Football : Les Girondins de Bordeaux fragilisés par la relégation en Ligue 2

A l’image de Frank McCourt, propriétaire de l’Olympique de Marseille depuis 2016, ou de Vincent Volpe, devenu actionnaire de l’Athletic Club du Havre un an plus tôt, l’attrait des investisseurs américains pour le football français est indéniable. Selon le journal “L’Equipe”, le SCO d’Angers va être vendu à un fonds d’investissement d’outre-Atlantique. Quant à l’AS Saint-Etienne, le club est dans le viseur du milliardaire David Blitzer, selon le Sportzeitung.

L’histoire est moins belle pour le Football Club des Girondins de Bordeaux (FCGB). Après une année cauchemardesque et malgré un ultime match à jouer à Brest samedi, le club devrait être relégué en Ligue 2 comme dernier de la Ligue 1. C’est un cuisant échec pour Gérard Lopez, le président du club, qui a racheté l’an dernier aux Américains King Street et Fortress. Ce dernier, qui a repris le FCGB de M6 en 2018, porte également une grande part de responsabilité. “Ils n’ont aucune idée du sport, ont accumulé les erreurs et sont responsables d’une partie des problèmes actuels”, analyse un bon connaisseur de l’économie du sport et du club.

Mais l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois, qui avait présenté le rachat comme un “salut”, a également échoué. En tant que président du LOSC à Lille, il a été évincé fin 2020 et a dû vendre le club dans une situation financière tendue. Cinq mois plus tard, l’équipe entraînée par Christophe Galtier avait remporté le titre de championne de France. Rien de tout cela aux Girondins de Bordeaux. Les recrutements sur le banc, avec deux entraîneurs en une saison, comme sur le parquet se sont avérés infructueux. Avec cinq matchs gagnés à l’arrivée, près de 2,5 buts encaissés par match et une fébrilité des joueurs sur le terrain qui faisait mal à voir.

L’espoir d’accéder à l’élite

Echec sportif et financier pour un club qui a au moins 30 millions d’euros de déficit cette année et 50 millions de dettes. Néanmoins, il pourra encaisser des revenus extraordinaires, à savoir 16,5 millions d’euros de droits TV et 7 millions que la ligue versera en cas de relégation. Sans oublier des droits de mutation conséquents pour deux jeunes internationaux formés à Bordeaux. Néanmoins, le club reste lourdement endetté. En montant l’acquisition, King Street et Fortress ont avancé 20 millions d’euros à la société de Gérard Lopez. Ils exigent désormais de ces derniers qu’ils remplissent leur rôle d’actionnaires en réinvestissant 20 millions, selon le journal Sud Ouest.

Cette question est à l’ordre du jour du conseil d’administration de ce jeudi soir. “Quand il s’agit de réinvestir dans le club, les trois parties sont unies et tout à fait prêtes à jouer le jeu”, assure un proche du club. Le FCGB va devoir réduire drastiquement son profil et réduire ses effectifs administratifs, mais surtout l’effectif de 32 joueurs professionnels. Avec l’exigence de réaliser des plus-values ​​mais aussi de constituer un groupe solide pour affronter les équipes de Ligue 2 et garder l’espoir de monter en élite dès la saison prochaine.

Le temps presse maintenant. Une réunion cruciale est prévue en juin avec la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) de la ligue, qui doit valider les budgets des clubs. Le championnat de Ligue 2 reprend le 30 juillet et les entraînements le 20 juin. En un mois seulement…

Leave a Comment