Football/Arbitre. 2021-2022, la saison référence des Vosges Benoît Bastien a été élu meilleur arbitre de Ligue 1 par ses pairs

Dans le jardin intérieur de l’Hôtel des Vallées à La Bresse, Benoît Bastien affiche une tenue décontractée en ce premier samedi de juin. L’arbitre international a quitté son quotidien pendant quelques semaines. Il est là pour un moment de convivialité, de retrouvailles avec d’autres grands Vosgiens de la pipe. Il a fallu quelques minutes à l’homme de 39 ans pour s’ouvrir. Avec la retenue imposée par les autorités européennes et françaises.

Comment avez-vous obtenu ce titre de Meilleur arbitre de la saison de Ligue 1 et que vous apporte-t-il ?

“C’est juste amusant. La joie de la reconnaissance du milieu, de son propre milieu. Cela récompense une très bonne saison, tant au niveau national qu’en France, une saison réussie sur le plan personnel et surtout international. Même si la saison de Ligue 1 est à nouveau évaluée dans ce Trophée UNFP, mes collègues m’ont élu meilleur arbitre, c’est un vrai plaisir pour moi. Cela souligne le travail d’une équipe, mon équipe, composée de mes assistants Hicham Zakrani et Aurélien Berthomieu. »

“Essayer de faire mieux, ce qui ne va pas être facile”

Le voulez-vous encore et encore dans le futur ?

“Ce qui vous motive, c’est de continuer à performer. Quelque part on a le sentiment que si on est efficace, on est là pour ça. Avec ce genre de récompense, vous pouvez vous dire : « Oui, nous avons été plus ou moins efficaces cette saison », mais au-delà, les arbitres experts et autres arbitres d’élite pensent que vous êtes le plus efficace, votre équipe pour vous. Dans une saison qui vit carrément l’arbitrage français. Et on l’a encore vu à J37, J38 (Journées 37 et 38), une fin de saison où personne ne parlait d’arbitrage et pourtant des matchs se sont joués jusqu’à la dernière seconde. Au final, c’est d’autant plus gratifiant et agréable de se voir récompensé dans un collectif qui a réussi cette saison. »

L’autre versant de ta saison t’a amené sur le front européen, la suite logique de ta carrière. Que retenez-vous de vos performances hors de France ?

“Il faut être performant sur les terrains de Ligue 1, c’est sûr, mais évidemment quand on est arbitre international, il faut aussi bien performer à l’étranger. Ne privilégiez pas une table plus qu’une autre. C’est en fait ma démarche. Vous devez bien faire à chaque match, peu importe le match. C’est notre mandat et nous devons être à la hauteur des attentes, de la confiance que les autorités, qu’elles soient fédérales ou internationales, placent en nous. C’est une belle saison internationale, bien sûr, et puis une sorte de récompense pour les nominations. La présence en huitièmes de finale, les quarts de finale européens, les demi-finales de la Ligue Europa et en tant que quatrième arbitre en finale de la Ligue des champions, qui nous permet de terminer une saison réussie et nous donne envie de relancer la le prochain à faire mieux mais ce ne sera pas facile. En tout cas, j’aime les défis et en voilà un super qui m’attend pour l’année prochaine. »

“J’étais potentiellement éligible pour la Coupe du monde au Qatar”

Alors est-ce un objectif réalisable aujourd’hui de vous voir bientôt en tête d’une finale de Ligue des Champions ?

« Atteignable, atteignable… A partir du moment où on performe bien, y a-t-il une forme de récompense qui peut exister ? Bien sûr, d’autres paramètres jouent également un rôle. Moi, ce que je contrôle, je fais de mon mieux pour que ça tourne dans le bon sens. Les prochaines étapes, les prochains objectifs seraient d’atteindre la finale de la Coupe d’Europe. Alors peut-être qu’au début il y a souvent une sorte de progressivité, une finale de Ligue Europa ou de Conférence de Ligue Europa. Mais d’ici là, l’eau coule sous les ponts et il faut être performant plusieurs saisons de suite. Nous n’en sommes qu’au début. C’est encore un gros défi pour les prochaines saisons. »

Alors inutile de parler de coupe du monde…

“C’est encore plus loin. J’aurais peut-être été éligible pour la Coupe du monde, qui se déroule cette année au Qatar, mais je n’ai pas été sélectionné pour la dernière, toute dernière sélection. L’idée sera de nous dire que si on est encore là dans quatre ans, il faudra essayer de passer cette dernière porte qui s’est fermée au dernier moment. J’avais bien passé toutes les autres portes et suis arrivé au bout de la dernière. En quatre ans, il essaie d’être dans la liste finale. Mais même ici, tout est très loin. Il y aura des étapes intermédiaires, d’autres échéances avant cela. Il faut faire les choses bien, dans le bon ordre, pour ne pas trop se projeter. Cela fait partie des objectifs. Mais déjà à court terme avec la prochaine saison de Ligue 1 et essayer d’avoir la meilleure saison européenne pour faire mieux qu’une demi-finale de Ligue Europa la saison prochaine. »

Leave a Comment