Dupraz sort du silence, allume les ultras et dévoile les raisons de son échec

zap monde onze EXCLU : L’interview “Petit Frère” d’Édouard Mendy !

C’est un discours qui était attendu. Sur ordre de sa direction, comme il l’explique, Pascal Dupraz n’a pas assisté à la conférence de presse suite à la relégation de l’ASSE en Ligue 2. Mais plus d’une semaine après cette soirée dramatique, le Savoyard a enfin rompu le silence dans une interview accordée Parisien. Dans les colonnes du quotidien, il donne les raisons de son échec et pointe notamment un groupe déséquilibré avec trop de jeunes et de “petits moteurs” : “Ils ont tous fait de leur mieux avec leurs limites. Certains jeunes n’ont peut-être pas fait ça .” pas encore, les codes de notre métier et leur comportement ont pu parfois irriter certains cadres dans le vestiaire… Mais ils ont tous voulu sauver l’ASSE, je n’en doute pas. La période de la CAN l’a également prouvé. Bouanga est immédiatement revenu jouer à Angers et Khazri n’a pas hésité à jouer lorsqu’il était blessé et extrêmement fatigué. La liste n’était pas assez grande pour jouer autre chose que la maintenance. Trop de jeunes joueurs, trop de petits moteurs qui nous ont obligés à assouplir les entraînements, trop de joueurs sans à cause de leurs antécédents de blessures. Et surtout, le manque de complémentarité”, a-t-il pointé, mais soulignant qu’il avait toujours été soutenu par les deux partenaires, Roland Ro Meyer et Bernard Caïazzo, ainsi que par les trois dirigeants à la tête du club, Jean- François Soucasse, Samuel Rutsem et Loïc Perrin.

“Sur le tarmac, on m’a demandé de parler”

En parallèle, il n’hésite pas à pointer le comportement de certains supporters durant la saison et raconte un épisode décisif après le match 2-6 face à Lorient : « Après le match, les supporters nous ont suivis. Un de leurs véhicules a même percuté notre bus sur le chemin de l’aéroport. Sur le tarmac, on m’a demandé de parler à la trentaine de gars présents. L’un d’eux m’a crié dessus à quatre pouces de distance. Visage : “Imbécile ! Tu ferais mieux de rester au club ou on te fume. Cette menace de mort a été le déclic pour quitter le club. J’ai compris que je n’irais pas plus loin que le 30 juin, maintenance ou pas ( …) Ce qui s’est passé après le match contre Auxerre m’a confirmé ce climat de terreur d’une toute petite minorité (…) Quelle est la prochaine étape ? Un mort sous prétexte que l’équipe ne gagne pas assez ? acceptable », déclare l’ancien entraîneur des Verts.

“L’échec nous appartient”

S’il refuse de culpabiliser les supporters de cette relégation, il critique néanmoins indirectement les Green Angels, retour au jeu à huis clos face à Reims et aux tirs au but contre un Kop Sud vide, sanctions consécutives à l’anniversaire du « GA » imposées. le match contre Monaco : “L’échec est le nôtre, celui du joueur et le mien pour les 20 matches de championnat et les deux playoffs que j’ai arbitrés. Mais le match à huis clos contre Reims le 37 devant les tribunes vides contre Auxerre et le actes de guerre en fin de match je ne suis pas responsable sous prétexte que l’ASSE descend en Ligue 2. j’accepte tout mais pas que je sais juste que je pars triste et dévasté comme tout le staff du club.

résumer

Pascal Dupraz, l’entraîneur de l’ASSE, est sorti de son silence dans une interview au Parisien, il critique le comportement des supporters agressifs, aborde les problèmes de personnel de l’équipe ainsi que leur jeunesse.

Antoine Chirat

Leave a Comment