La France concède le nul en Croatie (1-1)

Didier Deschamps avait promis des rotations lors de ce rallye, il a tenu parole. Des 11 champions de vendredi dernier, il n’en restait qu’un sur la pelouse de Split : Aurélien Tchouaméni, le joueur le plus matché du groupe français cette saison, son 60e lundi. Aussi et surtout, le coach a laissé de côté le 3-4-1-2 en vigueur depuis l’EM au profit d’un 4-4-2 très plat et compact en phase défensive, avec Adrien Rabiot à ses côtés. et quelle a été la réorientation dans la phase de possession du ballon. Comme une touche de campagne russe…

Tchouameni, le plus actif

La formation des défenseurs et la gestion de la profondeur ont été deux des points noirs contre le Danemark, ils ont coûté cher aux Bleus en début de rencontre par manque de concentration ou d’automatisme. Kimpembe rattrape Brozovic (6e minute)e) et Saliba capte Budimir in extremis avant un Maignan hésitant dans sa sortie (14e). Le même Budimir a ensuite profité d’un placement d’occasion de Digne et Kimpembe pour aller seul au but, mais son hésitation a permis au défenseur parisien et capitaine d’un soir de le contrer au dernier moment (18e minute).e).

Il a fallu une dure attaque de Vida sur Nkunku, qui aurait pu être rouge, pour que le Tricolore sorte de sa torpeur et apporte plus d’intensité et de verticalité à son entreprise sous la poussée de l’ancien PSG. Nkunku a titularisé Diaby, qui a marqué mais a été déclaré hors-jeu (31e minute).e), puis les rôles se sont inversés, mais Diaby a perdu son face-à-face avec Livakovic (38e). Tchouaméni, le plus actif de tous (41 passes réussies à la mi-temps, 7 ballons au total), a eu la dernière chance française lorsque le gardien croate a encaissé une frappe lointaine bien encadrée (40e minute).e).

37 secondes plus tard

La lumière est finalement venue des deux joueurs offensifs les plus discrets jusqu’ici. Au terme d’un mouvement parfaitement exécuté, Ben Yedder lançait Rabiot, qui terminait cliniquement (52ee, 0-1). L’attaquant monégasque a sauvé une performance fantomatique qui ne lui a pas permis de marquer dans sa compétition déjà inégale avec Benzema ou Mbappé. Le milieu de terrain de la Juventus confirme que dans tout ce qu’il fait (depuis 45e au 70èmee).

Sur le même sujet

Les pistons, un débat non tranché

Les pistons, un débat non tranché

Kingsley Coman à droite et surtout Théo Hernandez à gauche n’ont pas encore définitivement délivré les garanties attendues à leur poste. Votre qualité de propriétaire n’est pas acquise

Griezmann, entré, aurait pu protéger son équipe mais a rappelé qu’il était beaucoup moins doué à droite qu’à gauche (76e).e). Et les Blues, qui ont plutôt bien géré leur avantage avec des remplacements astucieux, se sont à nouveau coincés derrière leur défense alors que Pavard a marqué deux fois et Clauss a fait une erreur dans la surface 37 secondes après le coup. dans le jeu. Kramaric a transformé le penalty sans trembler (83e).e1-1).

L’équipe de France a perdu le fil en fin de match. Même si Griezmann a failli utiliser une ligne géante de Juranovic (88e), c’est Maignan qui a battu Vlasic (87e).

Leave a Comment