En Ligue 2, la lutte s’annonce âpre

1 Les relégués 2022 veulent se remettre sur pied

Après la suppression de la place de barrage à 15 minutes de la fin de la dernière journée de L1, le FC Metz avait déjà annoncé vouloir être à nouveau promu immédiatement. Les Lorrains ont une certaine expérience de la remontée (2007, 2017 et 2019) et le président Bernard Serin a donné rendez-vous en début de semaine prochaine pour annoncer les contours de la suite avec le maintien ou non de Frédéric Antonetti sur le banc. Il a des joueurs sous contrat qui viennent ou connaissent déjà la L2, assurant un socle aux côtés des jeunes qui débutent en fin de saison s’ils restent.

“Le Paris FC et Sochaux espèrent vivre l’expérience d’Ajaccio, battu en barrage avant la promotion”

Le chamboulement à l’AS Saint-Etienne devrait être plus profond. Les propriétaires Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont confirmé dès la confirmation de la relégation dimanche soir que le processus de vente était en cours. David Blitzer, propriétaire de franchises sportives américaines et de quatre clubs en Europe, est en pole. A travers sa société Bolt Football Holding, l’homme d’affaires a l’habitude de se donner du temps pour se restructurer, mais il est difficile d’imaginer autre chose qu’un objectif majeur. La transition serait similaire à celle du Toulouse FC, racheté par RedBird Capital au moment de leur relégation en 2020.

2 Les précédents stabilisés interdits

Une descente n’est jamais facile à digérer. Mais Guingamp (2019), Caen (2019) et Dijon (2021) ont déjà vécu la situation et peuvent en témoigner. Les deux premiers ont même frôlé la relégation en National 1 puisque les Bourguignons ont terminé 11e cette saison-là, à seulement 7 points d’avance sur la zone rouge. Ils semblent maintenant avoir digéré et stabilisé structurellement et athlétiquement. Sixièmes et septièmes cette saison, les Bretons et Normands conserveront leurs entraîneurs (Stéphane Dumont et Stéphane Moulin) qui ont posé leurs pattes depuis un an. Stabilité et ambition pour le Stade Malherbe, racheté par Oaktree en 2019 et où l’équipe du directeur sportif Olivier Pickeu et Moulin avait bâti la montée et la stabilisation en L1 d’Angers.

La marche s’annonce plus compliquée pour Nîmes, 9e cette saison, qui a été à l’étranglement financier et va changer de cycle avec le départ de la plupart des derniers rescapés de la Ligue 1.

3 étrangers dans la continuité

Ils espèrent vivre l’expérience de Lens, Ajaccio ou Toulouse battus au barrage avant de remonter la saison suivante. Quatrième et cinquième cette saison, le Paris FC et Sochaux sont à nouveau en lice. Pour le troisième budget (17 millions d’euros), le PFC, dont l’assise financière a été renforcée depuis 2021 par l’arrivée d’investisseurs étrangers (Bahreïn et Anglo-Sri Lanka), peut compter sur l’expérience de Thierry Laurey. L’entraîneur, qui a été promu avec le Gazélec Ajaccio et Strasbourg, espère conserver sa colonne vertébrale et continuer à se renforcer pour sa deuxième saison sur le banc. Sochaux, 4e budget (16 millions d’euros), misera aussi sur un mélange de continuité et de recrutement ciblé (Nantes Pereira de Sa a déjà été annoncé selon le RMC).

Le Havre, dirigé par Paul Le Guen, s’est ajusté après avoir approché un retour en 2018 et le propriétaire américain Vincent Volpe a fermé un robinet. Avec une politique jeunesse et un centre de formation toujours performant, le club le plus âgé (8e cette saison) restera un outsider.

4 Quatre pistes et faim

L’exemple de Grenoble, finaliste du barrage de la saison dernière, qui s’est battu jusqu’au bout jusqu’au bout, rappelle que personne ne peut se reposer sur ses lauriers. Avec quatre départs (ramenant la L2 à 18 en 2022-2023), la bataille de subsistance entre promoteurs (Annecy, Laval), habitués de longue date (Niort, Valenciennes), retours (Bastia, Quevilly Rouen) ou coups de couteau promet d’en être une autre. pau FC, une belle surprise pour l’année qui s’achève (10ème). Comme chez les chamois ou les Béarnais, leur campagne de recrutement a débuté le 30 juillet.

Leave a Comment