La Chocolaterie Galler réintègre ses ateliers ravagés par les inondations – Entreprises

L’entreprise Galler, dévastée par les inondations l’an dernier, annonce son retour dans les ateliers historiques de Vaux-sous-Chèvremont (Chaudfontaine, province de Liège), lit-on jeudi dans un communiqué. Les machines ronronnent à nouveau tandis que les amateurs de chocolat sentent un doux parfum apaisant…

En juillet dernier, plus de 3 500 m2 des ateliers Galler ont été retrouvés sous 1,80 m d’eau. Le hall de production, l’atelier de Vaux et une partie des bureaux ont été complètement dévastés. “Matières premières, stocks, équipements techniques… il ne restait plus rien”, se souvient l’entreprise. Au total, Une perte de 14 millions d’euros était à déplorer.

Près d’un an après ces événements, l’entreprise peut fêter son grand retour. De nombreux acteurs se sont mobilisés pour rendre possible cette reprise. “Finalement, Une longue chaîne de solidarité a émergéentre les investisseurs (Noshaq et Invest for Jobs notamment), les salariés, les clients fidèles, les assureurs, les partenaires et la Région wallonne », précise Galler.

“C’était la volonté préserver les racines de la chocolaterie liégeoise et reprendre les activités à Vaux dès que possible », ajoute Eric Brandt, directeur des investissements de Noshaq.

Les acteurs du monde du chocolat se sont également mobilisés. La Chocolaterie Cavalier, basée à Eeklo, a fait de la place dans ses locaux pour accueillir une partie des équipes de Galler et assurer une production aussi normale que possible. De même, la Chocolaterie Libeert, le chocolatier Deremiens et la société Fournipac ont mis à disposition des moyens matériels et structurels.

La restauration de la chaîne de production historique permet désormais la réintroduction des 3 bâtons Lait Noisette, Noir Noisette et Marzipan dans la gamme.

Autrement, une nouvelle ligne de production a été achetée d’occasion.

Fondée en 1976 par Jean Galler, la chocolaterie est passée aux mains d’un actionnaire qatari en 2018. A cette époque, l’entreprise était au bord de la faillite. Depuis 2020, Galler est de nouveau ancré en Belgique puisque 25% du capital a été cédé à des investisseurs privés et institutionnels liégeois, dont Noshaq.

En juillet dernier, plus de 3 500 m2 des ateliers Galler ont été retrouvés sous 1,80 m d’eau. Le hall de production, l’atelier de Vaux et une partie des bureaux sont complètement dévastés. “Matières premières, stocks, équipements techniques… il ne restait plus rien”, se souvient l’entreprise. Au total, 14 millions d’euros de dégâts ont été signalés. Près d’un an après ces événements, l’entreprise peut fêter son grand retour. De nombreux acteurs se sont mobilisés pour rendre possible cette reprise. “Au final, une longue chaîne de solidarité s’est établie entre les investisseurs (notamment Noshaq et Invest for Jobs), les salariés, les clients fidèles, les assurances, les partenaires et la Région wallonne”, précise Galler. « La volonté était de préserver les racines de la chocolaterie liégeoise et de reprendre au plus vite les activités à Vaux », ajoute Eric Brandt, Noshaq Investment Manager. Les acteurs du monde du chocolat se sont également mobilisés. La Chocolaterie Cavalier, basée à Eeklo, a fait de la place dans ses locaux pour accueillir une partie des équipes de Galler et assurer une production aussi normale que possible. De même, la Chocolaterie Libeert, le chocolatier Deremiens et la société Fournipac ont mis à disposition des moyens matériels et structurels. La restauration de la chaîne de production historique permet désormais la réintroduction des 3 bâtons Lait Noisette, Noir Noisette et Marzipan dans la gamme. Une nouvelle ligne de production d’occasion a également été achetée.

Leave a Comment