Idrissa Gueye a été convoqué par la Fédération française de football après avoir refusé de jouer sous un maillot arc-en-ciel floqué

L’affaire Idrissa Gueye est loin d’être terminée. Le milieu de terrain du PSG devra répondre de ne pas avoir voulu jouer contre Montpellier samedi alors que son club, comme tout le monde en Ligue 1 et en Ligue 2, portait des flocons en soutien à la cause LGBT. Il a reçu mardi 17 mai un courrier du Conseil national d’éthique (CNE) de la Fédération française de football, qui n’a pas de pouvoir disciplinaire, demandant des éclaircissements sur cette polémique.

Les Parisiens, vainqueurs de Montpellier (4-0), comme tous les joueurs des équipes de Ligue 1, portaient un maillot floqué arc-en-ciel le 14 mai 2022 pour soutenir la communauté LGBT.  (ADIL BENAYACHE/SIPA)

Cette absence Samedi à Montpellier est largement interprété comme un refus de participer à cette campagne de sensibilisation et de lutte contre les discriminations“, écrit le CNE. “Soit ces suppositions sont infondées et nous vous invitons à prendre la parole immédiatement pour faire taire ces rumeurspoursuit la lettre signée par Patrick Anton, président du CNE. Soit ces rumeurs sont vraies. Dans ce cas, nous vous demandons d’être conscient de l’importance de votre geste et de l’erreur très grave commise.“.

Le joueur sénégalais a raté la rencontre de samedi dans l’Hérault pour “raisons personnelles», a expliqué lundi le club parisien, le qualifiant de «décision individuelle“Ce forfait alors que le milieu de terrain était indemne et faisait le voyage avec le reste de l’équipe.

“La lutte contre les discriminations, de quelque nature qu’elles soient, que subissent les différentes minorités est une lutte indispensable de tous les instants.”

Le Conseil d’Ethique de la Fédération Française de Football

dans une lettre à Idrissa Gueye

Par exemple, nous vous invitons à joindre à votre message une photo de vous portant le maillot en question.», insiste la lettre du CNE.

Idrissa Gueye a reçu mardi le soutien du président sénégalais Macky Sall. “Leurs croyances religieuses doivent être respectées‘ a posté le chef de l’Etat sur Twitter.La lutte contre les discriminations de toute nature subies par les différentes minorités est un combat essentiel et permanent.», souligne de son côté le CNE.

Leave a Comment