Garder le pied de Clermont en Ligue 1 : les performances des Clermontois à la loupe

Arthur Desmas

15 matchs, 15 titularisations, note moyenne : 4,75

Ce devait être pour lui l’année de la confirmation, sinon de l’ordination. C’était la désillusion avec un statut de départ perdu après 13 jours. Il l’a retrouvé en fin de saison, mais le destin (choc à la tête à Metz) l’a encore frappé. Une saison difficile et peut-être un avenir en pointillé pour ceux qui estiment que nous (nous par extension) avons été trop durs avec lui.

NL {“path”:”mini-registration”,”id”:”MT_Sports_Clermont_Foot”,”accessCode”:”14133922″,”allowGCS”:”true”,”bodyClass”:”ripo_generic”,”contextLevel”:”KEEP_ALL “,”filterMotsCles”:”1|10|11|18|19|17123″,”gabarit”:”generic”,”hasEssentiel”:”true”,”idArticle”:”4133922″,”idArticlesList”:”4133922 “,”idDepartement”:”282″,”idZone”:”30603″,”motsCles”:”1|10|11|18|19|17123″,”premium”:”true”,”pubs”:”banniere_haute |article”,”site”:”MT”,”sousDomain”:”www”,”tagsArticle”:”#MaintienClermontFoot2022″,”urlTitle”:”maintien-du-clermont-foot-en-ligue-1-les- performances-des-clermontois-diffusés”}

Ouparin Djoco

24 matchs, 23 titularisations, score moyen : 5

Promu à l’arrivée de Nice, à la surprise générale, il est lui aussi tombé de son frêle socle en fin de saison, notamment après un déplacement raté à Lens. Mais il finit par s’enfuir, profitant de la défection involontaire de Desmas. Il est encore jeune et a sans aucun doute beaucoup appris.

prime Dans le sursaut émotionnel de sa première saison en Ligue 1, Clermont Foot a poussé tous les boutons

les défenseurs

Cédric Hountondji

23 matchs, 23 titularisations, 1 but, note moyenne : 5,4

Le patron et la tour de contrôle derrière. Sa sortie prématurée à St-Etienne à 0-2 (défaite 2-3 au final) a montré à quel point il est indispensable dans l’appareil.

En fait, c’était surtout perceptible quand il était absent. Volé à l’entraînement en fin de saison à cause d’un bras cassé.

Florent Oger

30 matchs, 29 titularisations, 1 but, note moyenne : 5,1

Un garçon et capitaine précieux dont l’aura et la contribution ne se limitent pas au terrain. On lui reproche certains souvenirs ou des placements mal jugés. Mais il donne tout ce qu’il peut sans jamais tricher.

Akim Zedadka

38 matchs, 37 titularisations, 3 passes décisives, note moyenne : 5,1

Il a connu une première partie de saison bluffante. Sa technique s’intègre parfaitement dans le jeu clermontois. Puis il est tombé et a commis quelques erreurs qui lui ont coûté des buts et des points, faisant preuve d’une nonchalance qu’il doit gommer s’il veut aller plus haut.

Vital Nsimba

34 matchs, 31 titularisations, 1 but, 3 passes décisives, note moyenne : 5,3

Incontesté à gauche, il a le plus souvent tenu son rang. Ses qualités de contre-attaquant étaient également inestimables, même s’il perd parfois bêtement des balles faciles pour un joueur techniquement doué comme lui.

Alidu Seidu

21 matchs, 16 titularisations, note moyenne : 5,2

Il est la grande trouvaille derrière tout ça ! Véritable couteau suisse, malgré sa taille modeste (1,73 m), il a su saisir sa chance, même au milieu, qu’il rattrape par un sourire et un excellent timing. Il lui suffit d’apprendre à mieux se contrôler pour éviter à la fois des risques inutiles et certaines « évasions ».

Autre…

Les Sénégalais Ariel Mendi (4.6) n’a pas vraiment réussi à déstabiliser Nsimba, même si sa puissance a parfois été utilisée aussi au milieu. Jean-Claude Billong (4.8) était volontaire, mais ce n’était pas toujours suffisant. Josué Albert (non classé) a toujours été le coéquipier exemplaire que nous connaissons à l’époque Jérôme Phojo (non classé), un miracle après deux ans de galère, a repris goût, et c’est formidable pour quelqu’un qui a perdu le sport d’élite.

prime Le bon début de saison, le match, les matchs qui comptaient… Le maintien de Clermont Foot expliqué par Pascal Gastien

milieu de terrain

Jason Berthomier

29 matchs, 22 titularisations, 1 but, 5 passes décisives, note moyenne : 5,3

Il a commencé à plein régime, combinant touches soyeuses et buts cruciaux. Puis, face à la multitude de rencontres et au défi physique qu’offre la L1, il s’est mis à dessiner. Mais il a toujours tout donné avant d’être blessé.

Yohan Magnin

24 matchs, 19 titularisations, 1 but, note moyenne : 5,6

De retour d’une longue blessure, il a vite et agréablement surpris. Puis, logiquement, lui aussi a traversé une période plus pénible avant de redorer l’image de son équipe pour le happy end que l’on connaît.

Salis Abdul Samed

31 matchs, 29 titularisations, 1 but, note moyenne : 5,3

C’est sans aucun doute l’une des plus grosses surprises et satisfactions de la saison. Un tube trilobé qui ne lâche jamais prise. Faut juste apprendre à se canaliser mais il fait une entrée fracassante dans le petit monde de la Ligue 1.

