles et ça, c’était plus compliqué“.

Enfin, l’international portugais est revenu pour un autre temps fort de la saison : le départ de Juninho, qui a encore pesé sur le club. « Juninho a pris la décision de partir à un moment difficile de la saison (début décembre) et cela aurait pu faire mal au moral de certains joueurs comme Lucas (Paqueta) ou Bruno (Guimarães, vendu à Newcastle en janvier). , tous ceux qui étaient proches de lui. Quand nous nous sommes sentis lâchés ? Je ne sais pas si c’est le mot. C’était un choix personnel et nous ne contrôlons pas tout.. Une saison à oublier pour l’OL qui espère s’en servir comme d’une leçon pour mieux se remettre sur les rails en août prochain.

Leave a Comment