Fabregas ne veut pas “finir comme ça” et espère rebondir après la défaite de Monaco

Cesc Fabregas (35 ans) a annoncé son départ de l’AS Monaco en fin de saison. Le milieu de terrain vétéran ne veut pas ranger ses crampons après son passage mitigé en Principauté. Il espère se relancer dans un nouveau projet avant d’enfiler le costume d’entraîneur.

En fin de contrat cette saison, Cesc Fàbregas ne reviendra pas à l’AS Monaco, qu’il a rejoint en 2019. Ces deux ans et demi ne se sont pas déroulés comme l’avait espéré l’international espagnol. Fàbregas, tantôt handicapé par des problèmes physiques, tantôt laissé sur le banc, n’a disputé que 68 matches avec le club de la Principauté. Dans un entretien à l’AFP, le champion du monde 2010 regrette d’avoir quitté l’ASM et décrit cette saison comme “la pire de sa carrière”. Et de loin !” Et avoue que “je n’ai jamais vécu ça avant”.

Mais rien pour dégoûter l’ancien maestro du football d’Arsenal, qui estime qu’il lui reste au moins une saison de plus dans les crampons et fait tomber les rumeurs d’une reconversion immédiate comme entraîneur dans les cordes : “Je ne veux pas finir comme ça. L’année était trop mauvaise pour finir comme ça. Je veux m’amuser, finir avec de bons sentiments. J’ai de nombreux contacts. J’ai rencontré pas mal de personnes. Rien n’est décidé. J’entends. Je suis ouvert à tout. Peut-être que le niveau du club doit baisser. Mais il y a des équipes de niveau inférieur en C1. Une chose est claire : j’irai dans un club où je jouerai, où les gens croient en moi.”

Après cet ultime défi, Fàbregas peut débuter sa nouvelle carrière d’entraîneur, un métier qui le « passionne ».

Entre maintien d’entreprise et aide à la jeunesse

Le double champion d’Europe avec La Roja revient également sur les motivations qui l’ont poussé à s’impliquer dans le projet monégasque aux côtés de l’ancien coéquipier d’Arsenal Thierry Henry, alors entraîneur de l’ASM. “J’ai signé avec un seul objectif à l’époque : sauver l’équipe, puis la 19e place avec 13 points. J’ai pris un gros risque car la descente était possible », se souvient Fàbregas. On fait match nul le premier match à Marseille (1-1, 20e journée). Puis contre Toulouse (2-1, 23e journée) j’ai marqué le but qui a assuré la victoire décisive pour la suite de la saison. On peut être satisfait d’avoir sauvé l’équipe. Je suis fier de ce que j’ai accompli au cours de ces six mois.”

Outre la mission de sauvetage, Fàbregas est également venu encadrer les jeunes du Rocher : « Quand je suis venu, Thierry (Henry) et Vadim (Vasilyev) m’ont aussi demandé d’aider les jeunes à grandir. C’était un point important. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir gagné le respect et la sympathie de cette jeune génération. J’espère avoir aidé. On s’aime bien (sourire). Je continuerai à les suivre, à échanger des idées avec eux. J’adorerais voir Fofana, Diop ou Tchouameni au Bayern ou à Liverpool !”

Dès septembre 2021, en attendant que les jeunes Monégasques prennent le large avec les Cadors européens, Fàbregas a pu admirer les premiers pas sous le maillot de l’équipe de France d’Aurélien Tchouaméni.

Leave a Comment