Faitout Maouassa : “Parler de son mal-être montre une forme de courage” – 31/05/2022 à 14h00

Casserole de Maouassa : "Parler de son malaise montre une forme de courage"

Faitout Maouassa : “Parler de son mal-être, c’est du courage”

Sorti du Club Bruges mi-novembre et passé sous silence pendant près de deux ans, l’ancien raté rennais Maouassa veut remonter la pente. L’arrière gauche de 23 ans, qui a été annoncé comme cible de plusieurs équipes de Ligue 1, est confiant avec le recul sur ses difficiles derniers mois en Belgique et sa ferme ambition de retrouver les terrains au plus vite.

“Dès le moment où j’étais en forme, j’ai pu vraiment commencer ma saison. Seulement que j’ai été mis de côté du jour au lendemain sans véritable explication.”

Comment s’est passée cette année à Bruges ?

Pas comme je m’y attendais. Quand je suis arrivé à Bruges le 31 août, je pensais trouver du temps de jeu dans une équipe composée de très bons joueurs évoluant en Ligue des champions. J’ai pu jouer un peu en début de saison, mais dès le début j’ai été obligé de refaire une préparation. Ils ont estimé que mes capacités physiques n’étaient pas à la hauteur des normes attendues. Mais je me sentais bien physiquement, je m’étais bien préparé à Rennes. Mais à Bruges, ils ont un système qui se concentre sur les données. Et les miens n’étaient pas à la hauteur. Cela a pris quatre semaines mais j’étais encore sur le banc, j’ai joué quelques matchs et à partir du moment où j’étais en forme j’ai pu vraiment commencer la saison. Sauf que j’ai été mise de côté du jour au lendemain sans réelle explication. Sur le banc, parfois dans les tribunes. Il y a eu un changement d’entraîneur

(Philippe Clément est parti à Monaco le 3 janvier 2022, remplacé par Alfred Schreuder, ndlr.)

. J’étais dans le projet. De même, j’ai été retiré du groupe sans aucune explication. Ce qui est bien, c’est que nous étions champions de Belgique. Je suis très fier de ce trophée même si je n’ai pas beaucoup joué.

Votre dernier match avec Bruges était contre Malines le 19 novembre 2021, où vous êtes parti à la mi-temps. Qu’est-il arrivé ?


A la mi-temps, nous sommes sortis tous les trois. Il y a Ruud Vormer, le capitaine, Stanley Nsoki et moi. L’entraîneur manquait d’énergie. Je ne sais pas pourquoi il m’a mis KO car juste avant la pause j’ai bloqué une contre-attaque, je l’ai taclé et clarifié au contact ! Je pensais avoir une bonne mi-temps. J’étais juste un peu en retrait offensivement, mais défensivement j’étais là. Rien derrière…

Vormer et Nsoki sont revenus dans le groupe. toi non Avez-vous jamais su pourquoi?


J’ai pu lire la suite de l’article sur SoFoot.com

Leave a Comment