Galtier, retour à la réalité / Ligue 1 / D36 / Nice-Saint-Étienne / SOFOOT.com

Tout n’est pas perdu pour l’OGC Nice mais les Aiglons ont montré le même visage mort en finale de Coupe de France ce samedi qu’ils ont en championnat une bonne partie de la saison. L’échec de Christophe Galtier, arrivé comme entraîneur vedette après son titre de champion avec le LOSC l’été dernier et revenu sur ses doutes avec un jeu contraignant qui n’a convaincu personne sur la Côte d’Azur, où il n’a pas pu faire de vieux os.

le 11 mai 2022 à 19h00

Ligue 1 Uber Eats

envoi à

Dans son bureau à l’Etat, Christophe Galtier boude. En ce soir d’octobre 2016, à l’heure où Saint-Étienne ne flirte pas avec la relégation et ne joue pas la Coupe d’Europe, le technicien confédéré suspendu décide de ne pas monter dans les tribunes et de prendre du recul pour se lancer dans la victoire poussive de follow the Les Verts contre la Kabbale (1:0). «Je me tiens devant notre jeu et ça clique. Si je suis un fan de Sainté, je suis content parce qu’on a gagné 1-0, mais wow…il a dit SoFoot en décembre 2020. Pendant mes six mois d’inactivité, j’ai beaucoup parlé à ceux avec qui je travaillais à Saint-Étienne. « Les gars, j’ai l’impression qu’on s’ennuie un peu, n’est-ce pas ? Ils m’ont répondu : “Oui, coach, on s’ennuyait.” Je voulais revenir à un football moderne, changeant, rythmé, offensif, dense, intense. » Ce samedi soir, dans la gamelle d’un Stade de France acquis pour la cause canarienne, Galtier s’assit cette fois sur son banc pour assister au match raté de son OGC Nice, ratant l’événement et l’occasion de goûter aux joies d’un titre. pour la première fois depuis 1997. La défaite d’une équipe, mais aussi d’un entraîneur qui s’était présenté comme la star du mercato l’été dernier en plein huitième de finale du Championnat d’Europe entre la France et la Suisse et dont le jeu contraignant devient plus difficile à accepter si les résultats ne pas suivre.

Les rois de l’ennui

Nice a joué sa finale de Coupe de France comme un match de championnat, c’est-à-dire sans trop de paillettes ni de folie dans un match terriblement stéréotypé. Ce n’est pas un hasard mais le visage que la salle a montré depuis de longs mois et la confirmation d’un échec, celui de Christophe Galtier, à trouver la bonne formule pour rendre son équipe attractive et compétitive. Sur la Côte d’Azur, le champion de France 2021 a voulu cuisiner de la même manière qu’au LOSC sans avoir les mêmes ingrédients, notamment sur les ailes, où Justin Kluivert et Calvin Stengs n’ont pas été à la hauteur des attentes lors de cette première saison. Ce n’est peut-être pas un hasard si la rencontre la plus réussie des Niçois de cette première mi-temps 2022 agonisante est celle qui a vu le fils de Patrick marcher à flot et l’OM en quart de finale de la Coupe de France (victoire 4-1 et doublé des Néerlandais ).

Plus tôt au printemps, Galtier avait promis de mettre sa prudence au placard en ne se soustrayant plus à l’utilisation de quatre joueurs offensifs, mais l’habitude et le maintien d’un double pivot dans l’entrejeu n’ont pas facilité la création. “Vouloir aller mieux, les choses ont mal tourné, c’est ma responsabilitéGaltier a été admis à Eurosport la semaine dernière. Je voulais chercher d’autres fédérations pour avoir plus de solutions et d’options au début et pendant les matchs. J’ai réalisé que j’avais perturbé certaines relations, ce qui entraînait une mauvaise performance de mes joueurs. Et cela peut parfois conduire à la frustration et au doute. » Les tristes chiffres du championnat restent pour une équipe dont le style n’a façonné personne cette saison : 44 buts inscrits (12eet attaque), soit 32 de moins que Rennes ; 402 tentatives de tir (13et); 125 tirs au but (17eet, avant Angers, Troyes et Metz). Des stats médiocres compte tenu du réservoir offensif des Aiglons.

Galtier, un an et puis c’est fini ?

Tout n’est pourtant pas perdu pour Nice, car son calendrier favorable (Saint-Étienne, Lille et Reims) pourrait se consoler d’une place européenne, avec possibilité d’un podium en tour propre. Ne pas terminer dans les cinq premiers serait une énorme déception pour le club, propriété de l’ambitieux INEOS, d’autant plus que le gymnase a terminé deuxième à la mi-saison. “On est encore loin de la date du bilan” , rappelait Galtier à la veille de la réception des Verts. Pourtant, celui qui a signé un contrat de trois ans l’été dernier n’est plus sûr de poursuivre l’aventure sur la Côte d’Azur. Selon les données de L’équipe et de belle matinéeLes relations entre le technicien de 55 ans et le directeur du football Julien Fournier sont très fraîches, tandis que Jim Ratcliffe tient “Galette” en haute estime. Le quotidien azuréen indique que le manager français exigerait quelques garanties de la part du groupe britannique pour donner à Nice les moyens de ses ambitions la saison prochaine. Il ne serait même pas contre des retrouvailles avec Luis Campos, avec qui il a fait des merveilles à Lille. “J’avais l’ambition de devenir un entraîneur différentil nous a expliqué dans ses jours nordiques. Dans ce travail, vous avez besoin de croyances, pas de certitudes. » Ça tombe bien, quand vient le temps de retrouver son fidèle ACE mal en point, Galtier et son équipe niçoise s’en sortent.

Par Clemens Gavard

Leave a Comment