Jean Gastien

32 matchs, 32 titularisations, 1 passe décisive, note moyenne : 5,7

Le thermomètre de l’équipe. Un parcours époustouflant dans son rôle de « cour de tri ». A 34 ans, l’Auvergnat ‘Pirlo’ a souvent amusé et fait taire ses détracteurs, à l’exception d’une poignée d’ingrats qui l’ont hué pour trois passes ratées face à Lorient. Mais on l’a vu plusieurs fois, quand Gastien Sohn y va, Clermont y va.

Saïf Eddine Khaoui

23 matchs, 9 titularisations, 1 but, note moyenne : 5,2

Lui aussi a vécu le traumatisme de Rennes peu après son arrivée tardive. Il a longtemps lutté et douté avant de trouver peu à peu une place importante dans le programme clermontois au printemps.

Ses qualités sont évidentes, il reste à les exprimer avec plus de force.

Lucas Da Cunha

15 matchs, 11 titularisations, 2 buts, note moyenne : 4,8

Arrivé au mercato d’hiver, Lucas Da Cunha, joueur de transition entre milieu de terrain et attaque, avait débuté en trombe face à Rennes. Il a ensuite eu des moments plus délicats avant de terminer sur une note positive. Comme le montre son égalisation face à Angers. Le club ne verrait pas d’inconvénient à ce qu’il soit prêté par Nice. Il ne semble pas fermé à l’idée sauf s’il gagne avec les Aiglons.

Autre…

Oriol Busquets (3,5) aura vécu une première expérience traumatisante à l’étranger. Mis à rude épreuve dès ses débuts à Rennes (0-6), le jeune Catalan a été pétrifié et n’a jamais démarré. Bien sûr, on attendait aussi plus d’un ancien joueur du FC Barcelone. Il aimerait rester au Holder à Strasbourg. Jonathan Iglesias (4,6) a servi avant de rejoindre le Paris FC (L2).

prime Le Stade Gabriel Montpied en construction pour la deuxième saison de Clermont Foot en Ligue 1

attaquant

Mohamed Bayo

32 matchs, 27 titularisations, 14 buts, 5 passes décisives, note moyenne : 5,2

Le trouver est parfois compliqué. Mais avec 14 buts marqués et 5 passes décisives, il a largement fait le travail. Et le CF63 lui doit beaucoup dans les opérations de maintenance, à l’image de son but en or à Troyes. Mais il était parfois désinvolte, sur et en dehors du terrain. Ce qui l’a empêché d’aller plus haut. A lui de faire un effort s’il veut s’envoler vers un destin encore meilleur.

Jodel Dossou

35 matchs, 23 titularisations, 3 buts, 1 passe décisive, note moyenne : 5,4

Une saison en demi-teinte pour le pétillant Béninois qui avait pourtant très bien débuté avant de subir des blessures et des moments délicats… Il est bien revenu en fin de saison, notamment avec un but important sur son mérite à Metz.

Jim Allevinah

30 matchs, 13 titularisations, 1 but, 2 passes décisives, note moyenne : 4,75

Une saison globalement décevante pour l’Agenais (un but), surtout après celui marqué en L2, où il n’a cessé de frapper et surtout d’enflammer le terrain. On a attendu confirmation, mais l’esprit libre de gauche, souvent chaotique, a trop rarement réussi à exprimer ses qualités premières. Il (lui-même) doit se venger.

Grejohn Kyei

14 matchs, 4 titularisations, 1 passe décisive, note moyenne : 4,25

Arrivé du Servette de Genève cet hiver en freelance pendant cinq mois, il a eu du mal à se faire une place derrière Bayo. Cependant, il a montré des choses intéressantes. On pense notamment à son jeu décisif, illustré par le succès décisif face à Montpellier.

Elbasan Rashani

29 matchs, 22 titularisations, 8 buts, 3 passes décisives, note moyenne : 5,3

Une des grandes satisfactions de la saison, la seule vraie valeur ajoutée du recrutement à zéro euro. L’international kosovar s’est imposé sur le flanc gauche et a également marqué des buts importants dans la foulée. Il a un peu vacillé au cœur de l’hiver après que club et sélection se soient accumulés. Une vraie réussite et un coup de coeur pour Montpied.

Pierre-Yves Hamel

17 matchs, 6 titularisations, note moyenne : 4,25

Une année noire à oublier pour le grand Breton, prêté par Lorient sans option d’achat. Il marchait comme un fantôme quand les blessures n’ajoutaient pas à son lourd fardeau. Quand on parle de perte de confiance pour un attaquant, c’est la synthèse.

Jordan Dites

15 matchs, 1 titularisation, 1 but, 1 passe décisive, note moyenne : 5,5

Avant de rejoindre Grenoble (Ligue 2), Jordan Tell est resté le parfait soldat qu’il avait été pour le CF63 depuis son arrivée l’an dernier au mercato d’hiver. Il a surtout le but de la victoire face à Rennes pour lui.

Et aussi…

Garçon Jadaly Diaby a eu droit à 5 participations au jeu. un seul pour Aboubakar Sidibé (transféré alors à Virton en Belgique) à Montpellier, mais un premier match professionnel pour un joueur de 26 ans compte.

L’entraîneur

Pascal Gastien

Mission accomplie pour l’entraîneur clermontois, qui est aussi un nouveau venu à ce niveau. Puisant dans un jeu et des principes dont il ne s’est jamais vraiment éloigné, il est resté calme même lors de quelques tempêtes qui ont parfois emporté certains de ses collègues. Une première réussie.

Valéry Lefort

Leave a Comment