L1 (J36) : L’ASSE s’écrase à Nice

Probablement l’un des matchs les plus fous de la saison en Ligue 1 ! Alors que les deux équipes cherchaient désespérément à s’imposer, Nice a finalement pris le dessus sur Saint-Étienne (4-2) en match en retard lors de la 36e journée ce mercredi. Menés 2-0 à la mi-temps, les Aiglons ont trouvé les ressources mentales pour inscrire quatre buts en seconde période. Une incroyable réussite qui fait croire au gymnase à une qualification pour une Coupe d’Europe. L’ASSE, 18ème et quasi barragiste, doit cravacher jusqu’au bout pour sa part pour éviter la relégation.

La première période parfaite des Verts

Cependant, les Verts ont très bien commencé la rencontre en s’engageant à frapper un très gros coup pour continuer à croire en la préservation sans se qualifier pour les barrages. Après un premier coup de poing en douceur, qui a été stoppé par Walter Benitez (4e), Denis Bouanga a fait parler la poudre. Après une frappe puissante dans l’axe d’Yvann Maçon depuis la droite, l’attaquant gabonais a trompé le gardien argentin d’une transformation opportuniste du torse sur la ligne du hors-jeu (0-1, 11e). Un départ idéal pour les visiteurs, bien placé, mais surtout techniquement très exigeant. De quoi irriter le public local.

En effet, les supporters azuréens ont ri en jaune. Avant le (non) spectacle de leurs favoris, les supporters niçois ont enchaîné les Olé sur les cols stéphanoises. Une ironie que les Aiglons n’ont évidemment pas comprise, tant ils ont toujours été incohérents et peu dangereux. Et cela n’a pas changé jusqu’à la pause, avant laquelle Sainté a encore frappé. Lors d’une contre-attaque de Denis Bouanga, Zaydou Youssouf reprend de volée un centre franc de Riyad Boudebouz pour le break (0-2, 45+4). Un but qui a poussé certains supporters à quitter les tribunes. Une grosse erreur!

Ouragan Delort !

Pourquoi ? Car Nice a commencé la seconde mi-temps complètement folle. Melvin Bard, servi par Amine Gouiri, repoussait sans effet le retour d’Harold Moukoudi après 45 minutes et trompait Paul Bernardoni d’une frappe en angle fermé (1-2, 53e). Après un Mario Lemina déchaîné, le gymnase a poussé très fort pour revenir sur les greens. Pour cela, les Aiglons pouvaient compter sur Andy Delort. D’un coup franc des 20 mètres, l’attaquant algérien a mis un coup de canon monumental sous la barre (2-2, 60e). Une porte qui rendait l’Alliance Riviera. Et ce n’était pas fini !

Dans la folie du jeu, Andy Delort a un peu pimenté le tout en s’offrant un doublé à bout portant après un service idéal de Justin Kluivert (3-2, 62e). Un retournement de situation irréel qui a définitivement coupé les jambes de Saint-Etienne. Hicham Boudaoui a même enfoncé un peu plus le clou avec son premier ballon d’une volée contrée, qui a terminé sa course dans la lucarne opposée (4-2, 80e). Malgré trois grosses occasions de Sada Thioub (84′), Adil Aouchiche (87′) et Enzo Crivelli (90’+2′), l’ASSE n’a pas pu revenir en arrière et a subi une défaite qui pourrait faire mal au moral.

Angers cultivé, Bordeaux toujours vivant

Au classement, Saint-Étienne reste 18e et un play-off virtuel, toujours à trois points de Lorient. Cette défaite des Verts a fait de nombreux heureux, à commencer par Angers, assuré de passer dans l’élite la saison prochaine, mais aussi la lanterne rouge bordelaise, qui n’a qu’un tout petit espoir de s’imposer à condition de gagner les deux dernières rencontres et de s’attendre à des faux pas. de Sainté et Metz. Avec ce succès, le Gym, provisoirement quatrième, met la pression sur Rennes, qui rencontre Nantes, et revient à deux petits points de Monaco, troisième. La fin de saison est plus palpitante que jamais !

Leave a Comment