la grande confrontation de la FA sénégalaise avec la FFF dans la polémique Gueye

Dans un communiqué publié jeudi soir, la Fédération sénégalaise de football prend la défense d’Idrissa Gueye, démissionnaire samedi dernier lors de la journée de Ligue 1 marquée par le soutien à la lutte contre l’homophobie. L’agence sévit contre son homologue français et son conseil d’éthique.

Idrissa Gueye bénéficie du soutien indéfectible de la Fédération sénégalaise de football. Ce jeudi soir, elle a publié un communiqué pour défendre le milieu de terrain, éliminé de Ligue 1 le week-end dernier, contre l’homophobie dans la journée. La Fédération française de football (FFF), par l’intermédiaire de son Conseil national d’éthique, avait demandé au joueur de justifier son absence.

Le PSG avait indiqué que son joueur était absent pour des raisons personnelles, alors que les joueurs portaient des flocages aux couleurs de l’arc-en-ciel au dos de leurs maillots. « Quand l’éthique se fonde sur des hypothèses et des dictées, la liberté individuelle est en danger, dénonce l’association sénégalaise, qui pointe du doigt la FFF alors qu’il est difficile de trouver dans les textes les bases légales, législatives ou réglementaires d’une telle action. du football, ou du sport en général, est clair : obliger le joueur à faire ce que son libre arbitre lui dicte de faire.

Même le président sénégalais Macky Sall s’est saisi de l’affaire, estimant que les convictions religieuses du joueur “doivent être respectées”. De son côté, le Conseil national d’éthique (CNE) de la FFF parle d’une “situation grave”. « Est-ce vraiment dans cette France qu’on nous a racontée et racontée dans nos écoles, celle dont la devise est la liberté, la fraternité et l’égalité pour tous ? Comment un organisme qui prétend promouvoir l’éthique dans le football peut-il se fier à la spéculation ? une personne qui l’oblige à s’exprimer et, pire, à porter le maillot LGBTQI+ pour mettre fin à ladite spéculation ?

Le gouvernement fédéral demande des preuves et pourrait saisir les autorités

Ce jeudi, le collectif du CUP, les ultras du PSG, a également soutenu Idrissa Gueye. Si le Sénégalais n’a pas encore été sanctionné, il doit rencontrer ses dirigeants pour évoquer la question.

« Cela ne rappelle-t-il pas ces pratiques d’un autre temps dans les salles de classe, où le maître ou le professeur punit l’élève « rebelle », le soumettant au supplice de l’humiliation devant ses autres camarades ? la classe pour la sanction telle que, compare le Fédération du Parisien. C’est un principe élémentaire de droit qui stipule que nul ne peut être tenu de prouver un fait négatif. Pourquoi le Conseil national d’éthique dit-il qu’il n’a pas commencé par la question ? leurs allégations, ou plutôt, pourquoi n’ont-ils pas contacté le club du joueur qui a partagé les raisons de l’absence d’Idrissa Gana Guéye au match controversé ?

La Fédération sénégalaise de football “se réserve le droit dans cette affaire de saisir les instances internationales compétentes” dans une affaire qui “s’apparente à du harcèlement institutionnalisé”. Le joueur a des “qualités humaines extraordinaires”, selon son association, qui note également “son sens aigu du respect des autres sans concessions”.

Leave a Comment