Jean-Claude Blanc rassure sur la présence du Qatar après la Coupe du monde 2022

Dans une interview accordée au podcast Pause, Jean-Claude Blanc fait le point sur l’engagement des propriétaires qatariens envers le PSG. Selon le directeur général du club de la capitale, rien n’indique qu’ils envisagent de se retirer après la Coupe du monde 2022, qui se déroule dans leur pays à la fin de l’année.

C’est l’une des grandes questions sur l’avenir du PSG. Entre grande fantaisie, scénario redouté ou hypothèse crédible. Les propriétaires qatariens vont-ils continuer à investir massivement après la Coupe du monde 2022, qui se tiendra dans leur pays en fin d’année (du 21 novembre au 18 décembre) ? Onze ans après leur arrivée spectaculaire au Parc des Princes, l’avenir du club de la capitale en dépend fortement.

Interrogé lors d’un entretien avec le podcast Pause, animé par Alexandre Mars (et disponible en avant-première ici), Jean-Claude Blanc se veut plutôt rassurant sur le sujet. “Je n’ai aucun signe d’aller dans ce sens (recul, ndlr), et l’envie de construire à Paris depuis longtemps a été confirmée à plusieurs reprises par Nasser (Al-Khelaïfi)”, répond le manager général du PSG. C’est à nous de construire un centre de formation absolument exceptionnel près de Paris qui sera livré dans un an, 2023. »

“Votre demande d’investissement est justifiée”

Blanc en profite pour rappeler à quel point le club parisien a évolué ces dix dernières années. “A l’époque, avec un chiffre d’affaires d’environ 90 millions d’euros, le PSG était un club aux structures moyennes dans une ville modèle. Aujourd’hui, nous en avons fait une marque mondiale. Et nous sommes montés à environ 700 M€ à la fin de la saison qui vient de s’achever.” De quoi plaire aux Qataris qui ont surtout vu leur investissement initial grossir. “Ils ont acheté le club entre 50 M€ et 100 M€ et la dernière valorisation qui est sortie était plutôt de 3,2 à 3,5 milliards », se souvient le PDG du PSG.

“Votre désir d’investir est justifié. Ce sera traité comme un investissement stratégique comme d’autres l’ont fait”, a déclaré le dirigeant de 59 ans, débauché par la Juventus à l’été 2011. Il est entièrement propulsé par Nasser Al-Khelaïfi. Il en est le moteur. Je pense que leur investissement dans le football rassemble à la fois la passion et le pouvoir médiatique que représente ce sport. Parmi les investissements réalisés, le Paris Saint-Germain est incontestablement de bonne humeur compte tenu de la valorisation impressionnante du club aujourd’hui.”

“Nous avons été très efficaces pour recruter Messi”

Une cote renforcée par l’arrivée de Lionel Messi l’an dernier. Une attitude que salue Blanc, qui a notamment mené les négociations contractuelles avec l’entourage de la star argentine : “C’est une très belle opération, un peu fulgurante. Une opportunité, une porte qui s’ouvre (…) A ce stade, nous sommes les plus rapides”. et le plus pertinent pour avancer dans ce dossier. Parallèlement, nous développons immédiatement un projet commercial autour de son arrivée, comment générer des revenus supplémentaires avec un joueur qui est une icône mondiale du football et qui vient s’intégrer au sein de la marque marque mondiale que nous créons. Je pense que nous sommes assez doués pour le développement des affaires et de la marque. Nous avons été très efficaces dans nos opérations.

Leave a Comment