Griezmann et Ben Yedder n’ont pas dissipé les doutes sur leur performance

Antoine Griezmann et Wissam Ben Yedder, dont les performances en équipe de France posent question, n’ont pas vraiment pu se calmer ce lundi soir en Ligue des Nations face à la Croatie (1-1).

Le premier a pris la place du second juste après l’heure de jeu, mais aucun ne s’est calmé ce lundi soir à Split. En quête de confiance, Antoine Griezmann et Wissam Ben Yedder n’ont pas vraiment pu dissiper les doutes des observateurs et supporters de l’équipe de France avec leur prestation face à la Croatie lors de la deuxième journée de la Ligue des Nations, ponctuée par un match nul des Bleus Côtes de l’Adriatique (1-1 ).

>> Revivez Croatie-France (1-1).

Griezmann est silencieux depuis le 6 janvier

A l’entame d’une rencontre des Bleus pour la première fois mesurée en match officiel depuis leur match de poule de l’Euro 2016 contre l’Albanie il y a près de six ans, Griezmann a confirmé qu’il traversait une période difficile en termes de confiance. Après avoir remplacé Ben Yedder à la 63e minute, l’attaquant des Colchoneros avait encore une chance de trouver le filet et de remettre sa tête en place. Mais ses décisions devant le but et son inefficacité n’ont fait que souligner ses difficultés du moment.

A la 76e minute, le Mâconnais est en bonne position de tir dans la surface de réparation après une haute transformation de Nkunku, mais sa frappe n’est pas assez nette et bien trop axiale pour tromper Livakovic, le gardien du vice-champion 2018 à la 88e. , sur une mauvaise transmission croate et tout en bénéficiant d’une contre-attaque favorable face au même Livakovic, il est contraint de se centrer et fonce dans sa frappe. A l’arrivée, le constat est implacable : Griezmann n’a pas trouvé le chemin des filets, clubs et sélection réunis, ratant 21 matches depuis le 6 janvier.

Ben Yedder Passer… mais effrayant

Pour sa cinquième titularisation avec la France, la première depuis novembre 2020, Ben Yedder (19 sélections, trois buts) n’aurait pas pu être plus convaincant. L’attaquant a une nouvelle fois répété qu’avec le maillot marqué du coq, il n’était pas aussi performant qu’à l’AS Monaco, avec qui il a encore brillé cette saison (25 buts en Ligue 1).

Son très beau ballon en profondeur à Adrien Rabiot du milieu de la Juventus Turin à la 52e minute a facilité un peu ce qui avait été une performance très sombre. Dans une première période où Moussa Diaby et Christopher Nkunku ont réussi à combiner plusieurs fois, Ben Yedder est apparu fantomatique au milieu de ce duo d’ex-Parisiens. Rarement disponible, jamais retrouvé par ses partenaires… Le Monégasque a parcouru la rencontre dans l’anonymat le plus total jusqu’à sa passe décisive.

“Wissam était plus isolé dans nos phases offensives, ce qui ne l’a pas empêché de jouer cette passe cruciale à Adrien”, a commenté Didier Deschamps en conférence de presse après le match. Les trois (Ben Yedder, Nkunku et Diaby, ndlr) étaient dans leur registre, avec évidemment peu d’expérience face à une bonne équipe.”

Bien que l’entraîneur l’ait convoqué pour les trois dernières rencontres, il semble pour l’instant incapable d’assurer sa place de remplaçant de Karim Benzema. Au vu des solides performances de Nkunku, qui peut jouer un rôle axial, il peut s’inquiéter de sa place dans la hiérarchie offensive. Comme un certain Antoine Griezmann, dont le statut risque de ne pas le protéger sur le long terme.

Leave a Comment