du Jupiter politique au footix économique ? / France / Elections législatives / SOFOOT.com

Le président de la République, Emmanuel Macron, entame son second mandat dans un climat tendu et joue gros aux législatives de ce dimanche. Le football a toujours fait partie de sa narration. Plus important encore, cependant, les débuts de ce mandat de cinq ans donnent un aperçu de la transformation de Jupiter en footix. Un footix qui aurait le numéro de portable de ses idoles…

C’était l’une des images fortes des premiers pas d’Emmanuel Macron. Il a célébré aux côtés de Vladimir Poutine la finale de la Coupe du monde 2018 à Moscou (les temps changent !). Le président de l’ensemble des Français et des Françaises a cependant rapidement cédé la place au supporter n°1, excluant les personnes atteintes de son blues sur la place de la Concorde pour les kidnapper lors d’une garden-party à l’Élysée. Selon la légende, son confident Alexandre Benalla aurait même détourné le bus. En 2022, le Fussix a continué de grimper. Fraîchement réélu, le chef de l’Etat n’a apparemment ménagé ni effort ni temps pour convaincre Kylian Mbappé de rester au PSG. Un geste surprenant pour ce fan de l’OM. Certainement une drôle de notion d’intérêt national étant donné que ce n’est pas le FED. Mais qui vient, qui sait, avec un coup de poing à trois bandes ? En maintenant l’attaquant en Ligue 1, les droits TV pourraient remonter comme le rêve la LFP et ils ne réclameront donc pas le gouvernement comme ils l’ont fait avec la disparition de Mediapro.

Mbappé, grande cause du quinquennat ?

Quoi qu’il en soit, l’enfant de Bondy n’a pas oublié de le citer, au cœur de son argumentation patriotique justifiant son choix. Un bonus politique non négligeable, même si la dimension symbolique du football se réduit à des conseils amicaux. “Nous avons souvent parlé. Disons que c’était un bon conseil. Il voulait que je reste, ça fait partie de la négociation. » Pourtant, le Parisien de toujours ne se laisse pas complètement dissuader : « C’est l’une des nombreuses personnes à qui j’ai parlé de football ! Ici on voit que le football a changé et a une place importante dans la société. C’est aussi important de savoir rester en place malgré l’importance qu’on peut me donner dans le pays. » Averti de la décision, le républicain n’aurait pas caché sa joie. “Il était content. Il m’a dit que c’était une très bonne nouvelle pour le pays et quelque chose de très bien.” dit Mbappé.

A l’occasion de son récent déplacement à Clichy pour célébrer l’héritage de Paris 2024, Emmanuel Macron a donc pu sortir la carte de la fausse modestie : “J’ai pu parler à Kylian Mbappé mais il fait son choix au mieux de ses connaissances et de ses convictions. » A quand la licence d’agent sportif ? Il a également profité de ce déplacement pour citer un autre grand nom du football circulant actuellement dans la capitale : “Je n’ai pas parlé à Zinedine Zidane mais j’ai une grande admiration pour lui, le joueur, l’entraîneur. On a vraiment envie d’avoir un athlète et entraîneur de ce talent dans le championnat de France, qui a réussi à ramener trois gros trophées qu’on convoite beaucoup pour nos clubs. Je souhaite pour l’impact du championnat de France et de la France qu’il revienne et entraîne un grand club français, ce serait super. C’est mon travail de dire que la France est une grande nation sportive et footballistique, qu’il y a un grand public qui aime ce sport. Il est important pour nous que les meilleurs que nous ayons formés, dont certains ont excellé au niveau international, puissent revenir. » Si Luis Campos était arrivé, aurait-il déjà un concurrent sérieux dans la cellule de recrutement du PSG ?

L’Elysée ne répond plus

Pourquoi pas. L’efficacité économique compte, et de ce point de vue le ballon rond s’avère être un produit aussi précieux qu’Airbus ou que le TGV. Seul hic, le président de la République s’est montré beaucoup plus discret lorsqu’il s’agit d’aborder les dimensions politiques et sérieuses du football, qui relèvent directement de la compétence de l’exécutif. Son silence et son retrait des événements honteux qui ont eu lieu lors de la finale de la Ligue des champions continuent de surprendre et de décevoir. Il a laissé son ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, et sa nouvelle ministre des sports, Amélie Oudéa-Castéra, une ancienne collègue de l’ENA qui a été promue, d’abord à l’opinion publique puis aux auditions au Sénat. Mais l’affaire concerne à la fois le maintien de l’ordre et la diplomatie, cette dernière restant pour l’essentiel leur domaine réservé.

L’ampleur du scandale (fausses allégations contre des supporters de Liverpool, mensonges sur des numéros de billets contrefaits, incompétence dans la préparation etc.) aurait nécessité au moins un mot fort que lui seul pouvait porter. Renseignez-vous sur votre colère Le canard enchaîné est à peine suffisant ou satisfaisant. Il a été personnellement impliqué dans la victoire de la France dans ce match, comme l’a confirmé la transmission de l’UEFA “Ses remerciements et sa gratitude au président de la République française, Emmanuel Macron, pour son soutien personnel et son engagement à faire venir en France le jeu le plus prestigieux du football interclubs européen à un moment de crise sans précédent.” . Le fiasco tant dans ce qu’ont vécu les personnes sur le terrain (gestion indigne et dangereuse du flux de spectateurs, gazages par les CRS, attaques violentes sur le parvis, etc.) courage. Gérald Darmanin et le Préfet Lallement ont notamment été confirmés lorsqu’il faut faire le point deux semaines plus tard. Mais peut-être attendait-il de répondre pour voir les images de la caméra de sécurité du Stade de France… qui ont été sciemment supprimées.

Par Nicolas Kssis-Martov

Leave a Comment